Portfolio

LE PARAVENT - the PLAY : acte deux[ième]

le cabinet médical en ville - les cabinets médicaux en ville
  1. ACTE DEUX[IÈME], donc - pour la troisième fois

    Dans le cabinet médical des Docteurs CLIENTÈLUS CAPTIVUS et MICROPÉNIS/d'autres cabinets de ville

    SCÈNE PREMIÈRE : salle d'attente du cabinet - avec un bureau-comptoir pour la secrétaire - LE MALADE, LE JOKER, LA SECRÉTAIRE DU DOCTEUR MICROPÉNIS

    FORRÉ a 3 minutes de retard quand il arrive au cabinet ; il est essoufflé, il titube énormément, son bras tremble de façon incontrôlable - le JOKER l'aide en le [lui] soutenant ; dès qu'elle les voit arriver, la secrétaire - glaciale et toute aussi apprêtée que celle du SAMU - quitte immédiatement son bureau-comptoir sans mot dire, leur tournant le dos, regardant d'un air méprisant son chrono, et s'en va rejoindre MICROPÉNIS dans son cabinet (la salle d'attente est vide) - ils les font attendre exprès encore 15 minutes (horloge)

    Il attendra avec le JOKER - donc dans la salle d'attente " décorée " avec des posters (il y a un poster Dr JIVAGO au-dessus de - derrière la chaise de la secrétaire) - les entendant discuter et rire ...

    Sinon, sont placardées des affiches " informatives " dont une " comparative de tous les tarifs existants " : hyper-remplie, les actes en gras, et les tarifs pléthoriques/hyper-détaillés en minuscules-illisibles

    Il y a une autre affiche expliquant :

    • aller aux urgences coûte très cher
    • le court séjour à l'hôpital coûte très très cher
    • le long séjour coûte trop trop cher
    • les maladies coûtent vraiment cher, se soigner à la maison quand c'est grave c'est bien

    Il y a un poster, figurant une pluie de pièces dorées, avec comme légende : souscrivez au Crédit Maladie Universel 

    Une autre affiche :

    • pour une suture simple au cabinet c'est 100€
    • une suture au visage c'est 300€
    • à compter de trois sutures c'est déductible des impôt$ dans la limite de 66€
    • avec un addenda : pour les sutures groupées 6% de déduction - avec des points fidélité à gagner

    Encore une autre affiche :

    • un électrocardiogramme fait par la machine 100€ - fait par Le Docteur soi-même 300€
    • supplément interprétation par la machine 150€ - interprétation par Le Docteur soi-même 600€
    • suppléments choc(s) électrique(s) ou/et défibrillation(s) automatisés 1200€ - coups de jus manuels/huile de coudes : nous constacter
    • le Cabinet ne prend pas les chèques - espèces acceptées, paiement par prélèvements bancaires et automatiques possibles, nous constacter - si vous trouvez moins cher ailleurs nous ne remboursons rien 
    • le Cabinet ne fait pas Crédit(s)

    Le JOKER lit tout ça avec attention, s'écrie : " Ça, c'est un homme de lard "

    Puis la secrétaire finira par revenir sans leur jeter un seul regard - pendant qu'on entendra MICROPÉNIS jouer à des jeux vidéo (bruitages divers) sur son ordi - elle s'installera à son bureau pour appeler une collègue, avec toujours du café-gâteaux (son bureau côté client(e)s est surélevé en forme de comptoir très élevé (les client(e)s sont obligé(e)s de lever les bras très haut pour par ex. attraper-passer des documents, et il n'y a pratiquement que leurs têtes qui dépassent du comptoir) - avec une ligne jaune au sol marquée confidences ... au lieu de confidentialité

    Elle décroche le combiné, appuie sur un bouton (ligne directe)(tonalité féminine POUIC-POUIC), et enclenche de suite la conversation avec sa copine

    LA SECRÉTAIRE, riant au téléphone

    Dis, Anna, Monsieur CUVETTE, qui habite 6 rue du Lac, est venu me bassiner parce qu'il est envahi de métastases - il est passé en trombe ce matin, il était complètement noyé !!! Je te lis le courrier ?

    Elle hèle FORRÉ en ne lâchant pas son téléphone, méprisante :

    LA SECRÉTAIRE, ton de reproche cinglant

    FORRÉ, vous y allez, dans le cabinet ? Le Docteur (appuyé) MICROPÉNIS poireaute, vous vous faites désirer, ou quoi ?

    (lui désignant sèchement la porte de la salle de consultation de MICROPÉNIS, et pressée de lire le courrier de Monsieur CUVETTE à sa copine, on (les) l'entendra rire, et leur conversation animée, du cabinet de et pendant la consultation)

    FORRÉ se lève avec difficultés - il se cogne contre la table basse de la salle d'attente (revues/brochures de laboratoires " Comment attraper un cancer du sein par le col ", " Les antibiotiques, c'est pas démocratique ", " Avez-vous pensé à l'épilation de vos verrues ? ", avec des revues Forbes, Mes Placements, les pages saumon, Point de Visions - Images immondes (play-boy/gigolo avec des Ray-Ban en couverture, flanqué d'une midinette de la Haute avec bagouzes, colliers dorés, lunettes de soleil en forme de cœurs, et pailletés) - et Méga Pif Engins) - elle ricane sous cape pendant qu'il se dirigera vers le cabinet de consultation en titubant, et en ouvrira la porte, maladroitement aussi, avec sa main droite

    SCÈNE DEUXIÈME : cabinet de consultation du Docteur MICROPÉNIS - LE MALADE, LE JOKER, LE DOCTEUR MICROPÉNIS

    Le docteur MICROPÉNIS est assis ou plutôt étalé dans un énorme fauteuil Direction sous un poster SÉMINAIRE SOTCHI MÉDICAL avec un skieur en costume fluo

    MICROPÉNIS a l'âge de FORRÉ, disons 45-50, d'allure faussement jeune/dans le coup - il est gros, principalement paternaliste, regardant surtout l'écran de son ordi ; il a sur son bureau une photo d'un petit garçon à l'air arrogant/gâté tenant une grosse mitraillette en plastique - visant le/la photographe - qu'il regardera amoureusement de temps en temps, sous un diplôme encadré en doré - avec plein de fioritures -  annonçant " DOCTORAT du Docteur Pol MICROPÉNIS, membre adhérent de l'Organisme de Con.formité " " Vice-Président des Compagnons des Forces de l'Ordre " " Serrement d'Hypocrite con.tracté grâce à la faculté de ... la suite est illisible " 

    Quand FORRÉ est entré, ayant toujours autant de difficultés à refermer les portes, et quand MICROPÉNIS parlera, on entendra la musique de salle d'attente, mise en route par la secrétaire - au moment où il l'essentialise, passe Brassens : les imbéciles heureux qui sont nés quelque part *

    LE DOCTEUR MICROPÉNIS, regardant toujours l'écran

    Monsieur ... FORÊT, c'est ça ? Vous n'êtes pas d'ici, vous ne vous radinez pas de la plaine, vous êtes un montagnard d'origine ? (* ici Brassens)

    (Notons l'efficacité de l'informatique, alliée à l'intelligence dite humaine, qui enregistre[nt] TB les noms)

    LE MALADE, un peu inter.loqué

    Euh, bonjour, Docteur ... Euh, si, je suis d'ici, mais je crois que mon grand-père venait de la montagne

    LE DOCTEUR MICROPÉNIS, toujours sans le regarder

    Ah voilà, je me disais bien que ce n'était pas un nom de chez nous, en bas ... (tendant la main avec autorité) Vous avez votre carte suprême ? Vous pouvez vous planter sur la chaise en bois, là

    Le malade lui tend sa carte suprême verte et la bleue de couleur jaune gold, avec quelques tremblements qui énervent Le Docteur, mais  immédiatement enfournées dans sa machine - MICROPÉNIS pianote la plupart du temps sur son ordi sans le regarder et lui parle[ra] négligemment - le malade s'assoit en face de lui maladroitement, avec toujours des difficultés à droite, et la chaise est en pente

    JOKER, avec ironie

    On se la fera greffer au printemps

    LE DOCTEUR MICROPÉNIS, confident

    J'ai un autre patient qui s'appelle ARBRE, mais lui a toujours été du coin, et maintenant il est un peu débité en tranches - (avec un bon sourire*) bon, mais vous, quel bon vent vous amène, Monsieur FORÊT ?

    (* il faudra que les acteurs s'entraînent longuement devant la glace pour arriver à rendre le type de " sourire médical " idiot à mi-chemin entre le sourire suisse, et paternaliste - i.e. qui se veut intelligent-entendu-rassurant mais est juste idiot-moqueur-indifférent et autosatisfait)

    JOKER, tjrs ironique

    Sympathique, le bon.homme

    LE MALADE, s'installant difficilement, glissant sur la chaise

    Voilà Docteur, hier j'étais donc chez moi et vers 11 heures j'ai perdu connaissance

    LE DOCTEUR MICROPÉNIS, levant la main, outré/choqué

    Houlà ! Attendez ! Vous êtes sûr de ça ? Quelqu'un vous a vu ? Vous avez des témoins ?

    JOKER, à FORRÉ

    À part toi ? ... Y a bien le chat qui avait commencé à te bouffer, montre-lui

    (FORRÉ a effectivement des griffures et des morsures)

    LE MALADE

    Euh, non ... j'étais seul quand ça m'est arrivé ...

    LE DOCTEUR MICROPÉNIS, avec un soupir de soulagement, ensuite onctueux

    Là, vous voyez bien, ça ne peut pas être ça ! (regardant l'écran) Et je vois que vous êtes handicapé - qu'est-ce que vous avez fait pour ça ?

    JOKER

    Eh ben, il a passé un Diplôme d'Invalide

    LE MALADE, prolixe

    Eh bien, j'ai eu un accident en allant au boulot, je suis entré dans un arbre, il y a eu de la casse, et après, comme j'avais mal partout tout le temps, on m'a lourdé... (indigné) C'est DÉDÉ, le patron, qui ne pouvait plus me souffrir, comme je ne pouvais plus tout faire à sa place ...

    LE DOCTEUR MICROPÉNIS, le coupant en levant la main, et sourire " médical "

    Et votre bouleau, ça concernait le domaine forestier ? Ça avait à voir avec des essences d'arbres, c'est ça ?

    JOKER, véhément

    Mais non, il a eu un accident, c'est pas une histoire d'essence !

    LE MALADE, patient

    Non, j'entrais des données, c'était un boulot d'ingénieur ...

    LE DOCTEUR MICROPÉNIS, faussement admiratif

    Ah ... quand même ! ...

    JOKER, énervé

    Ben ouais, " DOCTEUR ", les malades ne sont pas des souches

    LE DOCTEUR MICROPÉNIS, avec un grand sourire " complice "

    ... Et c'est pointu comme bouleau ?

    JOKER, dévisageant MICROPÉNIS

    C'est donc ça qu'ils appellent " avoir de l'empathie " - il paraît que c'est essentiel dans leur bouleau à eux

    Le JOKER sort une autre pancarte de sa poche kangourou - il commence à écrire dessus " ATTENTION EMPATHIE ", on ne voit pas de suite le texte - il s'applique, et comme il s'implique

    LE MALADE

    C'est-à-dire que je ne travaille plus depuis 6 ans

    LE DOCTEUR MICROPÉNIS, onctueux

    Donc il y avait beaucoup de stress, et puis vous avez fait un burnes out, et là vous êtes en dépression

    JOKER, levant les yeux/les bras au ciel

    Et c'est reparti

    LE MALADE

    Non, j'ai des douleurs tout le temps ...

    LE DOCTEUR MICROPÉNIS, sourire " médical "

    C'est cela, oui

    LE MALADE

    ... Et hier, je suis tombé dans les pommes

    LE DOCTEUR MICROPÉNIS, idem

    Ah, les accidents de [la] vie ! On [en] perd la boule ... (" réfléchissant ") Tout ça, ça fait bipolaire ! (avec un grand sourire) Il ne faudrait pas que l'arbre cache la forêt, tout de même !

    JOKER, ironique

    Tabernac', il m'a coupé l'herbe sous le pied, c'te petit futaie !

    Le malade est perplexe, reste coi

    LE DOCTEUR MICROPÉNIS, " rassurant "

    Écoutez, Monsieur FOIRÉ ... FORÊT, vous faisiez un bouleau difficile, avec du stress que vous n'avez pas encaissé, disons donc un burn out qui vous a complètement cramé ... (air savant)

    JOKER

    Les burnes il commence à me les casser, le Popaul

    LE MALADE, protestant

    Mais non, depuis cet accident j'ai des douleurs énormes, tout le temps, vous voyez, et ...

    Le toubib le coupe - on voit qu'il ne veut pas en entendre parler 

    LE DOCTEUR MICROPÉNIS, levant la main, toujours souriant

    Allons, voyons voir, ça devait être une tout petite plante, que vous avez heurtée - (songeur) comme l'autre là, presque un petit tas de sciure maintenant - après, quand on rate sa vie, on fait une dépression, et de toute façon je vous sens bipolaire

    JOKER

    Oui, on a senti un truc arriver (il écrit toujours sur sa pancarte)

    LE MALADE

    Mais Docteur, ce qui m'est arrivé hier ...

    LE DOCTEUR MICROPÉNIS, souriant

    Oui, encore un petit coup de mou

    JOKER, s'énervant

    Il peut bavasser, lui, avec son problème de vît ! Couille molle, va !!!

    LE MALADE, montrant/agitant un peu son bras

    Mais mon bras droit me cause des soucis aussi

    LE DOCTEUR MICROPÉNIS, se penchant vers lui, confident

    Oui, qui n'en a pas ? On ne peut pas tout contrôler, n'est-ce pas ? (regardant en direction de la porte, du secrétariat) Celle-ci, elle cancane aussi, elle me les broie ... doit venir de la jungle, rondement (à moitié pour lui-même)

    JOKER

    C'est celui qui le dit ...

    LE MALADE, soucieux, manœuvrant son bras droit

    Non, mais c'est vrai que mon bras est bizarre

    LE DOCTEUR MICROPÉNIS, hilare

    Oui, vous avez un peu de vent dans les branches !

    JOKER, faisant semblant de rire

    Ah ah ah

    LE MALADE

    Mais, Docteur, vous ne pensez pas que je pourrais passer un scanner en urgence ?

    Le JOKER acquiesce et ressort en vitesse sa pancarte " AVC " qu'il remontre à FORRÉ

    LE DOCTEUR MICROPÉNIS, effaré

    Un scanner ? Et en urgence, maintenant ? Et de quoi ? Du bras ? Et pourquoi pas une IRM ?

    LE MALADE

    Oui, voilà, c'est ça, une IRM du cerveau ... Parce que je pensais à un AVC, Docteur

    JOKER

    Attention à ne pas trop [nous] l'énerver, il pourrait [nous] faire une attaque

    LE DOCTEUR MICROPÉNIS, écartant les mains

    Et voilà bien les ingénieurs ! Ils pensent ! Ça, c'est parce que vous êtes invalide, Monsieur BRANCHETTE ... FORÊT, vous avez le temps !

    JOKER

    Je te l'avais dit

    LE MALADE, vexé, et plus fermement

    Je vous demande de me prescrire une IRM, Docteur

    JOKER

    Bien, coco ... C'est bien ça, comme ça il saura quoi faire

    LE DOCTEUR MICROPÉNIS, offensé, en même temps regardant sa montre

    Si vous y tenez tant, Monsieur FUTAIE ... FORÊT, voilà, voilà, je vous prescris une IRM de votre caboche, on n'est pas de bois (il appuie sur une touche du clavier, un papier s'imprime)

    JOKER

    S'il le dit

    LE MALADE

    Vous avez mis que c'était urgent ?

    LE DOCTEUR MICROPÉNIS, s'énervant, élevant la voix

    Écoutez Monsieur BILLOT, urgent-pas urgent, quelle importance ? (levant la main) Vous les aurez, vos petites rondelles, puisque vous y tenez tant !

    LE MALADE, patiemment

    Si vous écrivez " urgent " ce sera sans doute plus rapide, Docteur

    JOKER

    Voilà, explique-lui comme à un petit enfant, coco

    LE MALADE, diplomate

    ... Et nous serons plus vite rassurés

    LE DOCTEUR MICROPÉNIS, se calmant, avec une illumination

    Ah oui, c'est pas ballot ça, vous vous calmerez, et je serai peinard

    Il gribouille " urgent " à la main sur la feuille qu'il balance négligemment au malade, en regardant l'heure à nouveau

    JOKER, ironique

    C'est déjà ça !

    LE MALADE

    Et pour mes nausées, Docteur, vous pouvez me prescrire quelque chose ?

    JOKER

    Très juste oui, la nausée, en principe il pourrait te l'éviter

    LE DOCTEUR MICROPÉNIS,

    Déjà, ne buvez plus d'alcool, Monsieur BRINDILLE ... FORÊT

    JOKER

    Ça faisait longtemps ...

    On commence à pouvoir lire sa pancarte , il y a marqué ATTENTION

    Le malade regarde le toubib sans comprendre, tenant son bras

    LE DOCTEUR MICROPÉNIS, sentencieux

    Avec une bonne hygiène de vie on prévient le risque d'AVC

    JOKER

    Il en sait des choses, dis donc

    LE MALADE

    Mais je ne bois pas !

    JOKER

    Ah ! Flûte, il ne boit pas ...

    LE DOCTEUR MICROPÉNIS

    Ah, vous voyez bien que ce n'est pas un AVC ! Et puis attraper une petite gastro (le malade glisse sur son siège et a du mal à se rattraper), surtout avec cette mauvaise hygiène de vie, vous savez, c'est courant !

    JOKER, se frappant le front

    Mais bon sang, mais c'est évident !

    LE DOCTEUR MICROPÉNIS, poursuivant, confident

    ... D'ailleurs, vous savez, cher Monsieur, je vais vous confier quelque chose ...

    Le joker lève alors fièrement sa pancarte terminée, avec marqué dessus ATTENTION EMPATHIE

    LE DOCTEUR MICROPÉNIS, lyrique, onctueux, avec son sourire " enfariné "

    ... Moi-même, à moment donné, je prenais, vous savez, je dois dire, quantité d'apéritifs ... Eh bien, récemment, je me suis décidé à les diminuer aussi, et, voyez-vous, je me sens beaucoup mieux, depuis ! (le joker ouvre de grands yeux, puis pose sa pancarte, et se met à mimer du taïchi pendant le reste de cette tirade lente) Je fais même quelquefois de la marche à pied pour venir jusqu'ici au cabinet, tenez (le malade tient son bras qui tremble, et sa jambe tremble un peu aussi), il m'arrive de me garer et de laisser ma caisse près de chez cet ARBRE, vous savez, un vrai légume maintenant, il est carrément en compote, ça me fait des souvenirs entre nous soit dit, et, je ne sais pas si vous voyez, (exalté) je fais des fois des 300, voire des 400 mètres à pied, je m'oxygène, je respire le grand air des steppes, tout ça, voyez ...

    Le joker tout du long a donc fait des gestes amples des bras, genre taïchi, inspiré

    LE MALADE, le coupant assez sèchement, et avec espoir

    Mais c'est vrai, je fume ...

    JOKER

    Aaah, bien ... C'est bien, ça, ça va l'intéresser (ironique)

    LE DOCTEUR MICROPÉNIS, stoppé, outré, levant la main, s'écriant

    Mais vous allez nous foutre le feu au(x) bouleau(x) en tombant dans les pommes !

    JOKER, s'énervant, faisant mine de retrousser ses manches

    Mais je vais en faire du petit bois, de ce mec !

    LE MALADE, protestant

    Mais je ne bosse plus, je tombe chez moi !!!

    LE DOCTEUR MICROPÉNIS, agacé, élevant encore la voix

    Faites gaffe, quand même, Monsieur FAGOT !!! Ne faites pas de boulette(s) !

    LE MALADE, perdant espoir, un peu penaud

    Mais, Docteur, que faire ?

    LE DOCTEUR MICROPÉNIS

    Bon, écoutez Monsieur CONIFÈRE ... FORÊT, vous allez rentrer chez vous, ne restez pas planté comme un piquet, coupez du bois, montez des maquettes, tout ça, faites une partie de mikado, je ne sais pas, et surtout arrêtez de fumer, faites des échauffements sur poutre, par exemple - arrachez-vous ces pensées incendiaires de la fiole, je vous vois un peu allumé, faites faire ces coupes de votre calebasse si ça vous enflamme tant que ça et puisque vous brûlez qu'on vous éclaire de nos lumières - vous verrez, tout sera bien plus clair ! (en un crescendo autosatisfait)

    JOKER montrant ses poings, avançant, menaçant

    Mais quel enfumeur ! Il va voir de quel bois je me chauffe, cet obscur lampiste

    LE MALADE

    Et mes nausées ?

    JOKER énervé, appuyant

    Oui, et sa nausée ? ... Ce fifrelin va dire que c'est du pipeau aussi …

    LE DOCTEUR MICROPÉNIS

    Mais c'est que vous nous allez vous coûter un bras (il regarde les bras de FORRÉ pour vérifier lequel fonctionne) gauche, Monsieur PAILLE ... CHAUME ... FORÊT, si ça continue ! Là, je vous mets ce médicament au prix un peu exorbitant mais qui vient de sortir, INEFFICACITOR®, vous rentrez, vous me le testez, et vous ressortirez me voir pour me montrer votre cerveau quand on l'aura mis en tranches 

    LE MALADE

    Il n'y a pas d'effets secondaires ?

    LE DOCTEUR MICROPÉNIS, négligemment

    Ça fait un peu mal derrière les orbites, la vue baisse un peu il paraît, vous verrez - vous me direz, mais pour imprimer ces vues de votre matière grise, c'est donc prévu

    JOKER

    On n'y voit pas très clair ni n'y entend pas grand chose en nez fait

    LE MALADE

    ... Mais ... Docteur, en faits, vous ne m'examinez pas ?

    JOKER

    Oui, au fait, c'est quand qu'il te regarde, Popaul ? Il se sort quand les doigts, de derrière, par exemple ? Il se touche pas un peu ?

    LE DOCTEUR MICROPÉNIS, se levant, énergique

    Écoutez, ce n'est pas la peine, vu que vous parlez ... [que vous] partez

    MICROPÉNIS lui tend la main (plutôt comme s'il allait le pousser vers la porte), se ravise (il voulait prendre sa main droite que FORRÉ a du mal à maîtriser), au final renonce à lui serrer toute main

    LE DOCTEUR MICROPÉNIS, avec un large geste

    Rentrez plutôt où vous habitez vous mettre bien au chaud, avec ce microbe

    JOKER, vénère

    Qui ça, moi ? Hé, tu me traites pas !

    LE MALADE, se reculant devant les gestes de Micropénis

    ... Et je prends rendez-vous moi-même pour l'IRM, et je leur dis que c'est urgent ?

    LE DOCTEUR MICROPÉNIS, vexé-soulagé, le poussant vers la sortie

    Oui, voilà, c'est cela, Monsieur POINTU ... FORÊT, faites donc ça, ça tombera à pic (sourire ironique) - et soignez-vous bien !!! (criant joyeusement)

    Il lui met sa carte suprême dans sa poche poitrine, hésite un peu avant d'y mettre aussi la Gold, ouvre la porte, lui fait un salut ironique - du genre bon débarras - et le pousse dehors

    JOKER

    Waterloo, morne plaine

    On peut mettre le refrain d'ABBA aussi, par exemple comme musique de salle d'attente, pendant que le malade a sa démarche toujours hésitante, et en sortant du cabinet médical - il est souvent déséquilibré et il secoue donc son bras donc droit périodiquement

    Il titube, rentre chez lui par le fond de la scène, donc à pied, et il arrive épuisé chez lui

    SCÈNE TROISIÈME : retour chez le malade - LE MALADE, LE JOKER, LA SECRÉTAIRE DU CABINET DE RADIOLOGIE

    LE MALADE, au JOKER

    Et maintenant, moi, je fais quoi ?

    JOKER

    Pourquoi ne pas t'inscrire au biathlon cet hiver ?

    LE MALADE

    Bon, je prends rendez-vous avec les IRMistes ? (le JOKER ne disant rien, il appelle le cabinet de radio) Allô, le cabinet de radiologie ?

    Répondeur : " Votre correspondant(e) est importamment occupé(e) à des affaires d'importance(s), votre dérangement lui est imputé via un bip-bip-bip ultrasonore " et la ligne est coupée à moultes reprises (avec toujours les fameux bips-bips-bips), puis ça décroche enfin

    Le JOKER a pris un air neutre, quoiqu'on le sente excédé, et de plus en plus

    LE MALADE

    Allô, le cabinet de radiologie ?

    Posters derrière la secrétaire qui décroche : LE SILENCE DES AGNEAUX/HANNIBAL/RED DRAGON

    LA SECRÉTAIRE

    Non, ici c'est l'épicerie du coin

    JOKER

    Ah tiens, encore une cocotte qui s'ennuie

    LE MALADE, espérant

    Bonjour Madame, je vous appelle pour avoir une IRM en urgence

    JOKER

    Attention il est encore trop poli, en plus d'être toujours naze

    LA SECRÉTAIRE, sèche

    Les urgences, c'est à l'hôpital Monsieur, ici, c'est un cabinet de radiologie

    JOKER

    Je le dis tout le temps

    LE MALADE

    Mais vous faites bien des IRM ?

    LA SECRÉTAIRE, glaciale

    Moi non, Monsieur, c'est les radiologues qui les font

    JOKER

    Je vous l'avais dit

    LE MALADE

    Est-ce que je peux avoir un rendez-vous d'IRM, alors ? J'ai une ordonnance du Docteur MICROPÉNIS

    JOKER, à FORRÉ

    Ah voilà qui est mieux, fais-lui peur !

    LA SECRÉTAIRE, sèchement, levant la main

    Monsieur, vous devez d'abord nous donner votre identité, Monsieur - vos noms, prénoms, adresse, date de naissance, et le casier judiciaire complet de votre grand-père, Monsieur ... (elle attend un nom)

    La secrétaire fait défiler les dossiers sur l'ordi avec le gros bouton cranté du TÉLÉ-CRAN

    JOKER

    Même pas peur ...

    LE MALADE

    C'est Monsieur FORRÉ

    LA SECRÉTAIRE

    Ah, vous êtes de là-bas, dites !

    LE MALADE

    Euh, non, je suis d'ici, c'est juste mon grand-père qui était montagnard ...

    LA SECRÉTAIRE

    Celui qui a un casier ?

    JOKER

    Oh non, on s'embourbe, là

    LE MALADE

    Euh, non - vous savez, c'était un homme très simple

    JOKER, à FORRÉ

    Évite les conventions, s'il te plaît

    LA SECRÉTAIRE, insinuante

    Et à vous, qu'est-ce qui vous arrive ? ... Qu'est-ce que vous nous préparez-conplotez-tramez-faux-mentez-mijotez ?

    JOKER

    Oh la cocotte elle commence à me [les] chauffer un peu aussi

    LE MALADE

    Je crois que j'ai fait une attaque cérébrale

    LA SECRÉTAIRE, joviale d'une joie mauvaise

    Ah ! vous voulez dire que vous n'avez plus toute votre tête ?

    LE MALADE, conciliant

    Madame, vous savez, je ne veux pas faire la révolution, il me faudrait juste une IRM

    JOKER, à FORRÉ

    Bien ! La terrorise surtout pas, la bourgeoise !

    LA SECRÉTAIRE, rogue mais s'adoucissant

    C'est votre droit, quand il n'y a plus de chef, Monsieur ... Le peuple-y-est ! Nous vous le conscédons, surtout avec une ordonnance ...

    LE MALADE, lénifiant

    Le Docteur MICROPÉNIS que j'ai consulté m'a dit de vous dire qu'il fallait la faire en urgence, par mesure de salubrité, vous voyez

    JOKER

    Bien, FORRÉ - (pontifiant) en te référant à un tiers tu étouffes toute velléité de révolte

    LA SECRÉTAIRE, professionnelle

    Voyons voir, j'ai un rendez-vous d'IRM à l'horizon de Ventôse prochain, peut-être en Frimaire ou en Brumaire : pour y voir plus clair vous vous équiperez d'un produit pour vous piquer, nous avons une convention avec les apothicaires

    LE MALADE

    Mais avec votre produit pour me piquer je vais me retrouver sans culotte

    LA SECRÉTAIRE, élevant la voix

    Ce n'est guère civil de vous révolter ! Vous n'êtes pas un indigent, Monsieur ABATTIS, et c'est pour le salut [du bien] public que nous piquons les malades

    JOKER, levant les yeux au ciel, écartant les bras, déclamant

    Et les malheureux seraient les puissants de la terre !

    LA SECRÉTAIRE

    Donc Monsieur MONTICULE, je vous prépare cette assignation : la lettre portant le cachet du Cabinet vous parviendra avec diligence ; n'oubliez pas de décommander en cas de décès, et ne lanternez pas pour vous procurer ce produit, il est révolutionnaire

    LE MALADE

    Mais je suis allergique !

    LA SECRÉTAIRE, levant une main

    Cessez enfin de vous révolter ! Les allergies n'existent pas, Monsieur ARÊTE, c'est les allergolo ... radiologues qui le consfirment, pour éclairer votre lanterne !!! On vous a raconté pis que pendre !

    LE MALADE

    Mais je fais des boutons et je gonfle, j'étouffe, je peux mourir

    JOKER, avec des gestes d'apaisement

    Non, n'explique rien, elle va dire que tu bourgeonnes ! Que c'est une révolution de printemps ...

    LA SECRÉTAIRE, affirmative, levant une main

    Monsieur TERTRE, vous n'avez pas mouru puisque vous êtes au bout du fil

    JOKER, levant les yeux au ciel en écartant les bras puis montrant le malade

    Et voilà que notre malade est à nouveau coi

    LA SECRÉTAIRE, gourmande

    Mais évidemment, si vous buvez de l'alcool ...

    Le JOKER se retourne vivement vers le public, lève un doigt de sa main droite, tout en levant bien haut sa pancarte tenue à gauche " ATTENTION EMPATHIE "

    JOKER

    Attention, voilà qu'elle nous fait bénéficier de ses lumières sur la question

    Le malade reste muet

    LA SECRÉTAIRE, insinuante

    Ou peut-être bien que le stress ...

    Le JOKER, s'étant approché de la secrétaire, a levé deux doigts en regardant le public comme s'il comptait des points, le malade toujours muet baisse la tête

    LA SECRÉTAIRE, inspirée

    Ou bien alors une dépression saisonnière ... en cette saison ...

    Le JOKER lève donc trois doigts avec entrain, le malade est toujours muet et un peu effondré

    LA SECRÉTAIRE, rêveuse

    Oui, c'est bien un bipolaire !

    Le JOKER a levé 4 doigts

    LA SECRÉTAIRE, en extase

    Ou bien aussi un burn out ... ça vous brûle toute une forêt, ça

    Le JOKER montre ses 5 doigts, sa main ouverte au public, l'avance - la recule

    Le malade tombe à genoux

    Le JOKER, redevenant sérieux, court vers le malade et lui prend la main (gauche)

    LE MALADE, faiblement

    Donc je dois aller acheter votre cochonnerie ...

    LA SECRÉTAIRE, le coupant, furieuse

    Quoi ? Qu'est-ce que vous dites ? (élevant encore la voix, tranchante) Je suis une (détachant bien les mots, cérémonieuse) Secrétaire Médicale, Monsieur SAILLIE

    JOKER, ironique

    Et ta sœur !!!

    LE MALADE, lassé, vidé

    Rien ... Je dis rien - ça ira, ça ira ... Je ne lambine pas, en bon larbin j'irai quérir vos précieuses cartouches et me présenterai devant vous à l'échéance, à la lanterne ... À dieu, Madame Assistante Anonyme 

    JOKER, à l'adresse de la secrétaire, avec force

    Bête de gibet !!! Exécutante Mal-faisante, je te vile-y-pende !

    Le malade a laissé tomber le téléphone - il est effondré, la tête basse, raccroche, maladroitement, désespéré

    Le JOKER met les Frères Jacques sur la platine : encore heureux qu'il ait fait beau et que la Marie Josèphe soit un bon bateau mais le malade est impossible à remonter - il est vraiment abattu ...

    Donc il y a des semaines jusqu'à l'IRM (horloge tournant en accéléré) pendant lesquelles le malade deviendra tout maigre - il titubera/tombera-secouera son bras, tournera en rond perpétuellement : ça deviendra de plus en plus désordonné chez lui 

    fin de l'acte deux[ième] - suite au prochain PORTFOLIO

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.