Portfolio

LE PARAVENT - the PLAY : acte trois[ième] - débuts à l'extérieur

la survie dans une " société " non solidaire pour un sou ...
  1. ACTE TROIS[IÈME], les se(r)vices de proximité

    SCÈNE PREMIÈRE : FORRÉ cherche de l'aide, voire de la conpréhension, aux alentours de chez lui

    Après encore une  nuit horrible passée chez lui (l'horloge a tourné 12 heures à toute vitesse pour nous) dans l'espoir de passer un jour son IRM, FORRÉ la mine sombre et épuisé(e) se décide à aller sonner chez ses voisins, il titube en y allant, emmenant ses ordonnances, et sonne avec son index gauche (ils le voient arriver, le guettent, même) - paillasson HOME, rideaux de dentelles, avec des cœurs et des fleurs - et des petites fleurs jolies en pots partout + de mignons petits nains de jardin, des statuettes hideuses ... un faon près du seuil - ils sont à la retraite : la voisine ouvre avec méfiance et un sourire figé, elle a une présentation de commère ; de derrière elle son marri dévisage FORRÉ (les deux sont tirés à quatre épingles, hyper-rigides - la nana, en tablier à fleufleurs et un plumeau à la main, a des TOCs évidents dès la première seconde, nettoie tout, visiblement obsédée par le moindre grain de poussière) - au fur et à mesure, à la défiance de la vieille rombière se rajoute sa curiosité malsaine, gardant un sourire toujours de façade et hypocrite

    Le JOKER est derrière lui en soutien, mais reculera, de plus en plus dégoûté, au fur et à mesure que la voisine s'exprime

    LE MALADE, très poli

    Bonjour Madame, je suis Monsieur FORRÉ, votre nouveau voisin - je m'excuse de vous déranger, mais je suis très malade ... Ça ne vous dérangerait pas trop de bien vouloir aller me chercher des médicaments à la pharmacie du coin ?

    LA VOISINE, supérieure

    Ah oui, c'est donc vous, alors, qui venez de la montagne ... (le dévisageant, inquisitrice) Ça ne se voit pas que vous êtes malade ! (réprobatrice)

    Il a une mine grisâtre, titube et secoue son bras, tous mouvements examinés avec avidité par les deux judas - le JOKER qui recule lui fait signe de laisser tomber et de revenir à la maison avec lui ; la voisine se penchant pour essayer de lire ses ordonnances, il les lui prend et les dissimule dans sa poche kangourou

    LE MALADE

    Je ne me sens vraiment pas bien, vous voyez ... Est-ce que vous pourriez me rendre ce petit service ? Ce n'est pas très loin ...

    LA VOISINE avec entrain

    Oui, oui, c'est juste à côté ! (levant la main, et insinuante) Mais dites, il y a plus grave que ce qui vous arrive ... (saisissant son plumeau de couleurs acidulées, se mettant à sautiller gaiement sur place et à épousseter la porte et la sonnette où FORRÉ avait mis son doigt) Et, vous voyez, moi je ne sais plus où donner de la tête !

    JOKER

    Punaise, la vieille rosse, elle en tient une couche - oui, y a de la besogne si elle veut faire dégorger la crasse incrustée dans son ci-boulot (en se tapotant la tête) - qu[']elle cafarde !

    Son marri acquiesce de derrière elle, totalement soumis à sa tendre et chère, dévisageant posément FORRÉ avec un sourire suisse

    LE MARRI DE LA VOISINE, air savant, sentencieux et satisfait, ânonnant

    Mais oui : « Quand il n'y a plus d'espoir, pourquoi espérer, quand il y a de l'espoir, pourquoi désespérer ? »

    LA VOISINE, ravie, joviale, tançant FORRÉ

    Moi je suis très bien soignée, Mon Docteur est très bien : Son papa était Docteur comme Lui !

    JOKER, se vrillant la tempe

    Faut leur filer à bouffer du foin, à ces deux carnes ! 

    Le malade reste coi et ouvre de grands yeux, puis il rebrousse chemin maladroitement, pour s'en aller plus déçu et inquiet qu'en colère (rappelons qu'il est très faible avec des nausées)

    LE MALADE, titubant

    Bon, ben je vais y aller, alors ...

    LA VOISINE, triomphale, lui jette 

    C'est ça, allez vous laver la tête !

    Ils claquent leur porte après l'avoir bien observé tituber jusque chez lui - le JOKER qui a regardé ça du seuil de la maison à FORRÉ, crache par terre - enfin, dans leur direction - et il cherche à consoler FORRÉ par ces mots :

    JOKER, dégoûté

    Purin, les aliénés, c'est vraiment la galère ! L'enfer, c'est ô truie - et son goret ...

    Ils rentrent  

    SCÈNE DEUXIÈME: FORRÉ se rend à la Pharma$cie®

    Le malade s'habillera avec difficultés, aidé par le JOKER, et titubera jusqu'à la pharmacie, donc pas loin du tout quand on n'est pas malade 

    La déco consiste en un poster avec des grosses gélules : " soldes : 13 pour le prix de 12 ", un autre figurant plein de produits chimiques, comprimés ou gélules, avec marqué : " éliminez vos toxines avec DÉTOXFOR ", et sinon il y en a un figurant un groupe de pharmaciens, en longues blouses blanchissimes, souriants, avec des dents (de vampires) immaculissimes, se tenant par les cous et les épaules : " les pharmacien(ne)s sont vos ami(e)s "

    Le malade, titubant toujours et toujours avec des problèmes avec son bras droit, vient avec son ordonnance d'INEFFICACITOR et de produit de contraste

    La pharmacienne, bien enveloppée, " accueille " la cliente avant lui, qui est très maigre, le teint grisâtre, et vacille un peu

    Pancarte Docteur Roselyne SUPPOSE-HISTOIRES sur le comptoir

    LA PHARMACIENNE joviale, voix tonitruante

    Ah bonjour, Madame JACHÈRE ! (gaiement) Alors, pas trop crevée, avec votre cancer ?

    Le joker sort sa pancarte ATTENTION EMPATHIE et l'agitera à la plupart des répliques claironnantes de la potarde

    MADAME JACHÈRE, inaudible, tend son ordonnance à la pharmacienne

    ...

    LA PHARMACIENNE, lisant l'ordonnance, et s'exprimant toujours à voix très forte

    Ah oui, ils en ont de ces protocoles, à l'hôpital - plus y en a, et plus c'est compliqué ! ... Ah, il vous faut encore cet autre toxique ? Eh bien, ça ne va pas être simple !

    MADAME JACHÈRE, faible, pâle et inaudible

    ...

    Entretemps la pharmacienne, qui hurle presque à la cantonade, a étalé plusieurs boites de SURVIVOR® à la vue de tou(te)s sur le comptoir

    LA PHARMACIENNE, levant la main, efficace

    Je ne peux vous donner la première boite de SURVIVORⓇ que demain et il faudra revenir me signer le registre, je ne peux pas passer la marchandise à quelqu'un d'autre - je veux dire en bonne santé, c'est trop risqué, voyez ? Après, c'est une boite par jour, pendant 6 jours, que je vous délivre

    MADAME JACHÈRE, inaudible, inquiète

    ...

    LA PHARMACIENNE

    Oui, les effets secondaires sont terribles ! On ne peut plus rien faire, vous verrez ! De toute(s) façon(s), vous viendrez !

    Le JOKER agite à nouveau sa pancarte ATTENTION EMPATHIE

    MADAME JACHÈRE, inaudible et faible et pâle

    ...

    LA PHARMACIENNE

    Ah non, vos enfants ne peuvent pas venir signer pour vous - (confidente, à voix basse) au(x) fait(s), vous avez pensé à la suite ? (elle rêve) ... Une petite donation ... À propos, ils se portent bien, eux ? Comment ça va ? Et les affaires, en attendant, ça marche bien ?

    MADAME JACHÈRE, inaudible et faible et pâle

    ...

    LA PHARMACIENNE

    Hé bien, voilà qui est rassurant !

    MADAME JACHÈRE, inaudible

    ...

    LA PHARMACIENNE, indifférente, négligemment

    Ah oui, les nausées, vous en aurez encore plus, évidemment ! (elle s'éclaire) Mais vous pourriez nous tester notre nouveau truc, là, INEFFICACITORⓇ pour les gastros, qui vient de sortir, ils ne vous l'ont pas mis parce que ce n'est pas efficace, bien sûr, et il coûte un peu les yeux de la tête, mais vous allez y arriver, hein ?

    MADAME JACHÈRE, inaudible, essayant de négocier

    ...

    LA PHARMACIENNE, confidente

    Vous voyez, on peut s'arranger, mais seulement si vous pouvez me payer la boite ... Si vous n'êtes pas encore fauchée, Madame JACHÈRE ... Pour la longue maladie, vous attendez toujours ? Ce ne sera plus très long, j'espère (clin d'œil appuyé) - en tous cas d'ici là vous devez faire l'avance

    Madame JACHÈRE, résignée, sort ses portefeuille et porte-monnaie, et aligne des pièces et puis des billets devant la moue de la pharmacienne, que celle-ci compte démonstrativement, l'encourageant à continuer, la mine de plus en plus réjouie - quand portefeuille et porte-monnaie sont vidés, la potarde attrape le fric, le serre dans son poing et tournera les talons

    (on peut mettre derrière un poster sur les dangers du sucre ...)

    LA PHARMACIENNE

    Bon, puisque vous avez le blé, je vais vous chercher la came ... Lotte ! (hurle-t'elle de sa voix de poissonnière)

    Pendant ce temps un autre malade, une personne âgée, entre, ayant visiblement mal, il marche difficilement, plié en deux, a les traits tirés - il a une ordonnance de la veille, et demandera du DOLIMOU® en plus à une autre vendeuse - peut-être cette Lotte - qui sortira de derrière

    La vendeuse a une étiquette marquée prénom épinglée sur la poche poitrine avantageuse de sa longue blouse blanche virginale

    L'AUTRE MALADE, faiblement puis presque suppliant

    Bonjour Madame, je suis passé hier chercher mes médicaments pour mon mois ... Je me demandais si vous pouviez m'avancer une autre petite boite de DOLIMOUⓇ, s'il vous plaît

    LA VENDEUSE, super en forme, maîtresse de la situation

    Ah non, Monsieur POUSSE ! (examinant l'ordonnance avec suspicion, puis levant la main) Quand même, vous exagérez, il ne faudrait quand même pas profiter, je vous ai déjà délivré, c'est impossible !!! (sourire carnassier au malade douloureux, atterré)

    L'AUTRE MALADE, quasi-désespéré

    Mais ... Est-ce que je ne pourrais pas vous payer, enfin acheter, par exemple une petite plaquette de DOLIPÂLEⓇ ?

    LA VENDEUSE, triomphante, sentencieuse

    Ah non, ce n'est pas possible ! Il ne faudrait pas abuser, Monsieur, le DOLIPÂLEⓇ étant une autre forme galénique du DOLIMOUⓇ, du coup ma responsabilité serait en-gagée si vous rendiez coupable d'un surdosage en para-c'est-ta-molle, un coup dur pour moi, vous vous rendez bien compte(s), hein, Roselyne (coup d'œil complice calculé à la pharmacienne) !

    Le JOKER agite fortement sa pancarte ATTENTION EMPATHIE tournée vers la vendeuse en la désignant (lui faisant signe qu'elle a de l'empathie surtout pour elle-même) 

    JOKER

    On se rend comptes que t'es vachement con-pétante, toi

    L'AUTRE MALADE, effondré, plié en douze, tournant les talons en titubant

    Bon ... (voix chevrotante) Bien ... Au revoir, Madame

    JOKER, triste

    Y a pas eu besoin de beaucoup le mal-mener pour le jeter dehors, celui-là

    LA VENDEUSE, radieuse, criant à son dos tourné

    Portez-vous bien, Monsieur POUSSE, à dans 28 jours !

    JOKER, la mimant

    Et bonne bourre !

    Le client sort donc tête basse, quasi plié en 24 de douleurs etc.

    Satisfaite, la tête haute-le port droit, la vendeuse retourne dans l'arrière-boutique - d'où on entend des rires et prononcés fort les mots JACHÈRE, métastases et INEFFICACITORⓇet puis la pharmacienne revient avec une énorme boite d'antinauséeux, verdâtre fluo qui fait mal aux yeux, avec l'image d'un très gros comprimé sur le devant, marquée INEFFICACITORⓇ

    LA PHARMACIENNE, triomphale

    Attention les yeux ! C'était donc 66 Euros la boite, (elle a pris beaucoup plus d'argent) et vous devrez en prendre beaucoup, mais faites très attention, vous ne devrez pas les prendre en même temps que le SURVIVOR® ! (Madame JACHÈRE attrape la boite, titube sous la masse, mais remercie et s'en va) À demain, Madame JACHÈRE, au plaisir de vous reluquer à nouveau !

    MADAME JACHÈRE, inaudible, tête basse, et s'en va

    ...

    Le malade pendant ce temps a attendu, la mine de plus en plus perplexe, flanqué du JOKER qui s'est moqué de la pharmacienne par gestes, il a mimé sa fausse amabilité à la fin

    NB elle aussi a un TÉLÉ-CRAN avec un gros bouton cranté sur le côté - le malade, évidemment, lui ne voit pas ce qu'il y a marqué

    JOKER, regardant Mme JACHÈRE sortir

    Elle est bien gentille, cette dame

    LE MALADE, tendant sa carte suprême et ses deux ordonnances

    Bonjour Madame, je viens chercher ...

    LA PHARMACIENNE, sèchement, levant la main

    Des médicaments, je sais, oui ! (regardant alternativement les deux ordonnances) Mais ... Pourquoi vous voulez des produits à vous injecter, s'ils vous donnent la nausée ? Ou alors, en plus, vous faites des radios pour une gastro, vous ? (enfournant la carte) Et vous êtes invalide, vous, je vois ? (suspicieuse, le dévisageant des pieds à la tête) Ça ne se voit pas, pourtant ! (et puis elle fait défiler le dossier, avide)

    JOKER

    Et elle, elle est en forme(s), la potarde

    LE MALADE

    Euh, non, c'est-à-dire que je dois passer une IRM, et leur amener des produits, parce que j'ai fait un AVC, qui me donne des nausées ...

    LA PHARMACIENNE, triomphale et indifférente

    Eh bien dites donc, vous n'avez pas de chances, vous !

    Le JOKER agite sa pancarte ATTENTION EMPATHIE

    JOKER, se pavanant ironiquement

    Vous pensez ? ... Les avis, c'est comme les trous de balle(s), tout le monde en a un

    LA PHARMACIENNE, regardant l'écran

    Et c'est FORÊT, que vous vous appelez ? Vous venez de là-haut, en plus ?

    LE MALADE

    Euh, non, c'est ma famille qui ...

    LA PHARMACIENNE, le coupant, passant son dossier au crible

    Mais je vois que vous n'avez personne !

    JOKER

    Elle est connectée, la professionnelle ... Mais pas partageuse

    LE MALADE, las

    Non, c'était mon grand-père qui venait de la montagne

    JOKER

    Pourquoi tu y reviens toujours, et tu leur donnes des infos sensibles ? (avec des coups d'œils furibards à la pharmacienne qui reluque toujours son dossier) Tu t'ennuies dans la vie, toi aussi ? 

    LA PHARMACIENNE, mielleuse

    Bon, c'est sûr, ce n'est pas forcément de votre faute ! Nous en avons souvent d'autres, des grimpeurs, dans nos murs, vous savez !

    LE MALADE

    Je vous ai un peu entendue dire qu'INEFFICACITORⓇ, c'était inefficace, c'est vrai ?

    LA PHARMACIENNE

    Disons que vous pourrez le tester vous aussi, c'est juste qu'il coûte les écailles des yeux, mais l'invalidité à première vue vous le paiera, à vous

    JOKER, ironique

    C'est bien vu

    LE MALADE

    Mais je suis invalide à cause de douleurs

    LA PHARMACIENNE, levant la main

    Oh invalide, c'est invalide, vous voyez ! Vous, vous êtes cassé, bipolaire, que ce soit le stress, une dépression, l'alcool ... (avec un clin d'œil conplice)

    Le JOKER agite sa petite pancarte ATTENTION EMPATHIE

    JOKER

    Le tabac ...

    LA PHARMACIENNE

    Du moment que ma cabane à moi tourne ... D'ailleurs le Docteur MICROPÉNIS et les IRMistes balancent tout dans la même case

    JOKER

    Ouais, ça s'équilibre ! Un traitement maison !

    LA PHARMACIENNE

    Je m'exécute avec joie, je vous cherche les 6 boites (appuyant, ravie) d'INEFFICACITORⓇ

    Le JOKER en profite pour faire le signe de se - ou plutôt de lui couper la gorge

    JOKER

    Si c'est de la daube, autant t'en [re]fourguer un maximum ; ça arrangera tout ce (beau) monde

    La pharmacienne file dans l'arrière-boutique où on entend des rires et prononcés les mots invalide, bipolaire et INEFFICACITORⓇ - elle revient tirant les 6 boites sur un diable - bruits inquiétants avec le chargement et/ou le roulage ...

    Elle ramène aussi le produit pour l'IRM un énorme flacon noir avec en tout petit le sigle poison - en rouge

    LA PHARMACIENNE riant encore, puis réfléchissant tout à coup

    Le produit avec lequel ils vont vous piquer, dites, vous y êtes aussi allergique, je suppose ? (sourire malin)

    LE MALADE, heureux qu'on lui demande

    Oui, mais on m'a dit que ça irait

    LA PHARMACIENNE

    Ah, ça ira, ça ira, ça ira, ils vous ont dit ça parce que vous êtes de la montagne ! (réfléchissant) ... Vous devriez nous prendre une boite d'antiallergiques avec, on [vous] mettra ça dans votre case invalidité, ça ne vous coûtera pas plus et nous serons tous et toutes moins précaires

    JOKER, réfléchissant aussi

    C'est comme au Monopoly®, tu repasses par la case départ, on voit de suite l'intérêt ... (s'éclairant) Ah oui ! on voit de suite pourquoi elle monopolise ton intérêt

    LE MALADE

    Mais vous pouvez m'en donner comme ça, un produit contre mon intolérance au produit ?

    JOKER, dégoûté

    Oh, ça donne juste un peu la nausée ... Et le vertige !

    La pharmacienne prend alors une énorme boite rose derrière elle, sur une étagère qui croule sous plein d'énormes boites roses, uniquement, proche du comptoir, prêtes à partir-être vendues

    Au haut de l'étagère il y a marqué Gift (sans sigle cette fois-ci) → gift = cadeau en anglais, poison en allemand

    LA PHARMACIENNE, commerciale

    Mais sans aucun problème Cher Monsieur ! Voilà, je rajoute une petite boite de FAIBLOR-FORTⓇ (elle coche une case dans l'ordi) dans votre invalidité, il n'y a pas de quoi faire le délicat ... Nous travaillons main dans la main avec le Docteur MICROPÉNIS, il adhèrera et nous collera une petite virgule, y mettra sa patte !

    JOKER

    Non, pas la peine d'être écœuré, vraiment !

    Le malade attrape et empile maladroitement au creux de son bras gauche, à cause notamment de son déficit du bras droit, ses 6 boites, et les autres produits, croûle dessous, la potarde le reluque attentivement se démener avec tout ça, genre les pouces dans les bretelles, avec un grand sourire, sans l'aider - rejointe par les vendeuses du fond (même jeu, qui le dévisagent longuement aussi)

    Le JOKER lui prend des boites pour l'aider en leur faisant la nique

    LE MALADE

    Au revoir, Madame, merci

    LA PHARMACIENNE, gaiement

    À bientôt j'espère ... Accrochez-vous, Monsieur BRANCHE ! ... (elle l'interpelle au moment où il se débat avec la porte) Dites, vous ne seriez pas de la famille de cet ARBRE, là, qui est presque complètement réduit en cendres, lui ? C'était un bon client, malheureusement ... (faux-cucul, elle laisse planer le doute)

    LE MALADE, se retournant avec difficultés, poli

    Euh, non, je ne connais pas ce Monsieur

    LA PHARMACIENNE

    Eh bien ce n'est pas grave - bon vent, Monsieur RAMURE (geste négligent de la main près de la tête), à la revoyure, et portez beau !

    Le JOKER fait en retour un au revoir moqueur-insolent (imitant des ramures qu'on agite), raccompagne le malade croulant sous ses boites au-dehors, et puis revient sur le devant de la scène pour réciter (avec le public ce serait génial) :

    JOKER

    Maitre Corbeau, sur un arbre perché

    tenait en son bec un fromage

    Maitre Renard, par l'odeur alléché

    lui tint à peu près ce langage :

    " Eh Monsieur du corbeau

    comme vous êtes joli

    comme vous me semblez beau !

    sans mentir si votre ramure FAIBLOR-FORT

    se rapporte à votre plumage INEFFICACITOR

    vous êtes le phénix des hôtes de ces bois "

    Donc avec le public (s'il y en a un) ce serait bien

    À la fin il va rejoindre FORRÉ et le regarde tituber sous le poids de ses boites & flacon 

    JOKER, indigné

    Ah non, on va pas devoir payer le taxi, en plus, pour trimballer toutes ces cochonneries

    Mais FORRÉ rentrera à pied chez lui (le JOKER portant aussi des boites et le soutenant), et arrivera évidemment épuisé

    On remarquera les silhouettes des voisins qui le guettent de derrière leurs rideaux à fleurs et cœurs ...

    À son retour chez lui mettre comme musique - j'adore, la désespérance totale : Glenmore " le retour " c'est absolument atroce

    Pendant des semaines (horloge en accéléré), on voit le malade tituber, tomber, secouer son bras, essayer périodiquement d'avaler son énorme comprimé d'INEFFICACITOR de couleur verdâtre, oui, dégueulasse et fluo - il devient tout maigre, il tourne en rond chez lui ... et ça devient donc en désordre, mais pas trop, quand même

    suite au prochain numéro/PORTFOLIO

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.