docteure TEÜPHELLE
L'AUTEUSE
Abonné·e de Mediapart

566 Billets

0 Édition

Portfolio 1 sept. 2021

LE PARAVENT - acte trois[ième], scène troisième, suite : les sévices imagés

les images rient médical maintenant

docteure TEÜPHELLE
L'AUTEUSE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  1. SCÈNE TROISIÈME - FORRÉ va au Centre d'Imagerie Médicale du quartier

    Enfin il ira au RDV d'IRM - donc deux semaines après - il y va en taxi, que donc il appelle :

    Répondeur du taxi : si vous voulez être taxé appelez un taxi, tapez 0 - si vous préférez arriver rapidement tapez-vous le trajet à pinces et ça raccroche, plusieurs fois (tonalité occupé entrecoupée de bandes-sons :  4 saisons, petite musique de nuit etc.) avant qu'il aie la standardiste

    LE MALADE

    Bonjour, puis-je avoir un taxi pour le cabinet de radiologie, rue des Tranchées ? C'est pour Monsieur FORRÉ, 6 rue de l'Enfer, dans le quartier de l'Avenir Radieux, à Knockout

    LA STANDARDISTE DES TAXIS

    C'est pour de suite ou pour prendre RDV ? Vous avez une Carte à Fric ? Vous êtes très en hauteur, ou c'est plus bas ? (comprenant quelque chose, avec avidité)  Vous avez une tumeur ? (sur cette phase qui lui donne de l'espoir, elle claironne)  On arrive !!!

    Le malade sort de chez lui par derrière, le JOKER portant le gros flacon de produit de contraste enveloppé dans un sac-poubelle, les voisins sont toujours à l'affût, les reluquant tout du long - on économise le trajet en taxi, qui se fera sur Jo le taxi 

    Il est tout maigre, il titube toujours, il tient son bras droit, et le secoue périodiquement ; en entrant dans le cabinet de radiologie/IRM le JOKER est furieux, fait des gestes en direction du taxi qui s'en va

    JOKER, en colère, vénère vénère

    Dis donc, au taxi on lui a pas dit que ça se faisait pas, de tirer sur une ambulance ? Le mec qui la ramène tout le temps ... Encore un qui a pas de pétrole ... (il crie)  Quel emmerdeur, il était tuant ce mec, elle était mortelle, cette course ! Une randonnée ... assommante

    Pendant que le JOKER s'énerve FORRÉ fait (difficilement, faible, titubant) le tour de la salle d'attente

    Pancarte  images du corps médical, reproduction interdite (sous peine d'e-radiation)

    Posters avec des images de grosses fractures avec en titre  si c'est cassé, c'est brisé, ça marche pas, une énorme fracture marquée  fracture simple, et un tas de poussière blanche marquée  fracture complexe

    Poster de cerveau numérisé avec des couleurs dont beaucoup de rouge et une énorme tumeur fluo, avec une cible dessinée dessus, sous lequel il s'arrête, marqué  Vous êtes sans emploi ? gagnez de l'argent en aidant la recherche (médicale) qui barre l'image

    On voit bien aussi les superbes dents de ce crâne, et le malade fait une grimace, montre les dents pour faire pareil, en attendant qu'on le cherche

    Il attend longtemps, il y a aussi une horloge qui tourne lentement et avec bruit quand il attend (longtemps)

    Pendant ce temps on entend le personnel rire et échanger des " anecdotes " (t'as vu sa fracture, comment il a fait ça ? ... la mammo, t'as vu ses nénés/tétés ? ... le pancréas, t'as vu les métastases ? terminer sur : eh, t'as vu comment elle était poilue, l'échographie ?) et des tasses à café s'entrechoquer

    Le malade a un visage décomposé, et de plus en plus

    Il s'est assis sous un poster d'un ECG qui devient totalement plat : soyez PATIENTS, nous sauvons d'autres vies, ailleurs

    Loin dans la pièce, au fond, le tube pour faire l'IRM, qui fait un peu peur

    Entre le manipulateur radio qui se pavane (mettre une queue de vache à tous les personnels ???) avec toujours une blouse immaculée, et longue, de médecin - on peut lui mettre une de celles qui ont un genre tablier de boucher, comme en ont les manipulateurs radios, d'ailleurs - un pyjama " de chirurgien ", et des sabots de fermier qui claquent fort, avec une étiquette sur la poitrine (agrandie, marquée  MENVUAUSSICON)

    (Le manipulateur radio aurait donc une queue de vache et des sabots - ça rappelle en plus Satan et un satyre - et un tablier de boucher)

    Il a une liste à la main qu'il consulte, criant alors que le malade est seul à attendre (ne pas oublier de terminer sur le brouhaha et les éclats de rire venant du fond sur : la vache, oui, elle était poilue ! ... et lui le gros bœuf dixit le JOKER)

    LE MANIPULATEUR RADIO, hurlant à la cantonade

    Monsieur PETITBOIS ? Où est un Monsieur PETITBOIS ? Monsieur PETITBOIS, pour une IRM du cerveau !

    JOKER, idem

    Il est beau, il est frais, il est rond, mon melon !

    LE MALADE, effrayé, s'avançant

    Euh ... Ici, mais c'est FORRÉ, F-O-R- ...

    LE MANIPULATEUR RADIO

    Ah, c'est vous, l'alpiniste ? Il vous est arrivé quoi ? Vous êtes tombé sur la tête ? Vous avez le cerveau chevelu, vous êtes fort, c'est ça ?

    JOKER

    Il ne fait pas dans la tétracapillotomie, celui-là

    LE MALADE, faiblement

    Non, c'est-à-dire que ... Je suis tombé dans les pommes il y a deux semaines, depuis, j'ai des nausées, et mon bras ...

    LE MANIPULATEUR RADIO, réprobateur, outré

    Vous venez ici avec une gastro ? Et ce bras, qu'est-ce que vous avez à le secouer comme ça, comme un prunier ?

    LE MALADE

    ... Mon bras ne marche plus bien

    JOKER

    Houla, méfie-toi de l'homme de la toundra ...

    LE MANIPULATEUR RADIO, reculant, levant son bras

    Est-ce que je sais, moi ? C'est bien vous, l'IRM du bourrichon ? Vous avez donné vos nom, prénoms, adresse(s), date de naissance, casier judiciaire du grand père, et surtout carte suprême, au secrétariat ?

    JOKER

    Attention au loup des steppes

    LE MALADE

    Oui, je lui ai tout donné, mais ça n'a rien à voir avec mon invalidité

    LE MANIPULATEUR RADIO, d'un coup énervé

    Mais c'est pas mon problème, ça, Monsieur FOURRÉ, on vous paie pour ça, non ? C'est normal de participer, après, vous ne pensez pas ?

    Le malade reste coi, ouvre de grands yeux

    JOKER, ironique

    Tout bien  réfléchi ... (appuyant sur le mot bien)

    LE MANIPULATEUR RADIO

    À propos de participer, est-ce que vous avez acheté le produit pour vous piquer ?

    JOKER, passant avec réticence le flacon de produit emballé au malade

    Non, non, il a vu de la lumière, comme un feu qui brûlait derrière la porte, il est entré (en même temps il lorgne le tube - qui ressemble à un four crématoire ; ils se sont déplacés dans la salle d'examens)

    LE MALADE, tendant le gros flacon emballé au manip

    L'IRM, c'est vous qui la faites ? Ça se passe comment, est-ce que ça fait mal ?

    LE MANIPULATEUR RADIO, avec dédain, lui arrachant le flacon des mains

    On découpe votre cerveau en tranches, et le Docteur FACEDECUIR viendra vous donner son avis

    JOKER, espiègle

    Est-ce qu'il pourra les ramener chez lui, après ?

    LE MALADE

    Et c'est long ?

    LE MANIPULATEUR RADIO

    Non, mais c'est bruyant, ça casse les oreilles (en criant sur le malade, pour l'exemple) - vous entendrez comme des coups de marteau et des scies, il ne faudra pas bouger tout du long

    LE MALADE

    Mais, si j'ai un peu peur ?

    LE MANIPULATEUR RADIO, s'énervant

    Écoutez, Monsieur FOURRÉ, par le trou, on vous entendra quand même crier, vous êtes RASSURÉ ??? (idem, il crie ce dernier mot)

    JOKER

    Il est piqué, lui

    LE MALADE

    Et donc vous m'injectez aussi le produit, c'est pour quoi ?

    LE MANIPULATEUR RADIO

    Dites, moi je suis pas infirmier, et j'exécute ...

    JOKER

    ... Les malades

    LE MANIPULATEUR RADIO, se rengorgeant

    ... Les ordres. Le Docteur FACEDECUIR a dit d'inoculer les clients avec et de leur dire que c'était sans danger, lui il les ponctionne, moi j'obéis, même si c'est un véritable marathon de piquer tout le monde

    LE MALADE

    Mais ça sert à quelque chose, ce produit ?

    LE MANIPULATEUR RADIO

    Mais vous êtes stressé, vous, ma parole !

    JOKER

    Ou c'est un burnes out

    LE MALADE

    Comme je suis allergique j'ai un peu peur, vous voyez

    LE MANIPULATEUR RADIO, levant la main

    Je vois, Môssieur (ironique) désire peut-être un traitement particulier ... (moqueur) Dites, vous seriez pas un peu dépressif, vous ? Ou carrément bipolaire ?

    JOKER

    Et invalide, par dessus le marché !

    LE MALADE

    Non mais les allergies, ça peut être grave !

    LE MANIPULATEUR RADIO, confident

    Ben FACEDECUIR il dit que ça peut pas, comme il y connaît rien - de toute(s) façon(s) il est radiologue, il est pas responsable

    JOKER

    Comme ça on est vraiment (appuyant sur ce mot)  rassurés

    LE MANIPULATEUR RADIO, toujours confident

    C'est le résultat qui compte, ça donne de plus belles images, non ?

    Il montre les posters, fier - le malade paraît indécis, ou largué

    JOKER

    Moi perso je trouve ça tape à l'œil, un peu comme l'INEFFICACITOR®

    LE MANIPULATEUR RADIO, clin d'œil

    ... Et puis avec tous ces coloriages et toutes ces mises en formes il n'a plus non plus besoin de chercher ce qu'il y a vraiment en dessous

    JOKER

    Ni de réfléchir à ce qui se passe ...

    LE MANIPULATEUR RADIO, toujours confident, et envieux

    ... Sans compter qu'il touche 6 Euros à chaque fois

    JOKER

    On ne peut pas prendre beaucoup à un pauvre, mais des pauvres, y en a beaucoup

    LE MANIPULATEUR RADIO, menaçant, à 2 cm du malade

    Alors, on vous pique, Monsieur FUTAIE ?

    LE MALADE, se reculant

    C'est FORRÉ, F-O-R-...

    LE MANIPULATEUR RADIO, index sur la tempe

    Ah oui, vous êtes fort, c'est vrai, et vous n'êtes pas d'ici, vous, en plus, mais du djebel, c'est ça !

    JOKER

    Et il tombe de haut, aussi

    LE MANIPULATEUR RADIO, à 2 centimètres, menaçant

    Et donc, on vous pique, ou quoi, oui ? Vous prenez une décision, à la fin ?

    LE MALADE, faiblement

    J'ai pris des antiallergiques par précaution ce matin, j'ai fait des chocs ...

    LE MANIPULATEUR RADIO

    Mais, dites, vous êtes vraiment bipolaire, vous ! Donc, vous vous pliez, le chêne, finalement - (menaçant) ça vaut mieux pour tout le monde

    JOKER

    Mais il a rien dit !!! (au malade, navré) Non mais c'est un peu plié de toute façon ...

    LE MANIPULATEUR RADIO, s'éloignant au fond de la pièce

    Allez, en lice, le montagnard ! Bon, on se déshabille, (autoritaire)  et on enlève ses petites prothèses - laissez la ferraille, vos bijoux (il rit tout seul) - de famille - là-bas ... (criant, péremptoire) Et vous enlevez vos longues-vues ! (lui faisant le signe d'enlever ses lunettes) Et vous déclouez vos dents ... (ricanant) si vous en avez, le sans-dents ... et vous mettez la petite chemise !

    Le malade enfile maladroitement la chemise d'une épaisseur de papier à cigarette (on peut rajouter un jeu de scène comme avec les sachets en plastique pour fruits et légumes dans les grandes surfaces), sans aide, pendant que le manip, qui le reluque sans vergogne, ricane et puis s'énerve de plus en plus, trépigne :  allez, on se dépêche ! - allez hop, on s'active un peu !!! on se BOUGE, de plus en plus impatient, tout en restant sur place, près du tube

    LE MALADE, sans son dentier et ses lunettes, titube et a une élocution pâteuse/zozotante

    C'est où ?

    LE MANIPULATEUR RADIO, du fond de la pièce, sèchement, il aboie

    C'est par là ! (moqueur) C'est ici que ça se passe !!! (bougeant de place pour désorienter encore plus le malade, avec un sourire méchant)

    Le malade en caleçon sous la chemise, maigre, titube, cherche, se cogne au mobilier médical contondant et se trompe, sans ses grosses lunettes posées sur la chaise

    Musique d'ascenseur près de la machine, et ici : itsi petit bikini

    Le manipulateur le regarde arriver en titubant et tâtonnant, les pouces dans les bretelles et hilare/moqueur, sans jamais l'aider, et pour finir le pousse dans la machine qui est un trou noir - il a failli tomber

    LE MANIPULATEUR RADIO, criant

    Mais tenez-vous !

    JOKER, en colère, au manip

    Oui, c'est ca, un peu de tenue !

    LE MALADE, zozotant

    Mais mon bras ...

    LE MANIPULATEUR RADIO

    Ben quoi ? Il marche pas, ce bras ?

    Le joker commence à se moquer du manipulateur en faisant le geste de doigts qui marchent sur son avant-bras mais s'interrompt en le voyant tirer brutalement et par surprise sur le bras droit de FORRÉ (il se précipite, mais trop tard), lui faisant mal ; le malade se retire, et crie de douleur, de peur, et de colère

    LE MALADE, criant, toujours zozotant

    Je crois que j'ai fait un AVC !

    LE MANIPULATEUR RADIO, énervé

    Ah bon , parce que vous êtes Docteur, vous, tout à coup !

    JOKER

    Parce que lui, c'est depuis longtemps ...

    LE MALADE, zozotant

    Non, je suis ingénieur, mais je pense ...

    LE MANIPULATEUR RADIO, le surplombant - méprisant

    Ben oui, un ingénieur, ça pense - en attendant, vous ne nous facilitez pas le travail, vous, les perdus en altitude

    JOKER, toujours ironique

    C'est pas facile, c'est vrai, comme bouleau, ce qu'ils font, à casser du petit bois tout le temps !

    LE MANIPULATEUR RADIO, intéressé

    C'est votre handicap, ce foutu bras ?

    Il veut tirer à nouveau sur son bras droit, le malade recule

    JOKER

    ... Mais instructif : on apprend des choses

    LE MALADE, zozotant

    Mais non, c'est après avoir perdu connaissance que ...

    LE MANIPULATEUR RADIO

    Mais vous n'avez pas perdu connaissance, puisque vous causez ! Ils sont dingues, ces bipolaires ! Comme vous parlez, vous buvez de l'alcool ?

    JOKER

    Attends, FORRÉ, je te cherche un Stradivarius, que tu puisses pisser dedans

    Le joker qui agitait un peu sa pancarte va chercher un violon, et une scie

    LE MALADE, zozotant

    Mais je ne bois pas !

    LE MANIPULATEUR RADIO, insinuant

    Ah oui, c'est votre religion qui vous l'interdit, évidemment

    JOKER

    Lui, il a pas besoin de ça pour jouer les tartuffes 

    LE MALADE, zozotant, et aussi énervé

    Mais, non ! Je ne ... Dites, est-ce que ne vous pourriez pas m'aider un peu quand même ?

    JOKER

    Ah ça, mon coco, c'est toute la question ! Oui, s'il voulait ... (s'approchant du crâne numérisé en poster, le fixant en réfléchissant)  Être, ou ne pas être ...

    LE MANIPULATEUR RADIO

    Voilà, voilà, Môssieur l'Ingénieur, je vous donne un coup de main !

    Il le pousse brutalement dans le trou noir du tube, le JOKER n'a pas pu intervenir

    À ce moment le manip est rejoint par le Docteur FACEDECUIR, issu du brouhaha de derrière, tout le personnel encore en train de rire sur  t'as vu la métastase ? - blouse de médecin battant ses mollets, sabots de chirurgien, queue de vache et stétho autour du cou, se pavanant, crâneur, hautain - étiquette Docteur FACEDECUIR sur sa poche-poitrine

    LE MANIPULATEUR RADIO, cérémonieux

    Ah Docteur ! L'IRM cérébrale est prête !

    DOCTEUR FACEDECUIR, distrait, au manip

    C'est prêt ? Dites, Gérard, vous en mettez, du temps !

    JOKER

    Non, mais là, c'est pas de notre faute ! On n'a pas discuté de dieu, ni de rien !

    LE MANIPULATEUR RADIO

    C'est ce Monsieur ... FOURRÉ, non, FORÊT qui cause, il est bipolaire, il pose plein de questions

    Le joker commence à jouer du violon, l'été des 4 saisons

    DOCTEUR FACEDECUIR, hilare, s'adressant au malade dans le tube

    Alors, on a des xylophages dans la tête ?

    JOKER, s'interrompant de jouer

    Il nous joue du xylophone, celui-ci ?

    LE MALADE, du fond du tube et toujours zozotant

    Excusez-moi, c'est à moi que vous parlez ?

    Il s'extrait maladroitement à demi du tube, rampe, pour s'asseoir à demi, sur le coude donc gauche (position humiliante, en dessous des deux autres) - on peut lui faire se casser la figure périodiquement, si on est sadique ... le JOKER s'appuie sur son violon

    JOKER

    Bonne question, coco

    DOCTEUR FACEDECUIR, vexé (qu'il réponde), se collant à 2 cm aussi, brutal

    Et à qui d'autre ? Et pourquoi on vous la fait, cette IRM ?

    JOKER, ironique

    Excellente question, non ?

    LE MALADE, zozotant, espérant de la compréhension

    C'est-à-dire, Docteur, qu'il y a quinze jours j'ai perdu connaissance - quand je me suis réveillé, mon bras droit ne marchait plus bien, j'ai des vertiges, et des nausées aussi, tout le temps, depuis : là, je n'ai plus pu boire depuis 3 jours ...

    Sur la musique provenant du tube de  j'ai la rate qui s'dilate, l'estomac qu'est trop gros etc.

    DOCTEUR FACEDECUIR, se reculant, levant la main et s'écriant

    Mais pourquoi vous venez ici avec votre gastro ??? Et quand on ne boit plus depuis 3 jours on est mort ! Et de l'alcool, en plus ...

    Le JOKER est passé à la scie musicale (quand on accuse à nouveau le malade de boire)

    JOKER

    Encore un qui regarde " Les experts " à la télé ...

    (la série où un type enterre vivante une femme milliardaire pour avoir une rançon via le mari qui lui a l'assurance-vie et les droits de succession - où il est dit qu'elle ne tiendra que 3 jours sous terre)

    LE MALADE, zozotant

    Mais, Docteur, les nausées ... Je ne peux plus manger, non plus

    DOCTEUR FACEDECUIR, levant le bras, soulagé

    Ah, alors c'est bien d'alcool dont vous parliez ?  (le joker remet un coup de scie)  Évidemment, si on se laisse aller ... (il tend la main et claque des doigts/les agite à l'intention du manip)  Qu'est-ce qu'il nous a mis, MICROPÉNIS ?

    Le manip lui donne l'ordonnance, FACEDECUIR lit

    DOCTEUR FACEDECUIR

    Voyons voir ...

    JOKER

    Oui c'est ça, voyons

    DOCTEUR FACEDECUIR, lisant en ânonnant

    " Perte de connaissance prolongée suivie d'un état confusionnel et d'un déficit droit " ... (rigolard)  Non, sérieux, il a vu tout ça, MINIBITE ? Il était là ?

    LE MALADE, zozotant

    Non, je lui ai raconté, et il m'a vu après

    JOKER

    Une vision d'enfer ...

    DOCTEUR FACEDECUIR, remontant dans l'ordonnance

    Mais, FORRÉ, FORÊT ... (sourire médical " empathique ")  Voyons voir, dites-moi, c'est pas de la montagne, ça ? Vous venez de là-bas, en plus ?

    JOKER

    Non, ne lui dis rien, ne lui raconte rien !

    LE MALADE, zozotant

    Non, c'est mon grand-père qui ...

    JOKER, admiratif, regardant le public et montrant le malade

    Mais, qu'est-ce qu'il est gentil ! Et dans son état ! (en aparté, mine contrite) ... La France ...

    DOCTEUR FACEDECUIR, le coupant

    Donc vous n'êtes pas d'ici, et vous picolez un peu, donc ... (le JOKER reprend son violon, aux aguets)  Et vous êtes un peu dans de la gaine, c'est à peu près ça ?

    Le JOKER rejoue un peu de violon, donc l'été des 4 saisons

    JOKER, ironique

    Oui voilà, c'est ça, c'est à peu près ça, c'est pas ça, on s'en fout ...

    LE MALADE, zozotant

    Mais non, Docteur, ça ne va pas du tout, j'ai perdu 15 kilos

    JOKER, à nouveau admiratif

    Mais c'est qu'il s'acharne, le pauvre coco !

    DOCTEUR FACEDECUIR, complice, genre avec un clin d'œil

    Non, mais vous voyez, une mauvaise hygiène de vie, l'alcool, le stress, tout ça ... Sur un terrain dépressif ... Et vous vous retrouvez totalement déboisé et dans la brume (rigolard)

    Le JOKER a joué du violon férocement sur toute la tirade, tout en levant sa pancarte  ATTENTION EMPATHIE de l'autre main

    LE MALADE, zozotant

    Mais, Docteur, je ne suis pas dépressif !

    DOCTEUR FACEDECUIR, se penchant vers le tube sans le regarder

    C'est ça ! Vous avez vu votre tête ?

    LE MALADE, zozotant

    Mais, Docteur, il y a aussi mon bras droit qui ne fonctionne pas bien ...

    DOCTEUR FACEDECUIR, regard par en-dessous au manip

    Oui, ça c'est un problème, Monsieur SOMMET ... FORÊT ... Quand on a des responsabilités ... Vous êtes ingénieur, vous ?

    Le JOKER agite bien haut la pancarte  ATTENTION EMPATHIE

    JOKER

    Non, bûcheron

    LE MALADE, zozotant

    Oui, mais je suis en invalidité maintenant, il y a 6 ans j'ai eu un terrible accident

    DOCTEUR FACEDECUIR, levant le bras

    Vous buviez déjà ? (rigolard à nouveau)  Eh ben dites donc, vous n'avez vraiment pas de chance, vous !

    Le JOKER a accéléré  l'été des  4 saisons sur " Vous buviez déjà "

    JOKER, ironique

    Mais c'est qu'il con-pâtit ! (en deux mots)

    Le malade reste coi, ouvrant de grands yeux

    DOCTEUR FACEDECUIR, insistant

    ... Et ... donc, Monsieur FAÎTE ... FORÊT ? Pourquoi on vous la fait, l'IRM ? (en riant sous cape, répétant :  fête foraine, fête foraine)

    JOKER

    Vraiment une excellente question, au fait

    LE MALADE, zozotant toujours, hésitant, à force

    Le Docteur MICROPÉNIS a dit qu'il fallait vérifier ...

    JOKER, l'encourageant

    Excellent coco, excellent ! Mets-lui la pression, à ce juteux !!!

    DOCTEUR FACEDECUIR, coupant court, rigolard

    ... S'il vous reste un cerveau, c'est ça ?

    JOKER, en colère

    C'est beaucoup d'études pour devenir médecin

    FACEDECUIR tourne les talons et s'éloigne, le manip en profite pour re-pousser brutalement le malade dans le tube, il s'écroule dedans

    LE MANIPULATEUR RADIO

    Bon, maintenant, on ne bouge plus ! On fait des essais pour voir si tout se passe bien !

    LE MALADE, zozotant

    Et vous allez me piquer ?

    LE MANIPULATEUR RADIO, levant le bras

    Pas tout de suite, le bipolaire, bon sang ! D'abord, vous entendrez une première série de coups frappés fort, puis comme des cliquetis (rigolard)  ... Comme quand on charroie des arbres, là-haut dans les bois

    JOKER

    Il charrie un peu, non ?

    Il tourne brusquement les talons et rejoint FACEDECUIR derrière la vitre (Parlez devant l'hygiaphone), où ils discutent et rient ensemble avec les répliques habituelles, et tout le personnel dont les secrétaires venues voir  il a plus un poil sur le torse/thorax/la poitrine ...

    mais un cheveu sur la langue enchaîne FACEDECUIR rigolard en effectuant machinalement les réglages, il fait des essais de quelques minutes - la chanson de Ferrat passe sur fond de coups de haches et de cliquetis :

    pourtant que la montagne est belle comment peut-on s'imaginer en voyant un vol d'hirondelles que l'automne vient d'arriver

    Puis les cliquetis s'arrêtent, le malade est ressorti à toute vitesse en sens inverse à l'aide d'une télécommande à distance (comme les Fenwick®), et le manip revient avec une seringue monumentale, un jeu d'énormes aiguilles et le produit dans son énorme flacon noir avec le sigle  poison

    LE MANIPULATEUR RADIO, à 2 cm du malade, criant, très menaçant

    Et maintenant, deuxième round, je vous pique !!!

    Le manip est très sûr de lui - très " professionnel " 

    LE MALADE, zozotant, terrorisé, se raidissant

    J'ai de mauvaises veines, vous savez !

    JOKER, avec commisération

    C'est vrai que t'as pas de pot, coco

    LE MANIPULATEUR RADIO

    Quoi ? (montrant SON bras sous toutes les coutures) (jeu de scène important : s'attarder)  Regardez, (il fait tourner son avant-bras, bande ses muscles, montre ses grosses belles veines bleues sous toutes les coutures)  c'est pourtant pas difficile de piquer !!! (puis se reculant) ... C'est vrai qu'avec votre stress ... et l'alcool ...

    Le JOKER a saisi sa pancarte ATTENTION EMPATHIE pour l'agiter furieusement sous le nez du manip pendant sa tirade, et lâche le violon à la fin pour rejouer un coup de scie - le malade a ouverts de grands yeux devant la démonstration du manipulateur

    JOKER

    Et si je jouais de la flûte, plutôt, à ce cabot ?

    LE MALADE, zozotant très fort, mais faiblement

    Mais je vous dis que je ne bois pas ...

    LE MANIPULATEUR RADIO, le menaçant à nouveau avec sa grosse seringue et le matériel impressionnant brinquebalant sur un plateau

    Et arrêtez de trembler comme une feuille, ou ça va se terminer entre 4 planches, FOURRÉ ! (en se moquant de lui, imitant son zozotement)  Je ne suis pas cyprès d'en finir avec vous!

    Il pique et repique et repique maladroitement et avec brutalité le malade, loupe de très nombreuses fois, en s'écriant joyeusement à chaque fois  raté, raté, encore raté !!! - les autres derrière la vitre rient aussi - le malade crie et se débat, pour finir il le pique violemment dans le bras droit et le relie au flacon avec la tubulure qui se remplit d'un liquide phosphorescent de la même couleur nauséeuse que la boite d'INEFFICACITOR® - ça a pissé le sang sur son beau tablier blanc de boucher, il a fait des bonds de côté, dégoûté

    DOCTEUR FACEDECUIR, de derrière son écran

    Ça y est, vous y êtes, le manipulateur ? Ça commence à sentir le sapin, ici ! Ou alors on l'attache ...

    LE MANIPULATEUR RADIO, fier de lui, se tournant triomphalement vers la vitre

    Yesss ! Je ne suis pas si infirme, yeah ! (regardant le radiologue par en-dessous)  Bon dieu ! Voilà, ça ira, ça ira, c'est planté !

    JOKER

    En parlant de bûcherons ...

    LE MANIPULATEUR RADIO

    J'inocule

    JOKER, ironique

    Il est du lignage des saigneurs, celui-ci

    LE MALADE, zozotant, plaintif

    Et dans mon bras qui ne marchait déjà plus !

    LE MANIPULATEUR RADIO

    Eh ben, vous ferez un nœud - bon, on va y aller pour une série de coupes, et ne bougez plus d'une allumette

    LE MALADE, zozotant

    J'ai mal

    LE MANIPULATEUR RADIO, levant la main

    C'est normal que ça vous cuise légèrement, c'est le traitement spécial  ! Dites, vous commencez à me les chauffer un peu

    JOKER

    Et encore ! Moi je ne le trouve pas incendiaire ...

    LE MALADE, zozotant, s'énervant

    Dites ! Je ne suis pas un bout de bois !

    DOCTEUR FACEDECUIR, au manip, criant

    Dites, on peut l'enfourner ? Qu'on en finisse !

    JOKER, effrayé

    Les monstres ! Ils font feux de tous bois !!!

    Le manip a pris la télécommande et il fait coulisser le malade lentement dans le tube, avec un sourire sadique - oui, ça ressemble à un four crématoire

    JOKER, se tournant vers vous

    Pas de panique, cher public, ce n'est qu'une pièce ... Ici à l'aide du dernier cri de la technique ...

    Le malade a un long hurlement d'angoisse quand il entre dans le tube, et devient livide avec une expression de terreur - le manipulateur sourit cruellement et hausse les épaules, tout ça - il tourne brusquement les talons quand on ne voit plus la tête du malade

    LE MANIPULATEUR RADIO, il hurle

    PAS BOUGER !!!

    On pourrait mettre un coup de death metal  higway to hell de AC/DC avec de grands coups de hache pendant l'examen - bref une ambiance absolument abominable

    ... mais précédé de  aïe hi aïe ho on rentre du boulot des nains de blanche neige quand le manipulateur va du tube vers le réduit vitré d'où ils commandent l'examen

    On voit le manip et FACEDECUIR deviser gaiement derrière leur vitre - quand c'est fini FACEDECUIR disparaît et le manip revient vers le malade, il lui arrache le tube de son bras droit (geyser de sang) en lui hurlant :

    LE MANIPULATEUR RADIO

    ASSEZ BOULOTTÉ !!!

    Ça pisse à nouveau le sang, le malade colmate la brèche tant bien que mal (et avec sa main gauche ...), le manip hurle :

    LE MANIPULATEUR RADIO, il hurle, s'étranglant

    Arrêtez de tout dégueu-lasser ! (en deux mots)

    Sans un mot de plus il le fait dégager fissa du tube

    L'examen terminé, le malade évidemment se retrouve debout, tremblant sur ses cannes, frissonnant dans sa  fine chemise à moitié ouverte découvrant son dos et son maigre postérieur à moitié sorti du caleçon, désorienté, titubant et à mille kilomètres de ses grosses lunettes, observé/reluqué à distance " respectueuse " par le manip en silence, ricanant, les pouces dans les bretelles, à la manière suisse

    LE MALADE, zozotant, perdu, frissonnant

    Où suis-je ?

    JOKER

    Quo vadis ?

    LE MANIPULATEUR RADIO, avec autorité, d'un air savant

    Allez vous rhabiller, et vous attendez là-bas que le Docteur FACEDECUIR revienne vous montrer les coupes de votre tronc cérébral, (ironique)  et vous cultiver

    JOKER, campant sur ses deux jambes

    On l'attend de pied ferme, le xyloglosse !

    Le malade fait le parcours inverse - titubant, presque nu, sans lunettes, toujours reluqué par le manip pouces/bretelles qui ricane toujours

    Le JOKER l'aide, le soutient (physiquement aussi), et ce faisant se retourne vers le manip

    JOKER, en colère

    C'est dur comme bouleau, hein ?

    Le malade, arrivé à la chaise, remet ses lunettes, son dentier, ajuste celui-ci sous le poster crâne-tumeur cérébrale-avec des dents, ses vêtements avec difficultés, attend longtemps (rires, chocs entre tasses à café : t'as vu la cervelle ? - oh le gros trou ! - ça pisse le sang ! etc.), puis est rejoint par FACEDECUIR avec une liasse de résultats de la même couleur que le poster (dominante rouge)

    DOCTEUR FACEDECUIR, ton expert et indifférent

    Bon, Monsieur ... FOURRÉ ... FORÊT, déjà je vois une montagne de faisceaux peut-être en faveur de télescopages anciens ... (relevant le chef)  Vous êtes tombé sur la caboche ?

    LE MALADE avec son élocution normale

    Oui, vous voyez, Docteur, l'accident, je suis donc entré dans un arbre ...

    DOCTEUR FACEDECUIR, agréablement surpris, s'écriant très fort

    ... Mais ça va déjà beaucoup mieux, là !!! Vous vous exprimez déjà plus clairement !!!

    LE MALADE

    Euh, c'est-à-dire que j'ai remis mes dents

    DOCTEUR FACEDECUIR, étonné

    Ah ! vous avez de quoi vous en offrir, quand même !

    JOKER, mimant la fierté et se moquant du radiologue

    Ouais, t'as vu ça, hein, Doqueteur  ! Il a quand même des défenses !!!

    LE MALADE

    Eh bien, j'ai encore travaillé longtemps après mon accident, voyez ...

    DOCTEUR FACEDECUIR, indifférent, dédaigneux

    Et donc, c'est ça votre plainte ? Ce vieil accident ? C'est pour ça que vous êtes allé enfumer MICROPÉNIS ?

    Le joker ressort sa pancarte ATTENTION EMPATHIE

    LE MALADE, patiemment

    Mais non, je vous ai dit qu'il y a quinze jours, j'ai perdu connaissance, et depuis, mon bras ...

    JOKER, secouant sa pancarte

    ... Mais, vu qu'il explique ce qui s'est passé, ça n'existe pas

    DOCTEUR FACEDECUIR, levant la main pour écarter l'argument, toujours indifférent

    Mais, même ingénieur, vous ne bûchez plus, c'est ça ? Et puis là-bas, dans les bois, il y a suffisamment de jeunes loups pour vous remplacer, non ?

    Le JOKER agite furieusement sa pancarte

    JOKER

    Vu comme ça ...

    LE MALADE, " déçu "

    Mais Docteur, j'ai des vertiges, et tout le temps envie de vomir ...

    DOCTEUR FACEDECUIR, se reculant, et négligemment levant encore la main

    Ah bon, puisque vous vous en plaignez ... (gaiement)  Mais les gastros, c'est rien ! Vous ne seriez pas un peu dépressif, et en cette saison, en plus ?

    Le joker se re-saisit de son violon et recommence à jouer l'été des 4 saisons - il ralentit la cadence quand FORRÉ explique et accélère quand les so called " soignants " parlent

    JOKER

    On dit bipolaire, maintenant, Doqueteur (appuyant), tu sais

    LE MALADE

    Mais une dépression, Docteur, ça donne vraiment la nausée et des vertiges ?

    JOKER

    Tu poses toujours les bonnes questions, coco

    DOCTEUR FACEDECUIR, geste négligent de la main

    Oh, vous savez, Monsieur FOURRÉ ... FORÊT, ça fait tout, une dépression, et puisque vous êtes un peu dans le brouillard ...

    JOKER, hilare

    Un peu comme une cocotte-minute ?

    LE MALADE, élevant la voix

    Mais Docteur, ça ne va vraiment pas, j'ai perdu quinze kilos en quinze jours, et je titube, je vous assure

    DOCTEUR FACEDECUIR, levant le bras, indifférent

    Ah, les ravages de l'alcool ! (le JOKER agite la pancarte en plus de jouer l'été) (confident)  Vous devriez faire attention à votre hygiène de vie, voyez-vous, et on se chope de ces microbes, aussi - (souriant, auto-satisfait)  Et regardez, moi, par exemple, j'ai diminué les apéritifs et ça va beaucoup mieux, je suis plus lucide, plus clairvoyant ... Plus lumineux, vous voyez - je travaille mieux ! (sourire comblé)

    Le JOKER agite lentement avec majesté sa pancarte, montrant le texte au radiologue tout content

    JOKER, faussement enthousiaste

    Il l'a dit ! Il l'a dit !

    LE MALADE, informatif

    Je suis en invalidité

    DOCTEUR FACEDECUIR, levant énergiquement le bras, sèchement

    Évidemment, avec ce bras mort !

    Tout à coup, il s'approche sans prévenir du malade, tire brutalement dessus (sur son bras droit) - celui-ci recule brusquement et crie, à nouveau de douleur, et choqué

    DOCTEUR FACEDECUIR, s'étant tourné vers l'image, triomphal, pour lui-même

    En plus, à gauche ! Ça correspond bien à l'image !!! (criant d'enthousiasme, il tapote l'IRM, satisfait - il ne regarde plus le malade)  Ah oui, oui ça colle parfaitement ! (il montre/regarde le poster " crâne avec des dents " et tâte/tapote sa propre tête, satisfait)

    (Important, s'attarder là-dessus il montrera ensuite les dents devant l'image en regardant le crâne numérisé à belles quenottes)

    Le JOKER pendant ce temps a agité furieusement sa pancarte

    LE MALADE, criant aussi à nouveau, affolé

    Quelle image ? Mais qu'est-ce qu'il y a ? Qu'est-ce que j'ai ? (il tourne les dos aux clichés affichés et derrière la vitre, ne peut rien voir)

    JOKER, inquiet aussi

    Mais, bon dieu, oui ! Il va cracher le morceau, FACEDECUIR ?

    Sans écouter, sans regarder le malade, le radiologue dicte son compte-rendu à une secrétaire invisible, derrière la vitre plombée

    DOCTEUR FACEDECUIR, levant le bras, dictant, sentencieux

    Les structures sont en place, il n' y a pas de belle déviation, ni de grand processus expansif - tout au plus note-t'on un petit infarcissement dans l'hémisphère gauche (à FORRÉ, levant brièvement la tête et ricanant), à senestre, donc (continuant), pouvant évoquer un petit infarctus, pouvant être lié à un petit processus embolique, que l'on ne peut dater ... Avec, notons-le, une petite suspicion de petite suffusion hématique ... De petite effusion hémorragipare (se tournant vers le malade), de petite hémorragie, si vous préférez ... dans votre petite tête (avec un grand sourire et terminant rigolard/moqueur tançant FORRÉ)

    JOKER, dépité

    Ooh ... c'est faible, ça

    LE MALADE, paniqué

    Mais Docteur, ca veut dire quoi, tout ça ? J'ai fait un infarctus, une hémorragie, quoi ?

    JOKER, désolé

    Ben oui, un AVC, tu sais

    DOCTEUR FACEDECUIR, réprobateur

    Oui, enfin, on ne s'affole pas, ne vous embrouillez pas, Monsieur BROUSSAILLE ... FORÊT ! J'ai bien vu les images d'un Monsieur ARBRE, qui vivait bien, lui, avec un complet défrichement (il regarde à nouveau le poster, admiratif) - on en a tiré de si belles planches !!!

    JOKER, dégoûté

    Il y a quelque chose de vraiment pourri, dans le royaume de la médecine ...

    LE MALADE, élevant encore la voix

    Mais qu'est-ce que vous avez vu ?

    JOKER

    Un fantôme ?

    DOCTEUR FACEDECUIR, rêveur

    Il n'y avait plus aucun sillon, ça ne faisait pas un pli ... (insistant, autosatisfait)  On a bien planché dessus !

    LE MALADE, criant, interrompant sa rêverie

    Mais moi, vous ne voulez pas me dire ce que j'ai ?

    JOKER

    Ben oui, c'est la question ... On ne voudrait quand même pas forcer votre écoute, ouïe ... Ou vous raser, non

    DOCTEUR FACEDECUIR, avec légèreté et un geste du bras

    Oui, bon, il y a un petit infarctus et une petite hémorragie - c'est un petit peu ramolli, (geste du bras), un peu pâte à papier, tout ça ... (réprobateur)  Pas de quoi être abattu, Monsieur CHÊNE ... FORÊT, quand même

    JOKER

    Ouais, t'es juste un peu scié, quoi ...

    LE MALADE

    Mais qu'est-ce que je fais, moi, avec tout ça, maintenant ?

    JOKER

    Ben, ce serait bien que tu voies un médecin

    DOCTEUR FACEDECUIR, réfléchissant

    Il nous faudrait des clichés comparatifs pour être sûrs de voir ce que nous avons là ... (il réfléchit et c'est dur, regardant toujours les images de

    FORRÉ)

    JOKER, ironique

    Non, des clichés, il en a pas assez sorti ?

    LE MALADE, inquiet

    Mais je n'ai qu'une seule tête, et c'est la mienne !

    DOCTEUR FACEDECUIR, s'énervant

    Mais non, vous n'avez rien compris !!! (comme à un enfant)  Vous ne seriez pas passé par hasard longtemps auparavant au cabinet faire les mêmes images, pour que nous puissions voir si c'est pareil, au lieu de bûcher sur celles-ci ?

    JOKER

    Le bouffon qui veut tu soies venu la veille en prévision de demain, pour être sûr que rien ne change ...

    LE MALADE, titubant, secouant son bras

    Euh, non, j'ai emménagé assez récemment ici ...

    DOCTEUR FACEDECUIR, ton de reproche

    Oui, j'ai pu observer que vous ne produisiez pas beaucoup de clichés, que vous étiez assez avare d'images de votre corps

    JOKER, ironique

    Ah tiens, il a observé quelque chose ?

    LE MALADE, affolé

    Mais, Docteur, qu'est-ce qu'on peut faire maintenant ?

    DOCTEUR FACEDECUIR, rigolard à nouveau

    N'allez pas nous faire une attaque, hein ?

    JOKER

    ... Mais il faut te mettre en boite avant que tu retombes dans les pommes, qu'il puisse voir que tu es en compote quand on te remettra dans la bonbonnière

    Le malade est désespéré, le JOKER lui prend la main

    DOCTEUR FACEDECUIR

    Allez montrer les images à MICROPÉNIS, ça le fera grandir - (les regardant encore une fois et riant franchement)  vous savez, l'arbre peut cacher la forêt !

    Il tourne les talons ; le JOKER sort, tenant le malade par les épaules, quand FACEDECUIR jette par dessus-la sienne

    DOCTEUR FACEDECUIR

    Et déridez-vous, enfin, laissez donc tomber, Monsieur SAULE, toutes ces petites ramifications, vous vous portez comme un charme !

    On entend  blowind in the wind sur la sortie du malade et du JOKER - une secrétaire se précipitera en hurlant, affolée  Vous avez payé, vous avez payé ? qui rebroussera chemin quand de derrière la vitre une collègue lui lancera  Ouais il a tout craché, et les suppléments

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet
Journal
Fabien Roussel : le Rouge qui fâche
Le candidat du PCF à la présidentielle a réussi à gagner en notoriété en enfourchant les thématiques de droite. Mais au sein de ses troupes, certains jugent que l’idéal communiste a déserté la campagne.
par Pauline Graulle
Journal — Évasion fiscale
Le géant du BTP Fayat fuit l’impôt à l’île Maurice
Le groupe bordelais de BTP Fayat a mis en place une société offshore à l’île Maurice, en lien avec ses activités en Afrique, et a supprimé l’an dernier dix emplois en France pour faire tourner ce montage fiscal à plein régime.
par Yann Philippin
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose