actusansfrontieres
Abonné·e de Mediapart

51 Billets

0 Édition

Événement 30 avr. 2021

Table Ronde: Loi Taubira, 20 ans après. Du 7 au 12 Mai 2021 à Villeurbanne

Semaine des Mémoires, de la Traite, de L'Esclavage et Leurs Abolitions. Loi Taubira, 20 ans après

actusansfrontieres
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Date

Du 7 mai 2021 au 12 mai 2021

Lieu

Villeurbanne, Pont-de-Claix


Le 10 mai est la journée de commémoration nationale des mémoires de la traite négrière, de l'esclavage et de leurs abolitions. La Loi n° 2001-434 dite loi Taubira reconnait la traite et l’esclavage comme un crime contre l’humanité.
La semaine régionale des mémoires de la traite de l'esclavage et leurs abolitions se déroulera du 7 au 12 mai 2021, elle sera diffusée sur les réseaux sociaux le 10 Mai 2021 lors d'une soirée spéciale.
Cette semaine est organisée par le collectif Africa50 et les associations Jeunesse Art Culture Sport et Mémoire, Synergie outre-mer et le Conseil Représentatif des Français de l’Outre-Mer. Durant cette semaine diverses personnalités, qui travaillent sur ces sujets dans leurs recherches universitaires, leur musique ou leurs livres, seront conviées.

Pour cette 10ème édition Jean-Eric Sendè, Président de Jeunesse Art Culture Sport et Mémoire chargé d’organiser cette semaine, s'est fixé pour objectif d’accompagner les communes qui souhaitent ajouter cette date dans le calendrier Mémoriel des communes de la Région Auvergne Rhône Alpes. Jean-Eric Sendè a par ailleurs toujours œuvré pour qu'un Mémorial consacré à la mémoire de l'esclavage soit construit. Il nous a fait part de sa satisfaction concernant l'implication des villes de Villeurbanne, Pont-de-Claix et Saint-Etienne En effet ces trois villes commémorent le 10 mai et ont construit une œuvre pour cette cause.

Les œuvres: À Saint Etienne "La Liberté Inachevée" de l’artiste Gilles Roussi en 2019 , à Villeurbanne une plaque à été dévoilée au parc des droits de l’Homme en 2019 et à Pont-de-Claix un buste réalisé par Sandrine Plante sera révélé le 10 Mai 2021.

L'autre cheval de bataille de Jean-Eric Sendè est la transmission de cette Mémoire aux jeunes générations dans les établissements scolaires en impliquant les enseignants. C'est ainsi que le 11 mai 2021 Mickaël Joron et Imaniye Dalila Daniel interviendront dans des établissements scolaires pour transmettre et expliquer cette mémoire.

Il convient de féliciter l’école Charles Péguy avec Sébastien Mokri ainsi que les élèves et les professeurs du collège du TONKIN qui ont réalisé un travail remarquable dans ce domaine sous la conduites de leurs professeurs:

-De français Jeanne Floret
-D'Arts plastiques: Philomene Récamier
-d'EPS: Maylis Fraysse
-De musique: Arthur Lonchampt


Le 10 mai 2021 auront lieu les cérémonies protocolaires dans les villes suivantes : Pont-de-Claix et Villeurbanne. Ces cérémonies protocolaires doivent  aussi être un moment d’expression pour les associations d’Afro-descendants pour interpeller les élus qui doivent remonter leurs doléances au plus haut de la nation.

Jean-Eric Sendè nous a dit avoir une pensée émue pour Lisa Aubrey, fidèle à cet événement depuis plusieurs années et qui n'a pas pu faire le déplacement depuis les Etats-Unis au vu des restrictions sanitaires.

Une émission table ronde sera enregistrée le 7 mai 2021 à Villeurbanne et diffusée à partir du 10 mai sur les réseaux sociaux sous forme de plusieurs panels

Programme de l'émission "Loi Taubira, 20 ans après"

Panel 1 : Introduction – Loi Taubira  

VIDEO PANEL 1 


Jean-Eric - Sendè Chargé de mission Histoire & Mémoire de l’esclavage Africa50. Président Jeunesse Art Culture Sport et Mémoire 
Katia Buisson - Conseillère déléguée à la Mémoire ville de Villeurbanne 

Panel 2 : Histoire de l’esclavage – Traites humaines et abolitions  
Imaniyé Dalila Daniel - Artiste auteure-compositrice-interprète.
Mickaël Joron - Auteur-compositeur-interprète et dessinateur.
Christian Delorme – Prêtre catholique humaniste.
Alain Kenfack – Président de l’association « Valeurs d’Afrique »

Panel 3 : Les réparations   
Imaniyé Dalila Daniel - Artiste auteure-compositrice-interprète
Mickaël Joron - Auteur-compositeur-interprète
Jacqueline Bonnet – Déléguée Aura du Conseil Représentatif des Français d’Outre-Mer
Jean-Philippe Jeanville – Vice-président Synergie Outre-Mer

Panel 4 : Lieux Mémoriels   
Gilles Roussi – Sculpteur
Christophe Esclapez – Propriétaire de la galerie les « Marron’Age »

Vincent Raffin graphiste
Katia Buisson - Conseillère déléguée à la Mémoire ville de Villeurbanne

Panel 5 : La transmission de la Mémoire  
Sébastien Mokri – Professeur des Ecoles Lyon 
Cathy Renoir – Chanteuse et autrice-compositrice
Mickaël Joron - Auteur-compositeur-interprète
Camille Chauchat – Professeure d’Histoire 

Conclusion 
Christophe Amany – Coordonnateur d’Africa50 – Directeur de la rédaction d’Ekodafrik

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission ce soir, reportage aux portes de l'Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn