Portfolio

"COMMUNE LIBRE DE TOLBIAC" : OCCUPATION ILLIMITEE (3 Avril 2018)

Ces dessins documentent la plus grosse AG étudiante jamais vue à Tolbiac depuis longtemps. Alors que commence la grève des cheminot.e.s, toute une jeunesse ne semble pas pressée de devenir les petites mains d'un système économique absurde.
  1. Dès l'aube des silhouettes cagoulées passent l'aspirateur avant l'AG de la Commune de Tolbiac. Tout doit être nickel-chrome pour l'AG. Le ménage aussi fait partie de l'auto-organisation.

    Une voix crie dans le désert : "Eh! les garçons, l'aspirateur, ya un sac!"

  2. Dès l'aube les prof.e.s et personnel.e.s se réunissent eux aussi en Assemblée générale. En fac de Géographie, il y a eu un vote électronique pour savoir qui veut trier les dossiers des futur.e.s entrant.e.s à l'université, évidemment personne ne veut devenir le DRH de ces recrutements ubuesques (19 votes pour la réforme / 159 contre). Cette réforme, personne n'y croit.

  3. Beaucoup de prof.e.s soutiennent les étudiants dans leur lutte contre Parcoursup, la loi ORE, et toutes ces choses inventées pour voler sa jeunesse à toute une génération. "On n'est pas sérieux quand on a 17 ans" chantait Rimbaud, "-Laissez-nous le cœur robinsonner, les études sont faites pour remettre à plus tard vos cadences infernales". Le président de Paris 1 l'a lui-même dit sur France Culture : "Je crois que le mouvement est en train de prendre (...) à Tolbiac, c'est plutôt l'esprit Notre-Dame-des-Landes universitaire".

  4. Cette AG "exige du gouvernement les moyens nécessaires au bon fonctionnement d'une université ouverte à tout.e.s et démocratique". "C'est le moins qu'on puisse faire quand toute une jeunesse étudiante se mobilise!" diront certains.

  5. "- Chiche? On dit "oui" à tou.te.s. On ne trie personne à l'entrée de l'Université. Et si nous aussi les profs on se mettait en grève? On va laisser les jeunes s'en prendre plein les gencives sans bouger?"

  6. La plus grosse AG étudiante a lieu en amphi N. Combien sont-ils? 1500? 1800? Combien à l'extérieur? Plus personne ne peut rentrer. "-Aujourd'hui commence la grève du rail, Aidons les cheminot.e.s à bloquer les gares, on part en manif avec eux! Allons fêter les 80 bougies de la SNCF Gare de Lyon, "-La Résistance en France depuis Pétain, tu crois que c'est qui? Ton petit bulletin du vote? Ton candidat aux dents blanches? Tu dérailles camarade!". Depuis toujours c'est par la lutte que la société est devenue plus humaine, la justice sociale c'est un travail toujours à recommencer.

  7. "Retournez travailler, Rentrez dans le rang! La consommation, le plaisir individuel, la masturbation solitaire, c'est la vraie vie" clament des anti-bloqueurs sortie d'on ne sait quelle rencontre Facebook. "On veut nos examens! Nous ne lâcherons pas ce biberon!" affirment d'autres d'autres. Mais en vrai les cœurs vacillent.

    "Faut-il bloquer? Ne pas bloquer? Bloquer jusqu'à la prochaine AG? Bloquer jusqu'à la suppression définitive de la LOI de sélection ORE?"

  8. "La grève c'est une religion ou une croyance du passé" disent quelques uns (Pourtant même Dieu aurait fait la grève le septième jour si nos informations sont bonnes...).  Aujourd'hui, il suffirait de liker sur Internet pour qu'un gouvernement vous écoute. Pendant que de vieux cyniques commémorent mai 68, la jeunesse, toujours plus généreuse et lucide recommence à rêver la lutte.

    L'auto-media de Tolbiac, seul média vraiment habilité à filmer en AG (tout le monde se méfie de la presse du CAC), vient faire un petit tour de tribune.

  9. "- 497 voix pour le blocage illimité contre 407 voix pour le blocage reconductible à chaque AG !" Finalement ce sera le blocage illimité, base pour s'organiser et construire toutes les actions qui vont être menées contre la réforme. Bloquer, faire la grève c'est la seule manière de briser les rythmes imposés : "Métro-Boulot- Burn out, Consomme ou on te frappe!". Ce qui sera fait à la manifestation de l'après-midi où les "playmobils" casqués s'en donneront à cœur joie contre cheminot.e.s et étudiant.e.s. Les manifs sont devenues un immense laboratoire de la répression : Nasses géantes, coups de tonfa gratuits, lacrymos comme s'il en pleuvait : Contrôler les flux, Contraindre, Enfermer, Pacifier.

    "Consommer, c'est la liberté", voilà la maxime vide de sens que toute une jeunesse n'est plus prête à avaler. C'est pourquoi les cœurs dansent : "-Aujourd'hui c'est relâche, l'éternité recommencée. Aujourd’hui c'est pluie, mais il ne tient qu'à toi de libérer le printemps qui vient".

     

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.