Portfolio

"Ne m'écrivez pas ici puisque je pars bientôt", la déchirante lettre d'Oleg Sentsov

Le 17 septembre dernier, Oleg Sentsov a réussi à envoyer une lettre à Zoya SVETOVA, ardente avocate des droits de l’homme en Russie. Oleg Sentsov y explique son quotidien et ses transferts pénitentiaires. PEN America a publié cette lettre déchirante. En voici une traduction française (retrouvez la lettre originale ici : https://openrussia.org/notes/714268/)
  1. « Tout va bien pour moi. Je suis en mouvement. Ils m'ont sorti brusquement de Yakoutie et me conduisent à Yamalo-Nenets. Il n’y a qu'un seul endroit pour y purger sa peine. C’est le légendaire Kharp.

    Ce qui s'est passé là-bas, et ce qui s’y passe aujourd’hui, je pense que vous le savez mieux que moi. Rien ne m'attend de bon. Ayant déjà fréquenté les pénitenciers d'Irkoutsk et d'Omsk, j'ai une idée de la douleur qui m'attend - et ce ne sont pas des histoires.

    Physiquement, bien sûr, personne ne me touche, mais vous comprenez très bien comment le système vous punit et vous dégrade, même sans brutalité. Mais bon, tout ira bien !

    Je n'ai pas écrit depuis un moment parce que je n'étais pas vraiment d'humeur. Et ce n'est pas parce que j'étais déprimé – j’ai la chance de ne pas souffrir de cette maladie, alors ne vous inquiétez pas ! C'est simplement que je ne suis généralement pas une personne sociable, et je traverse des périodes où j'ai besoin de minimiser mes interactions.

    En passant, le quartier général de Yakutsk m'a vraiment aidé - ils m'ont donné deux cartes cette année : une pour le Nouvel An et une pour mon anniversaire. Mais avant que je parte, ils m'ont retourné non seulement une boîte avec les vieilles lettres qu'ils avaient gardées au cours des 6 derniers mois, mais aussi une centaine de nouveaux papiers qu'ils avaient rassemblés pendant l'année et seulement décidé de me rendre aujourd’hui. C'est ce que je suis en train de lire maintenant.

    Ils m’ont également donné des dizaines de livres qui m'ont été envoyés, mais qui ne m'ont pas été distribués. Je vais emporter cette précieuse littérature avec moi ; en être privé serait terrible. Mais ne m'envoyez plus de livres, d'accord ? Et ne m'envoyez pas non plus ce dont je n'ai pas besoin et que je ne peux pas jeter, car j'ai déjà distribué ce que je peux et je suis déjà en train de tester mes limites en transportant cette bibliothèque !

    […]

    Pour terminer sur ce sujet, qui, d'ailleurs, occupe une assez grande partie de la vie d'un prisonnier, demandez s’il vous plaît à ma sœur Natasha de déposer 10 000 roubles [143 €] dans mon compte de prisonnier. Je devrais les obtenir au moment où j'arrive.

    En passant, sur le sujet des bonnes actions qui ne mènent pas toujours à de bons résultats : [Le ministre ukrainien des Affaires étrangères] Klimkin a essayé de me contacter lors de mon anniversaire en juillet, et les Pussy Riot sont venues à Iakoutsk avec Alyokhina pour me soutenir. C'était vraiment cool ! Mais au lieu de me prévenir, ils m'ont mis encore une fois en isolement (la quatrième ou la cinquième fois, peut-être) et m’envoient maintenant dans un endroit encore plus difficile - Kharp. Le Service fédéral des pénitenciers de Russie a signé cet ordre à la fin du mois de juillet.

    Ceci ne signifie pas que vous ne devriez rien faire. Vous pouvez faire ce que vous jugez nécessaire pour me soutenir, moi ou d'autres prisonniers politiques, mais sachez simplement que les forces de l'ordre locales ont leur propre logique et réagissent souvent comme ça.

    En fin de compte, ils ne m'emmèneront pas au pôle Nord pour purger ma peine. En général, tout va bien pour moi, et j'espère que je vais survivre à ce voyage et conserver jusqu’au bout la santé qui me reste. J'espère que vous ne vous inquiétez pas trop, parce que je ne suis pas seul - nous sommes nombreux - et je suis loin des pires conditions. Et je continue à m'occuper comme toujours : je lis, y compris en anglais maintenant, je corrige et ajoute des scripts écrits - ce travail peut être fait presque tous les jours.

    […]

    J'ai suivi, autant que possible, les événements en Ukraine et en Russie. C’est difficile en Ukraine, mais je crois que le pays se dirige dans la bonne direction. La Russie est complètement embourbée dans cette impasse, et la suite, personne ne peut la connaître. Pourtant, je n'ai aucun doute sur notre succès ou notre victoire, et je suis sûr que les événements à venir seront bons et même excellents !

    Je vous dis au-revoir.
    Vôtre,
    Oleg Sentsov - Tyumen. 17.09.17

    P.S. Ne m'écrivez pas ici puisque je pars bientôt »

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.