Portfolio

La 3e édition du festival Un week-end à l'Est se tiendra du 21 au 26 novembre

Après Varsovie et Kiev, le festival Un week-end à l’Est nous entraîne cette année à Budapest.
  1. Ville cosmopolite et l’une des plus belles de la Mitteleuropa, Budapest a comme ses voisines d'Europe centrale et orientale été meurtrie par les guerres, asservie par le nazisme, appauvrie par le communisme, avant de se relever et de présenter les traits de la capitale bouillonnante de vie que nous connaissons aujourd'hui. C'est cette vivacité que nous entendons faire découvrir, à travers ses écrivains, ses artistes, ses musiciens et ses intellectuels, tout au long du Festival. Sous le parrainage du metteur en scène Árpád Schilling, nous proposons trente événements, en des lieux emblématiques du Quartier Latin, gratuits pour la plupart et destinés aux curieux de tous âges.

    Au programme de cette nouvelle édition, des rendez-vous rares : avec Béla Tarr, avec Ágnes Heller et bien d’autres.

    Des premières en France : du théâtre qui redresse la colonne vertébrale avec As far as the eye can see, de Árpád Schilling, et Conditions of Being a Mortal, d’Adrienn Hód, incontournable pour qui s’intéresse à la danse contemporaine.

    Des lectures, des rencontres croisées entre les écrivains Gwenaëlle Aubry, Tamas Dobozy, György Dragomán, Ornela Vorpsi, Krisztina Tóth, Nina Yargekov, et un hommage à l’immense Sándor Márai.

    Tout un samedi consacré à Béla Tarr au cinéma Christine 21. Voir « l’une des meilleures scènes finales de l'histoire du cinéma », dixit Martin Scorsese, à propos des Sans-Espoir, et la transposition dans la Hongrie des années 30 du Facteur sonne toujours deux fois, avec Passion.

    Une immersion dans l’intimité du photographe et artiste multimedia Peter Puklus et une plongée dans les avant-gardes avec des conférences portant sur Éva Besnyő et László Moholy-Nagy, à la galerie Folia et aux Beaux-Arts.

    Être au diapason avec la scène musicale internationale avec un récital exceptionnel donné par le jeune pianiste virtuose Daniel Lebhardt.

    S’imprégner de lacréation graphique actuelle avec Kristóf Szabó.

    Explorer la diversité culturelle hongroise, avec Katalin Bársony et Anina Ciuciu, d’origine rom, et avec l’écrivain magyar György Dragomán, considéré comme l’un des plus grands écrivains hongrois de sa génération.

    Et tout un lundi pour construire l’avenir : parler de régénération urbaine avec l’architecte Levente Polyák et de liberté dans notre grand débat « Les indésirables, derniers remparts contre la dictature », pour une clôture en forme d’ouverture, à l’exemple de notre Festival qui d’édition en édition affirme son ambition de créer des ponts entre les cultures Est-Ouest.

    Découvrez toute notre programmation en ligne : http://weekendalest.com

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.