Élargir la solidarité en France pour le 2e référendum d’autodétermination de KanakyNC

Comment élargir la solidarité en France à la veille du deuxième référendum d’autodétermination de la Kanaky Nouvelle-Calédonie du 6 septembre prochain ? Réunion à la LDH Dimanche 15 décembre 2019 à 14h30 Organisée la section parisienne de l’Association Information et soutien aux droits du peuple kanak Venez nombreux débattre sur ces questions importantes pour l’avenir de KNC
  • Date Le 15 décembre 2019
  • Lieu LDH (Ligue des droits de l’Homme) à 14h30 138, rue Marcadet, 75018 Paris Salle Alfred Dreyfus (métro Lamarck-Caulaincourt ou Jules Joffrin)
  • Réservation, inscription Entrée libre

Flyer Réunion 15/12/2019 (pdf, 174.9 kB)

Le premier référendum du 4 novembre 2018 a vu la « défaite victorieuse » des Indépendantistes avec 43,6 % de votes « oui » à l’indépendance. Le prochain référendum a été avancé, lors du 19e comité des signataires, qui s’est tenu à Paris le 10 octobre 2019, pour faciliter le calendrier électoral métropolitain. Il se tiendra donc le dimanche 6 septembre 2020. 

Le premier référendum du 4 novembre 2018 a vu la « défaite victorieuse » des Indépendantistes avec 43,6 % de votes « oui » à l’indépendance. Le prochain référendum a été avancé, lors du 19e comité des signataires, qui s’est tenu à Paris le 10 octobre 2019, pour faciliter le calendrier électoral métropolitain. Il se tiendra donc le dimanche 6 septembre 2020. Il nous paraît important aujourd’hui de tout faire pour élargir au maximum le soutien en France et arriver à un mouvement d’opinion très large pour le « oui » à l’indépendance de Kanaky Nouvelle-Calédonie. 

Pour ce faire, des membres de l’AISDPK de Paris propose d’organiser une rencontre autour de la venue à Paris de Louis Mapou, président du groupe UNI au Congrès de la Nouvelle-Calédonie, pour lancer une discussion la plus ouverte possible. Dans cette rencontre, nous présenterons les enjeux du prochain référendum et ce que le soutien en métropole coloniale peut faire concrètement pour aider à atteindre cet objectif en KNC.

Nous aborderons plusieurs questions, comme par exemple :

- La façon dont plusieurs pays ont traité la question de l’indépendance, les jours d’après le « oui » notamment, pour la mise en place concrète de cette indépendance, En lien, par exemple, avec la phase post-indépendance algérienne.- Des questions de fond par rapport à l’histoire des décolonisations.

- Une réflexion sur les concepts de sociétés pluri/multiculturelle et de laïcité : l’indépendance doit se faire avec les Kanak mais aussi les autres composantes ethniques du territoire, notamment celles qu’on appelait alors les « victimes de l’Histoire » depuis Nainville-les-Roches et qui comprennent aujourd’hui, outre les descendants des premiers colons français, les descendants des populations arrivées d’ailleurs par la colonisation française. Les débats sur le multiculturalisme, notamment en France, dont l’histoire a modelé la NC et la façon dont on peut dans un processus de décolonisation s’en affranchir pour penser autrement… Comment les pays devenus indépendants ont traité les questions de statuts civils séparés, de droit commun et coutumiers, pour construire une identité nationale ?

- Commet les États traitent la question des inégalités ? 

- Quels projets de sociétés et de gouvernance pour KNC indépendante pour un avenir démocratique ?

Venez nombreux débattre sur ces questions importantes pour l’avenir de KNC

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.