Portfolio

LES SOLIDAIRES PAR TEMPS DE CORONAVIRUS

Portraits de bénévoles mobilisés, depuis le début de la pandémie et du confinement, face à l’explosion de la misère. Secours populaire, Fondation Armée du salut, Société de Saint-Vincent-de-Paul, Emmaüs, ATD - Quart Monde, Secours catholique, CCAS de Bagnolet, Recyclerie de La Noue, centre Toffoletti, association Temps libre à Bagnolet... Tous révoltés, mais solidaires.
  1. Le 23 avril 2020, au libre-service solidaire du Secours populaire de Paris (10, rue Montcalm, 75010).
    Julie Robineau, 18 ans, bénévole "depuis quelques mois", conduit le chariot de marchandises préparé chaque jour par l’entrepôt de Metro Paris Nord La Chapelle, grossiste pour professionnels.

    Reportages "Les solidaires" sur www.ishta.fr

  2. Le 23 avril 2020, au libre-service solidaire du Secours populaire de Paris (10, rue Montcalm, 75010). Pascal B., 43 ans, régisseur, bénévole, dans la réserve du Monoprix de la rue du Poteau (Paris XVIIIe).

    Reportages "Les solidaires" sur www.ishta.fr

  3. Le 23 avril 2020, au libre-service solidaire du Secours populaire de Paris (10, rue Montcalm, 75010). A 12h30, juste avant l'accueil des bénéficiaires, Martin Van Der Hauwaert, gestionnaire du libre-service et de l'aide alimentaire du Secours populaire de Paris, fait son briefing quotidien à l'équipe des bénévoles. Rappel des règles d'hygiène ; annonce, ce jour-là, de la suppression des colis d'urgence à partir du lendemain à cause d'une rupture de stock ; nécessité renforcée de ne plus servir les personnes "hors critères", notamment géographique (92 et 93) ; répartition des six tables d'accueil et des autres tâches à accomplir (caisses, approvisionnement...). Juliette Bézard, 23 ans, volontaire du service civique depuis novembre 2019, est songeuse...

    Reportages "Les solidaires" sur www.ishta.fr

  4. Le 23 avril 2020, au libre-service solidaire du Secours populaire de Paris (10, rue Montcalm, 75010). Abdelsem Ghazi, secrétaire général de la fédération de Paris du Secours populaire, est très inquiet...

    Reportages "Les solidaires" sur www.ishta.fr

  5. Le 23 avril 2020, au libre-service solidaire du Secours populaire de Paris (10, rue Montcalm, 75010). François Baron, 66 ans, secrétaire départemental (Paris) du Secours populaire, bénévole (3 jours par semaine), est très critique quant au confinement général, la gestion gouvernementale de la crise sanitaire, les causes écologiques de la pandémie de coronavirus..., mais relève la vitalité de la solidarité (bénévoles, dons...) et la mutualisation nouvelle des moyens entre associations.

    Reportages "Les solidaires" sur www.ishta.fr

  6. Le 24 avril 2020. Action de la Fondation de l'Armée du salut, à Paris Nord (75) et en Seine-Saint-Denis (93), à partir des locaux de la porte des Lilas. Isaure de Gaulejac, 26 ans, cheffe de projet à la Fondation de l'Armée du salut, coordonne les actions du centre de l'allée Jean-Monnet (Les Lilas). Ici, elle anime le briefing durant lequel les missions de la journée (dont les tournées de livraison des repas) sont réparties entre les bénévoles.

    Reportages "Les solidaires" sur www.ishta.fr

  7. Le 24 avril 2020. Action de la Fondation de l'Armée du salut, à Paris Nord (75) et en Seine-Saint-Denis (93), à partir des locaux de la porte des Lilas. A 9h30, Lætitia Bory, 32 ans, employée chez Planète Sésame (traiteur bio et solidaire), apporte 300 plateaux-repas halal (entrée, plat, fromage, dessert), comme chaque jour.

    Reportages "Les solidaires" sur www.ishta.fr

  8. Le 24 avril 2020. Action de la Fondation de l'Armée du salut, à Paris Nord (75) et en Seine-Saint-Denis (93), à partir des locaux de la porte des Lilas. Adrien de La Sayette, 30 ans, bénévole, montre le contenu d'un repas halal type.

    Reportages "Les solidaires" sur www.ishta.fr

  9. Le 24 avril 2020. Action de la Fondation de l'Armée du salut, à Paris Nord (75) et en Seine-Saint-Denis (93), à partir des locaux de la porte des Lilas. Au squat de la Seine (rue Claude-Bernard, Aubervilliers / Seine-Saint-Denis, 145 adultes), Paul et Estelle Coudard posent avec Camara Brahima, 50 ans, qui témoigne que l'action de l'Armée du salut a "comblé un grand vide" et apporté "un grand soulagement"...

    Reportages "Les solidaires" sur www.ishta.fr

  10. Le 24 avril 2020. Action de la Fondation de l'Armée du salut, à Paris Nord (75) et en Seine-Saint-Denis (93), à partir des locaux de la porte des Lilas. Hélio Borges, 58 ans, éducateur d'Emmaüs Défi, bénévole à l'Armée du salut, exprime sa tristesse et sa révolte face à "la faim des abandonnés, qui sévit comme jamais", au squat du collectif de sans-papiers Schaeffer (rue de Valmy, La Courneuve / Seine-Saint-Denis) où il est venu livrer ses bananes.

    Reportages "Les solidaires" sur www.ishta.fr

  11. Vendredi 1er mai 2020, au collège Stanislas (Paris VIe). Collecte d'aliments et préparation de quelque 1500 paniers-repas, chaque jour, distribués aux personnes de la rue par les paroisses parisiennes. En milieu de matinée, Anne-Claire Muller, 26 ans, termine bientôt la supervision de la préparation de quelque 1500 paniers-repas mis dans des sacs de plastique bleu. Elle veille aussi sur la fluidité de leur chargement dans les coffres des voitures qui ne cessent de venir stationner en rang dans la cour du collège Stanislas avant de repartir au plus vite vers une vingtaine de paroisses parisiennes, lesquelles distribueront cette aide alimentaire dès midi, sur les parvis de leurs églises.

    Reportages "Les solidaires" sur www.ishta.fr

  12. Vendredi 1er mai 2020, au Collège Stanislas (Paris VIe). Collecte d'aliments et préparation de quelque 1500 paniers-repas, chaque jour, distribués aux personnes de la rue par les paroisses parisiennes. Olivier (à gauche ; il ne souhaite pas que l’on cite son patronyme), 35 ans, dirige l’ensemble de cette opération "montée en 48 heures, dès le samedi 4 avril, grâce à la coopération du diocèse, de la Ville de Paris, de la Société-Saint-Vincent-de-Paul, mais aussi de l’Armée du salut…", une mobilisation sans précédent qui a permis de livrer jusqu’à 1600 sacs bleus par jour à une quinzaine de paroisses. Aujourd’hui, alors que la noria des paniers-repas continue entre les tables des cuisines et du réfectoire de l’établissement scolaire et les auvents de sa cour, Olivier se félicite de "la flexibilité étonnante de la logistique d’approvisionnement et de distribution" pilotée, entre autres, par Anne-Claire Muller. Une satisfaction partagée par Frédéric Gautier (à droite), directeur du Collège, qui tient à être présent auprès des bénévoles.

    Reportages "Les solidaires" sur www.ishta.fr

  13. Au Centre (ATD - Qart Monde) de promotion familiale de Noisy-le-Grand, Claire Exertier, 43 ans, et Maïmouna Kebe, 37 ans, volontaires permanentes, organisent des lectures dans les couloirs ou aux pieds des immeubles. Le tandem d’ATD QM arrive devant les fenêtres de Jean-Robert et de ses quatre enfants, en rez-de-chaussée. Brady, 10 ans, Océane, 7 ans, Lionel, 6 ans, et Jean-Robert Junior, 4 ans, sont d’emblée attentifs, les yeux écarquillés, les oreilles tournées vers les lectrices. Les visages s’animent au rythme des rebondissements de l’histoire lue, "La chasse à l’ours", de Michaël Rosen et Helen Oxenbury (L’école des loisirs, 1997) : "Nous allons à la chasse à l’ours. Nous allons en prendre un très gros. La vie est belle ! Nous n'avons peur de rien !"

    Reportages "Les solidaires" sur www.ishta.fr

  14. Au Centre (ATD - Qart Monde) de promotion familiale de Noisy-le-Grand, Claire Exertier, 43 ans, et Maïmouna Kebe, 37 ans, volontaires permanentes, organisent des lectures dans les couloirs ou aux pieds des immeubles. Au deuxième étage, deux familles ouvrent leurs portes au même moment. Une première maman, Bénédicte, 32 ans, originaire de Côte-d’Ivoire, pousse Leïla, 6 ans, et les jumeaux Hassan et Ouseyne, trois ans et demi, devant elle, tandis qu’elle se tient sur le seuil. Juste à côté, Stefania, 34 ans, venue de Bulgarie, laisse sortir trois fusées : Mariella, 16 ans, Emmanuella, 7 ans, et Borislava, 3 ans. Les enfants de Stefania appellent Bénédicte "tata". Stefania exprime son contentement : "C’est un bon moment, franchement ! Parce que le confinement, c’est difficile. Et cette maladie, partout…"

    Reportages "Les solidaires" sur www.ishta.fr

  15. Le 5 mai 2020, à Maisons-Alfort (Val-de-Marne). Jacqueline Esquivel, 41 ans le jour-même, originaire du Chili. Depuis le 21 avril, les salariés de la Friperie solidaire d'Emmaüs / le Labo de l'abbé fabriquent des masques en tissus.

    Reportages "Les solidaires" sur www.ishta.fr

  16. Le 5 mai 2020, à Maisons-Alfort (Val-de-Marne). Moussoukoura Diarra, 37 ans, directrice de la Friperie solidaire d'Emmaüs. Depuis le 21 avril, les salariés de la Friperie solidaire / le Labo de l'abbé fabriquent des masques en tissus.

    Reportages "Les solidaires" sur www.ishta.fr

  17. Clara da Silva, professeur de philosophie, bénévole de Solidarité Quartier Latin (le Comité de quartier latin + Attac Paris + La Clef Survival + Brigades de solidarité populaire), devant le cinéma La Clef (Paris Ve), le 7 mai, récolte les dons des habitants, comme chaque mardi et jeudi soirs.

    Reportages "Les solidaires" sur www.ishta.fr

  18. Victoire Diethelm (à gauche), 27 ans, bénévole de Solidarité Quartier Latin (le Comité de quartier latin + Attac Paris + La Clef Survival + Brigades de solidarité populaire), devant le cinéma La Clef (Paris Ve), le 7 mai, récolte les dons des habitants, comme chaque mardi et jeudi soirs.

    Reportages "Les solidaires" sur www.ishta.fr

  19. Le samedi 9 mai 2020, à Paris (XIe, XVIIIe et XIXe arrondissements) et à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), Alice Mayoud, 44 ans, référente bénévole au Secours catholique, effectue (avec Fatima Belkoniene, 23 ans, bénévole) une maraude hebdomadaire à la rencontre de mamans et d’enfants confinés dans les hôtels du Samu social.

    Reportages "Les solidaires" sur www.ishta.fr

  20. Le samedi 9 mai 2020, à Paris (XIe, XVIIIe et XIXe arrondissements) et à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), Fatima Belkoniene, 23 ans, bénévole au Secours catholique, effectue (avec Alice Mayoud, 44 ans, référente bénévole) une maraude hebdomadaire à la rencontre de mamans et d’enfants confinés dans les hôtels du Samu social.

    Reportages "Les solidaires" sur www.ishta.fr

  21. Bagnolet, le 30 avril 2020. Le Centre Communal d’action sociale (CCAS) de la ville de Bagnolet (Seine-Saint-Denis), accompagné de la Boutique de la solidarité, un espace offrant des produits de première nécessité, ont ouvert, jeudi 26 mars, une boutique solidaire éphémère pour aider les habitants les plus précaires. Plus de 350 Bagnoletais, dont des résidents de la Butte-aux-Pinsons et du foyer des Baras, bénéficient de ce dispositif d'urgence. Ce jour-là, 17 bénévoles partaient en ville, depuis le centre socio-culturel Paul-Coudert, pour distribuer les premiers masques (50 chacun) aux personnes âgées les plus vulnérables. Nadine Duteriez, 60 ans, assistante de la direction du CCAS de Bagnolet et bénévole à cette occasion, prépare sa première tournée de distribution de masques aux personnes âgées de son quartier (La Noue).

    Reportages "Les solidaires" sur www.ishta.fr

  22. Bagnolet, le 30 avril 2020. Le Centre Communal d’action sociale (CCAS) de la ville de Bagnolet (Seine-Saint-Denis), accompagné de la Boutique de la solidarité, un espace offrant des produits de première nécessité, ont ouvert, jeudi 26 mars, une boutique solidaire éphémère pour aider les habitants les plus précaires. Boris Darque, 42 ans, des Marmoulins de Menil' (Paris XXe), aide Laura à charger sa voiture de paniers-repas destinés aux "travailleuses du sexe" confinées à Bagnolet.

    Reportages "Les solidaires" sur www.ishta.fr

  23. Le samedi 2 mai, dans le quartier de La Noue, à Bagnolet (93). Aide alimentaire, autour d'Alhassane Diallo, 41 ans (Recyclerie de La Noue, centre Toffoletti, association Temps libre à Bagnolet...).

    Reportages "Les solidaires" sur www.ishta.fr

  24. Le samedi 2 mai, dans le quartier de La Noue, à Bagnolet (93). Aide alimentaire, autour d'Alhassane Diallo, 41 ans (Recyclerie de La Noue, centre Toffoletti, association Temps libre à Bagnolet...), avec, entre autres, Mohamed Hamza, 22 ans, et Moussa Latuf, 23 ans.

    Reportages "Les solidaires" sur www.ishta.fr

  25. Le samedi 2 mai, dans le quartier de La Noue, à Bagnolet (93). Aide alimentaire, autour d'Alhassane Diallo, 41 ans (Recyclerie de La Noue, centre Toffoletti, association Temps libre à Bagnolet...), avec, entre autres, Théo N'doumbé.

    Reportages "Les solidaires" sur www.ishta.fr

  26. Le samedi 2 mai, dans le quartier de La Noue, à Bagnolet (93). Aide alimentaire, autour d'Alhassane Diallo, 41 ans (Recyclerie de La Noue, centre Toffoletti, association Temps libre à Bagnolet...), avec, entre autres, Nadia Saidi, 43 ans.

    Reportages "Les solidaires" sur www.ishta.fr

  27. Le samedi 2 mai, dans le quartier de La Noue, à Bagnolet (93), le frigo solidaire d'Amélie Marques-Novais, 62 ans, gardienne du bâtiment G5, nourrit de nombreuses personnes, chaque jour.

    Reportages "Les solidaires" sur www.ishta.fr

  28. Le samedi 2 mai, dans le quartier de La Noue, à Bagnolet (93). Aide alimentaire, autour d'Alhassane Diallo, 41 ans (Recyclerie de La Noue, centre Toffoletti, association Temps libre à Bagnolet...), avec, entre autres, Hussein Mohamed Ali, 24 ans, un des initiateurs de l'action solidaire des "jeunes" du quartier.

    Reportages "Les solidaires" sur www.ishta.fr

  29. Le samedi 2 mai, dans le quartier de La Noue, à Bagnolet (93). Aide alimentaire, autour d'Alhassane Diallo, 41 ans (Recyclerie de La Noue, centre Toffoletti, association Temps libre à Bagnolet...), avec, entre autres, Mariana Zarouba, 44 ans.

    Reportages "Les solidaires" sur www.ishta.fr

  30. Dans le quartier du Faubourg Saint-Denis (75010), le 6 mai 2020. Rémi Rousseau (à droite), 64 ans, salarié solidaire d'ATD - Quart Monde, rend visite, chaque semaine au moins, à Nicolas Hougard, 54 ans, bénéficiaire, qu'il accompagne depuis trois ans et auquel il a remis un smartphone avec abonnement gratuit au début du confinement.

    Reportages "Les solidaires" sur www.ishta.fr

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.