Catastrophe sanitaire en marche

Réflexions sur l'évolution de notre système de santé à la lumière de 40 années d'expérience

Catastrophe sanitaire en marche

Dans de nombreux commentaires, je dénonce la destruction de notre système de santé que ce soit la destruction de l'hôpital ou la désertification médicale ...

Médecin rural pendant 38 ans, maitre de stage, ex-syndiqué, ex membre de l'ordre, représentant dans les structures: ARS, CPL (commission paritaire locale CPAM) ... etc ... j'ai pu voir se dégrader ma profession. Je n'ai pas été le seul à avoir cette démarche à cette époque 2004 (médecin tourangeau, Saône et Loire ... etc)

J'avais fait une lettre ouverte à mon député  qui a fait la une du journal de l'Ouest alertant sur l'évolution vers la désertification ... relayé par TF1, FR2, FR3 ... la presse hebdomadaire ...

Résultat: RIEN !!! désespérément RIEN et maintenant nous y sommes dans le mur et tout ce monde politique en est surpris ...

Je n'ai pas fais ENA mais je sais ce qu'est une table démographique et à quoi elle peut servir, visiblement le politique si génial et si inspiré par sa science infuse ignore ce document superbement tant la politique consiste tout simplement à ne rien faire et refiler la patate chaude à ceux qui viendront derrière ... Nos génies transcendants ne savent pas encore que celui qui est né en 2000 a eu 18 ans en 2018 et qu'il arrive en faculté ... No comment !!!!

Mon épouse a été hospitalisée à plusieurs reprises à cause d'une DMLA évoluée et j'ai pu constater la dégradation du " hospitalier ... j'ai même écrit que l'on pourrait mourir de faim dans un hôpital français quand vous ne voyez pas (cécité, DMLA), que vous avez un AVC, une hémiplégie droite, que vous êtes seuls ... réflexion du personnel de service ... tiens vous n'avez pas faim (véridique) J'ai aidé mon épouse avec le plat bassin (c’est excellent pour le moral du patient hospitalisé de se souiller faute d’avoir une réponse à sa demande... la voisine de chambre de mon épouse) une infirmière m'a proposé de travailler dans le service ... pendant les week-ends du mois d’août l'infirmière débordée ne connaissait rien au service ... elle était en remplacement !!!

Je n'ai rien dit et rien fait de peur que l'administratif se venge (c'est bien, le mot) sur le personnel soignant ... l'administratif fait ses 35 heures, lui, et impose aux soignants des heures à n'en plus finir quand il ne téléphone pas, un jour de repos, pour demander un dépannage d’urgence ...

Administratif qui vous fait bien remarquer que vous êtes à l’hôpital hors des heures de visite alors que j’aidais mon épouse pour ses repas !!!

Une infirmière de médecine a été demandée pour remplacer un jour férié celle de chirurgie ... elle ne connaissait rien au service ...

Une amie infirmière s'est fait vertement remonter les bretelles par la surveillante du service pour avoir passé trop de temps au chevet d'une jeune patiente en phase terminale de son cancer … Où sont donc passés l’empathie et l’humanisme ???

Qui parle du suicide des soignants médecins, infirmières, aides soignants en burn out ... Burn out parce que l’administration leur refuse les moyens d’exercer le métier qu’ils aiment correctement …. Le déficit, toujours le déficit

Un médecin de ma région s'est suicidé parce qu'il allait à 65 ans se retrouver seul ... à la place de trois ... trois médecins dans ce bourg …. depuis 1960 !!! Evolution mirobolante : Aucun en 2017 …. Parler du suicide des soignants ce n’est pas politiquement correct l’Omerta est de rigueur

La situation actuelle a été voulue et organisée par les pouvoirs politiques successifs de droite ou de gauche et les organisations professionnelles ordre et syndicats en sont les complices: Numérus clausus  descendu à 3500 pour toute la France toutes spécialités confondues, MICA: Mécanisme Incitation Cessation Activité style pré retraite car il y aurait eu "trop" de médecins et chacun sait que si un médecin cesse son activité le patient ne consulte plus d'où des "économies" monstrueuses ..... Nous pouvons juger ce résultat mirobolant ... non ???

Responsabilité des organismes professionnels: à chaque conflit avec les tutelles du pont Alexandre III à Paris aux occupations de CPAM en 2002 l'état a laissé tomber 5 francs pour nos honoraires et tout rentre dans l'ordre pour 3 ou 4ans. Sur quoi avons nous réfléchi, sur quoi avons nous innové, sur quoi avons nous évolué dans l'exercice quotidien, nous sommes nous projetés dans le futur  ?????

Et que dire des sommes énormes dépensées par le système hospitalier afin de recruter pendant les vacances des titulaires anesthésistes, chirurgiens, gynéco-obstétriciens qui se vendent au plus offrant afin que l’hôpital puisse fonctionner. Les émoluments n’ont rien à voir avec le salaire des titulaires

Et que dire des sommes astronomiques versées par tous les hôpitaux à l'état, je dis bien à l'état, au titre de la taxe sur les salaires (établissements non soumis à la TVA) qui se chiffre en dizaines de millions d'euros

Dites vous bien qu'à terme les dépenses pour la collectivité de cette défaillance du système de soins seront bien plus élevées …. Aggravation des pathologies ... absentéisme ... diminution de l'espérance de vie ...

Cerise sur le gâteau : « ON » ferme des lits partout … avec une population qui augmente et qui surtout vieillit d’où des heures d’attente sur un brancard aux « URGENCES » endroit où vous pouvez mourir au bout de 3 jours sur votre brancard …. Voir ce que disent les tables démographiques

Pour la gloriole de Chirac-Juppé, Sarkozy, Hollande, Macron ça ne vous dérange pas messieurs les génies de la politique de haut vol d'être obligés d'importer des médecins étrangers afin de soigner votre population ????

Nous sommes devenus un pays sous développé médicalement parlant alors que nous allions soigner les autres chez eux pendant des décennies

La santé est un service public ... elle doit rester un service ... et un service n'a pas à être rentable ...

Il n'y a pas que les profits maximums à très court terme ..... et je n’ai surtout pas écrit qu’il n’y avait rien à faire

Une réforme intelligente est élaborée, structurée, présentée, négociée avec les personnels de santé alors que ce qui nous est proposé est une réforme casse menée à la hussarde

Nous dépensons de milliards pour aller bombarder, détruire et massacrer les pays du, Moyen Orient .... Obéissant comme des caniches bien dressés aux injonctions des "pacifistes" faucons US et OTAN .... alors nous pourrions consacrer un peu de la richesse de notre pays aux soins, à l'école, à l'université, à la recherche et retrouver un peu , je dis bien un peu, d'humanité et d'humanisme dans cette société délirante qui ne possède plus aucun repère ... autre que son smartphone, la "télémédecine", le chacun pour soi …

 Bon, maintenant passons aux choses vraiment sérieuses qui n’ont pas effleuré la cervelle si bien formatée de nos politiques.

Dépenses de santé

Pour avoir épluché les rapports de la cour des comptes pendant 5 années 2000 à 2005 force est de constater que les dépenses des CPAM sont aberrantes dans les zones surmédicalisées comme le PACA … comparez tout simplement le nombre de césariennes en PACA par rapport au Nord ou à la Bretagne … constatez la redondance des examens paracliniques, pas toujours justifiée …

Au sujet des dépenses : une solution le dossier médical personnalisé. Dossier sur lequel seraient consignés : le parcours de consultations, d’examens complémentaires et les thérapeutiques … Là une précaution s’impose que ce dossier soit la propriété du patient et non en ligne à la merci de tous les hackers et qu’il soit obligatoire à présenter pour toute prise en charge de consultation ou d’hospitalisation (précaution qui met à l’abri des dents longues des compagnies d’assurance)

Hôpitaux et cliniques

Si vous voulez recruter des spécialistes performants dans les établissements départementaux, il faut qu’il existe un courant de clientèle … or … avec la désertification médicale, nous assistons à une fuite des patients vers les CHU ou les spécialistes des villes plus importantes (délai de RV pour ophtalmo : 1 an !!!!) ce qui entraine une baisse d’activité des hôpitaux et cliniques …. Spirale infernale … perte de compétences … recrutement de spécialistes compétents difficile …

Etudiants en médecine

Un fait qui n’a pas effleuré la cervelle du politique lambda : en 2016, 25% des jeunes diplômés ne se sont pas inscrits à l’Ordre donc ils n’exerceront ni en libéral ni à l’hôpital … « ON » peut toujours augmenter le numérus clausus … et quand la décision est prise de l’augmenter le résultat c’est dans 10 années

Dans nos zones rurales quels sont les postes offerts aux conjoints des femmes médecins de plus en plus nombreuses ?

S’il s’agit d’un couple de médecins, médecin/infirmière, médecin /agriculteur la situation est stable … il n’en va pas de même pour un couple femme médecin/ingénieur, médecin /militaire … etc …

Il y a nombre de femmes médecins qui ont élevé leurs enfants sans exercer et j’avais proposé pour elles une remise à niveau auprès d’un maitre de stage, comme pour les étudiants, afin de les remettre en activité la quarantaine arrivée et la charge familiale moins lourde

Vie des villes moyennes et ruralité

Qu’ont elles a proposer aux familles qui veulent s’y installer ?

Pas de médecin généraliste, fermeture des classes rurales, fermeture des services publics : poste, perception et autres services … La famille part ailleurs autre spirale infernale

Il semblerait que la solution viable soit d’impliquer le financeur de notre système de santé dans l’harmonisation de la répartition des médecins à l’image de ce qui a été fait pour les pharmaciens … et ils n’en sont pas morts les pharmaciens.

Cela s’appelle le conventionnement sélectif

Avantages de ce conventionnement sélectif c’est d’organiser une répartition harmonieuse des praticiens que ce soit médecins , infirmières, sages femmes, aides soignants.

Normalement ce serait le rôle des ARS (agences régionales de santé)… dans les statuts des ARS il est stipulé qu’elles sont responsables de l’harmonie des installations des professionnels

Définition : « Les agences régionales de santé (ARS) ont été créées par la loi « Hôpital, patients, santé et territoires » (HPST) du 21 juillet 2009. Ce sont des établissements publics de l’État à caractère administratif (EPA) sous tutelle ministérielle directe mais disposant d’une part d’autonomie. »

Extraits :

« Elles interviennent en matière de prévention, de soins en ville et à l‘hôpital, ainsi qu’en matière médico-sociale, domaines auparavant pris en charge par différentes administrations. Dans le but de simplifier et de clarifier l’organisation sanitaire régionale, elles se substituent ainsi à sept organismes, dont les agences régionales de l’hospitalisation (ARH), la direction régionale et les directions départementales de l’action sanitaire et sociale (Drass et Ddass), l’Union et les caisses régionales d’assurance maladie (Urcam et Cram). »

….

« Elles sont notamment chargées de la veille sanitaire, de la promotion de la santé dans leur région et elles contribuent à répondre aux situations d’urgence ou de crise. Elles doivent par ailleurs améliorer l’efficacité du système de santé et en renforcer l’ancrage territorial en l’adaptant aux besoins et aux spécificités de chaque territoire. Elles conduisent ainsi, conjointement avec les caisses d’assurance maladie, une politique de gestion du risque. »

 

Conclusion : je prêche dans le désert et le pire est à venir, visiblement.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.