Réflexions sur le plan Buzin des urgences

Il faudra combien de démissions et combien de suicides de soignants méprisés par la ministre ?

Ce que m'inspirent ses déclarations:

Orientation des personnes âgées

  • cela peut se concevoir pour les personnes en institution
  • Pour les autres ???

Réponse pour les urgences

  • demande des urgentistes : des postes et des lits
  • Coût du plan : 750 millions sur 4 ans … saupoudrage de sucre glace sur une plaie béante
  • Nouvelle plateforme d’appel pour orienter vers la médecine de ville … elle semble oublier la désertification, désertification qui va s'aggraver dans les années à venir et la non obligation de gardes.
  • Service universel d’accès au soins (SAS) … par téléphone !!!
  • Mettre à contribution les médecins libéraux : davantage de consults sans RV …. Sur des cabinets surchargés qui refusent de nouveaux patients …
  • Création de 3500 postes d’assistants médicaux … où sont ils … ils tombent du ciel ???
  • Tiers payant systématique pour les libéraux que bon nombre refusent déjà !!i CMU et autres
  • Examens de labo au cabinet …. Aide au financement hypothétique
  • Point positif le SAMU pourra demander le transport par ambulance ou taxi vers médecin de ville
  • Formation des para-médicaux aux tâches simples … positif mais ça se fait déjà d’une manière non officielle
  • Financement urgences à revoir …. Et la loi Bachelot ??? tarification à l’acte …. Une manne pour l’hôpital
  • Renforcement de la sécurité des professionnels : elle commence par des moyens humains et des lits d’aval pas par des flics …
  • Primes pour les personnels : emplâtre sur une jambe de bois la solution passe par des salaires décents surtout pour les grandes agglomérations (Transports sur horaires décalés, prix du logement)
  • Revoir la grille salariale des médecins qui démissionnent pour se proposer comme bouche-trou à quel tarif pour l’hôpital

Suggérer que la taxe sur les salaires des structures hospitalières, non assujetties à la TVA est une aberration qui coûte 4 milliards par an à comparer à 750 millions sur 4 ans.

La seule et unique solution viable : Cesser de fermer les maternités, les services de chirurgie au prétexte fallacieux de la « sécurité » , du personnel, des lits d’aval et des cabinets médicaux dans les déserts avec un conventionnement sélectif

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.