Mes réflexions sur l'hôpital

 

le 17/10/2016, 22:07, à propos de l' Article L’hôpital redoute un big bang sur le temps de travail

 

Le personnel de réa peut parfaitement faire 12 heures de travail en une journée puisque c'est l'administratif qui le décide

 

MAIS

 

mais l'administratif lui continuera à travailler 35 heures dans sa semaine, lui ... . Vous savez les tâches administratives sont épuisantes et pleines de responsabilités à assumer ....

 

EN FAIT

 

le gêneur, celui qui empêche les mirifiques résultats des administratifs, celui qui sabote les résultats financiers de cette géniale gestion: c'est le patient.

 

CONCLUSION:

 

Supprimer le patient de l'hôpital ..... et le tour est joué .... rien que des bénéfices.

 

J'ai fait dans ma jeunesse d'interne des gardes de nuit après une journée de travail bien remplie et garde suivie d'une autre journée de travail bien remplie et heureusement que le personnel infirmier était là vigilant, expérimenté afin d'éviter, suite à la fatigue, des erreurs de diagnostic ou des traitements inadaptés, je vois fonctionner l'hôpital avec un personnel restreint, fatigué, en burn out, refusant de se mettre en arrêt de travail parce que ce seront aux collègues d'assurer la permanence des soins. Je vois ce même personnel "en grève" Ils arborent un post-it avec engrève mais ils assument leur charge de travail et le politique et les administratifs s'en foutent de la grève puisque le travail est accompli .... comme le dit Pascal Gérin Roze le personnel soignant est toujours considéré comme les bonnes soeurs d'antan ... taillable et corvéable à merci

 

Et qui vous parle du suicide des soignants épuisés ????????

 

Personne parce que c'est un sujet tabou qu'il ne faut surtout pas aborder ..... parce que cela perturberait la béatitude dans laquelle baigne ce monde politique inique

 

Et sans aborder le thème de la désertification médicale, résultat d'une politique voulue et concertée depuis de dizaines d'années de détruire ces structures de soins.

 

RV ophtalmo: novembre 2017

 

RV pédiatre: 3 mois

 

Essayez de trouver un médecin qui accepte de vous prendre en charge quand vous déménagez

 

Disparition des gynéco médicales, mesdames, la spécialité n'existe plus ....

 

Et, cerise sur le gâteau,  la France est devenue un pays du tiers monde médical qui doit importer des médecins étrangers pour soigner ses citoyens .....

 

Autant de "progrès", autant de "connaissance" de ce qu'est une table démographique, autant de "mépris" envers une coorporation médicale dans son ensemble ne mérite que remerciements et louanges .... les économies seront éventuellement là mais l'espérance de vie, elle, ne va plus s'améliorer et à terme le coût pour la société sera bien plus élevé que ce que les énarques projettent.

 

le 18/10/2016, 17:00, à propos de l' Article L’hôpital redoute un big bang sur le temps de travail

 

Je soupçonne qu'un élément soit totalement occulté par nos si géniaux et incontournables énarques: .... la table démographique ....

 

Que dit cet élément de travail ?

 

Il dit tout bêtement que celui qui est né en 1950 aura 65 ans en 2015 et qu'il partira à la retraite;

 

Il indique le nombre de naissance dans cette année 1950 ce qui implique le nombre de départs à la retraite donc qu'il faudra remplacer;

 

C'est du niveau CM2 .... pas d'un niveau bac + 5

 

Curieusement c'est valable non seulement pour le personnel soignant mais aussi pour bien d'autres activités.

 

Alors une toute petite question d'un obtus bas du front comme moi comment attirer dans une ville de province de 60.000 habitants des cadres, des élites ou tout simplement des travailleurs si cette ville n'offre pas un minimum de services: école, collège, lycée, hôpital, clinique, médecins généralistes, médecins spécialistes.

 

L'an dernier 9 généralistes (tiens !!!! nés en 1950) sont partis en retraite et aucun n'a trouvé de successeur .... nous sommes le troisième département le plus démédicalisé de France.

 

Réponse géniale de ARS du département si vous n'avez pas de généraliste allez aux urgences, allez dans l'enfer des urgences lieu béni des dieux dans lequel tout le monde est en souffrance:

 

- en souffrance pour celui qui n'a trouvé que des portes closes pour une bricole relevant de la bobologie,

 

- en souffrance pour un personnel soignant urgentistes infirmières, aides soignants qui ne savent plus où donner de la tête, personnel en burn out pour lequel la hantise est de passer à coté d'une vraie urgence vitale dans cette cohue qui débarque à toute heure du jour ou de la nuit

 

- en souffrance parce que le climat y est tellement tendu que l'agressivité de part et d'autre va bientôt nécessiter la présence d'une compagnie de CRS en permanence ...

 

Et que fait le politique: il s'en bat les flancs, il s'en fout superbement, ce n'est pas son problème. La seule chose qui lui importe c'est sa réélection et de présenter des chiffres pourcentages, millions, milliards, comme s'il en pleuvait, résultats de trucages, falsifications, malversations, de contrats dits PPP qui permettent d'engraisser les petits copains des multinationales ... et endetter les générations à venir

 

A coté de ça votre gamin de 3 ans qui a 40° depuis 3 jours, lui, peut toujours attendre, la patiente immobilisée dans un lit peut uriner dans son lit parce que l'aide soignante débordée aura mis 20 mn voire plus à aller voir quelle est la demande (vécu cet été par mon épouse), Il arrivera que l'on puisse mourir de faim dans un hôpital français parce que celle qui atteinte d'une DMLA évoluée ne voit pas ce qu'il y a dans son plateau et celle qui présente une hémiplégie ne peut manger seule ... le personnel ça coûte cher ...

 

Je crois que je peux écrire un livre

 

ET

 

n'allez pas penser que c'est mieux dans le privé.

 

A l'hôpital c'est l'état qui étrangle dans la clinique privée le résultat est identique parce que ce sont les actionnaires Qui étranglent et qui exigent des rendements donc on y rogne sur la qualité du soin et sur le personnel soignant.

 

De toute façon nos "zélites" font joujou aux élections alors la terre peut se mettre à tourner à l'envers sans que cela ne les perturbe.

 

Et ce problème de désertification qui évolue parallèlement aux problèmes hospitalier car ils sont liés ne date pas d'aujourd'hui.

 

J'ai pris ma retraite en 2015 à 65 ans après une carrière de médecin généraliste rural et j'ai été pendant plus de 20 années maitre de stage à la faculté de médecine d'Angers.

J'ai assumé des responsabilités syndicales commission paritaire locale à la CPAM, élu à l'ordre départemental plus de 12 années, représentant de cet ordre à ARS (agence régionale de santé.

J'ai passé une grande partie de l'année 2004 à informer sur le risque de désertification dans nos provinces. une lettre ouverte au député reprise dans la presse locale Ouest France, relayé par TF1, FR3 et articles sur le sujet dans le nouvel Obs (il me semble)
Le ministre de la santé de l'époque Philippe Douste Blazy est mêm venu faire une réunion à la mairie de mon bourg sur le sujet.

 

Que s'est il passé: rien !!! rien de rien !!! désespérement rien ...

Le numérus clausus a été maintenu, les lits dans les hôpitaux fermés, le personnel hospitalier compressé au maximum, les cliniques privées toutes rachetées par des fonds financiers qui exigent une rentabilité.

 

Pour ne pas être négatif, il s'en est passé des choses: organisation de la permanence des soins, participation des généralistes à la régulation des appels au centre 15 et plus récemment création de pôles de santé permettant de regrouper les praticiens, centraliser le secrétariat et la gestion des appels et rendez vous voire de salarier des médecins

 

Un problème jamais abordé: la féminisation de la profession.

Cette remarque n'a rien de sexiste, bien au contraire mais:

comment exercer en libéral autrement que dans un cabinet de groupe ?

Dans le meilleur des cas un médecin se marie avec un médecin ou une infirmière ou un agriculteur et dans ce cas l'insatllation du médecin est pérenne

Dans le cas de beaucoup d'autres le mariage se fait avec un cadre, un ingénieur et la femme médecin se verra dans la nécessité de suivre son époux à moins que la profession de la femme soit privilégiée dans le couple. Comment tenir un cabinet quand la famille est un coup à Rennes, un coup à Sochaux, expatriation en Russie pour 3 ans = impossibilité d'exercer.

Sur le nombre de femmes médecins que j'ai eues en stage seule 3 sont installées en "libéral" toutes les autres ont opté pour des postes salariés ou gardent le statut de remplaçante de façon a pouvoir gérer leur temps ...

 

Je n'ai pas réussi à trouver une statistique fiable nombre de diplômées / nombre installées en cabinet de groupe ... et personnellement j'ai des confrères qui sont mariés à des femmes diplômées qui n'ont jamais exercé. Si nous pouvions proposer dans le cadre des pôles de santé des postes de salariées à temps partiel cela permettrait d'élargir l'offre de soins.

 

Autre problème: le poids de la charge administrative imposée par les caisses d'assurance maladie ...

Un exemple entre beaucoup d'autres: une demande de prise en charge en affection longue durée ... .le médecin conseil exige l'avis d'un spécialiste le pire étant l'ophtalmo. Délai de consultation un an voire plus .... le dossier traine, le patient devient un impatient ....

 

Autre problème non abordé: celui des honoraires et les rapports avec le ministère ...

Ce problème est récurrent et ne date pas d'aujourd'hui. promesses, engagements non tenus. Revalorisation des honoraires reportées aux calendes. Pour un médecin rural ce n'est pas grave les frais fixes sont supportables mais cela l'est pour ceux qui sont installés en grandes villes où les frais fixes de fonctionnement sont énormes Paris, Lyon ... et commence à apparaitre la désertification dans les grandes villes

 

Dernier point pour aujourd'hui: la répartition des praticiens sur le territoire.

Les soins sont financés par les caisses d'assurance maladie et à mon sens ces caisses sont en droit de veiller à ce que le territoire national soit correctement couvert et l'outil est le conventionnement. Je suis diplômé, je veux m'installer à Nice ... désolé j'ai assez de médecins là bas, je ne vous conventionne pas. Je veux m'installer en Anjou, pas de problème je vous conventionne.

Autre avantage au niveau des coûts. Les rapports de la Cour des Comptes mentionnent la redondance des examens, le nombre de césariennes dans le midi (fortement médicalisé) par rapport au Nord ou à la Normandie. Gérer les conventionnements permet aussi de participer à dépenser l'argent des cotisants intelligemment ....

Rêver n'est pas encore interdit

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.