Portfolio

Les quais de Saône: berges bucoliques dans la métropole

Le quartier des docks lyonnais s'imbrique dans le charme bucolique des berges de la Saône. Créé il y a dix ans, les bâtiments sont des anciennes friches transformées en site culturel et d'autres aux façades signées par de grands noms. En empruntant le chemin de cette ancienne voie ferrée, les berges de Saône racontent une thématique fluviale urbaine. Littérature des berges de Saône.
  1. Oui.. J'étais assise sous un olivier, un olivier face au Saône, posée entre le bitume incrusté de paillettes du quartier Confluence et le chemin ancienne voie ferrée des Docks qui mène à la Sucrière. 

  2. J'avais besoin de me rapprocher de la nature. De son silence. D'écouter son silence. L'olivier des berges de Saône, là où les cigales chantent dans la solitude de la métropole. La nature en ce jour de juillet resplendissait. Les berges semblaient esseulées. Je n'entendais que les cigales orchestrer. J'observais avec sagesse le ramage de l'arbre de paix. Découvrant une lueur d'amour : un oiseau posé sur sa branche déjeunait ses graines qu'une main bienveillante avait déposé. Une mangeoire perchée dans le ramage d'un olivier. Olivier, arbre de paix, je l'ai appris dans un magnifique poème dont j'ai oublié le nom.

  3. Eloge de la solitude. Plus déterminée que jamais à me laisser vivre de la plénitude. Cette plénitude que le sort s'acharnait à vouloir tuer. Oui, c'est cela, vivre dans la plénitude.

  4. Sous cet olivier, je n'ai pas pensé à cela. Je pensais que l'éloge de la solitude m'envahissait. Et j'en savourais chaque instant. Ce moment où la vérité est en soi.

  5. Ils n'ont pas écouté comme parle la sagesse de Nelson Mandela et je n'ai pas su reconnaître la main tendue le jour où il m'a demandé, "mais pourquoi êtes-vous venues ? J'étais trop meurtrie pour comprendre qu'il a des personnes qui existe pour apporter et non pour prendre.

  6. Assise sous cet olivier, j'étais seule et pourtant intensément présente.

  7. Je voulais m'enraciner comme cet olivier et ses racines fondatrices.

  8. La nature s'enracine. Elle enracine son miracle. La vie.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.