Alicia Deys
Abonné·e de Mediapart

65 Billets

0 Édition

Événement 3 avr. 2018

SOS hôpital public

Les Economistes atterrés organisent une conférence-débat intitulée "Où va l'hôpital?" . Soumis à une politique de management calquée sur le secteur privé, l'hôpital public connaît une situation de marasme intolérable pour les personnels et surtout les patients. Bilan, perspectives et sorties de secours.

Alicia Deys
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Date

Du 10 avril 2018 au 10 avril 2018

Lieu

Université de la Sorbonne, Amphithéâtre Turgot 17, rue de la Sorbonne Paris 5ème.

Réservation

Accès libre et gratuit dans la limite des places disponibles

Information

Horaire : 19 heures 45 à 21 heures 45.


Depuis le début des années 1990, le secteur public hospitalier fait l'objet de profondes réformes qui ont concerné aussi bien l'exercice de la tutelle (création des Agences régionales de l'hospitalisation en 1996, puis des Agences régionales de la santé en 2009) que son organisation interne (nouvelle gouvernance, création de pôles …). Leur objectif est notamment d’introduire, au sein de l'hôpital public, les techniques organisationnelles et managériales issues du Nouveau management public (New public management). La principale réforme a porté en 2003 sur le mode de financement de l’hôpital à travers la mise en place d’une tarification à l'activité (T2A). Ce nouveau mode de tarification a pour objectif de simuler des mécanismes de prix au sein du secteur public. Ce faisant, la T2A est supposée inciter les hôpitaux à fournir des soins à moindre coût, par l’introduction d’un mécanisme de concurrence en comparant (yardstick competition) les établissements.

Les diverses expériences étrangères (Grande-Bretagne, Pays-Bas, Italie) ont mis en évidence les risques associés à ce mode de rémunération et notamment les effets possibles sur les patients. Le premier risque identifié est celui de la sélection des patients. L'hôpital a intérêt à garder les malades ayant un coût faible (les bons) et à se séparer des malades coûteux (les mauvais). Le deuxième effet pervers est la baisse de la qualité des soins en raison de la sortie prématurée des malades dans la mesure où le prix est déconnecté de la durée d'hospitalisation. Enfin, le dernier effet pervers est le recentrage de l'activité des établissements autour des spécialités financièrement intéressantes (comme la chirurgie orthopédique) et la suppression des activités non rentables (urgences, médecine interne).

Du point de vue de l’organisation interne des hôpitaux, ce nouveau mode de financement a abouti à une rationalisation forte de l’activité par la mise en œuvre de techniques de management directement inspirées du secteur privé et un accroissement de la productivité. Ce qui a débouché non seulement sur la rationalisation des flux de patients et la standardisation des procédures de soins, mais aussi sur la mise en place de nouveaux indicateurs de performances pour mesurer le travail et évaluer les personnels. Ces changements dégradent fortement tant les conditions d’accueil des patients que les conditions de travail des soignants.

L’objectif de ce débat est d’abord de comprendre comment les différentes réformes mises en œuvre depuis le début des années 1990 ont conduit à cette situation intolérable à la fois pour les usagers et les personnels. Il faudra ensuite se demander quelles sont les issues possibles pour l’hôpital.

Le débat sera animé par Fabienne Orsi, économiste, chercheuse à l’IRD.

Avec :
- Frédéric Pierru, chercheur en sciences sociales et politiques au CNRS ;
- Jean-Paul Domin, économiste, université de Reims, membre des Economistes atterrés ;
- Nicole Smolski, ancienne présidente du Syndicat national des praticiens hospitaliers anesthésistes-réanimateurs élargi (SNPHARE), anesthésiste à Lyon ;
- Jean-Pierre Ribat, médecin généraliste, médecin urgentiste à l’hôpital de Mantes-la-Jolie.

(source : les Economistes atterrés)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — Fil d'actualités
L’Ukraine demande plus d’armes et de sanctions contre Moscou après des frappes sur Kiev
Le gouvernement ukrainien a réclamé dimanche plus d’armes et de sanctions contre Moscou aux pays du G7, réunis en sommet en Bavière (Allemagne), à la suite de nouvelles frappes russes survenues à l’aube sur un quartier proche du centre de Kiev.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet de blog
Pacification en Algérie
Témoignage d'un militaire engagé en Algérie ayant participé à la pacification engagée par le gouvernement et ayant rapatrié les Harkis de la D.B.F.M en 1962
par Paul BERNARDIN
Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti
Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale