Débat public : Les Jeux Olympiques et Paralympiques sont-ils bons pour le sport ?

80 médailles et 3 millions de sportif.ves supplémentaires en 2024 ? Le premier débat du "Comité de veille et d'étude JOP 2024" met l'héritage en question avec un acteur de l'éducation nationale et une co-présidente de fédération sportive.

La ministre des sports, avec le gouvernement, a annoncé que la génération de 2024 serait une génération de sportifs, l'objectif étant d'avoir 3 millions de pratiquants et pratiquantes supplémentaires.

Les premières mesures prises par la Ministre des Sports (baisse des subventions du CNDS notamment l'aide au fonctionnement des associations, baisse du budget des sports et des postes au concours du CAPEPS…) n'envoient pas un signal positif sur le développement du sport. A moins d'imaginer que les sportifs et les sportives de demain pratiquent en dehors des clubs ou dans des structures privées.
A côté de ces pratiquant-es, ce sont aussi les pratiques sportives des scolaires (l'EPS obligatoire et le sport scolaire) qu'il faut renforcer.

Les JOP 2024 sont positionnés comme un moteur possible du développement de la pratique sportive, développement qui doit constituer une part de 
l'héritage qu’ils doivent laisser. S'ils sont un bien commun de l'humanité, ils doivent être partagés et répondre aux besoins des populations.

Pour prolonger la question initiée dans un des podcast « Du SPORT » de BINGE Audio-SNEP-FSU, le comité de veille et d'étude des JOP 2024 organise un premier débat en présence de Thierry TERRET, délégué ministériel aux JOP (ministère de l'Education nationale) et Emmanuelle BONNET-OULADJ, Co-présidente de la FSGT. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.