Marc Jamous
Concepteur multimédia, perdu dans cette situation de confinement, je me dis que tout témoignage aura un rôle un jour.
Abonné·e de Mediapart

49 Billets

0 Édition

Portfolio 3 avr. 2020

Paris vide

Quelques images de Paris vide : banales en ce moment, extraordinaires dans quelques semaines.

Marc Jamous
Concepteur multimédia, perdu dans cette situation de confinement, je me dis que tout témoignage aura un rôle un jour.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  1. Marc Jamous

    Rue de Babylone, le 1er avril 2020, vers 19h30. Un air du début du XXe siècle.

  2. Marc Jamous

    Une lectrice solitaire, au soleil d'avril 2020, vers 20h. Même les cygnes se refusent à voir cela.

  3. Marc Jamous

    Personne à l'entrée du Louvre, personne ne se prend en photo, pas de selfie avec la pyramide.

  4. Marc Jamous

    Croisement de deux solitudes, avril 2020, vers 20h.

  5. Marc Jamous

    Les bus parisiens passent, vides.

  6. Marc Jamous

    Dehors, les statues sont plus nombreuses et jouent à cache-cache.

  7. Marc Jamous

    Avril 2020 à Paris, vers 20h, les quais, le Pont des arts sont pratiquement vides.

  8. Marc Jamous

    La passerelle Léopold Sédar Senghor est habitée par le même vide.

  9. Marc Jamous

    Les stations Velib sont pleines. Même les vélos ont déserté Paris en ce mois d'avril. Les reines sont immobiles.

  10. Marc Jamous

    Il y a un an Notre-Dame brûlait. Aujourd'hui, elle s'ennuie : témoin de tant d'événements.

  11. Marc Jamous

    Les voitures, aussi, ont déserté les quais.

  12. Marc Jamous

    Boulevard Raspail, mars 2020. On peut traverser sans regarder, juste à l'oreille.

  13. Marc Jamous

    La Seine est vide de péniches ce soir d'avril 2020. Je ne l'ai jamais vue si calme, si lisse.

  14. Marc Jamous

    Toujours la Seine, si vide, si tranquille.

  15. Marc Jamous, avril 2020

    Quais de Seine interdits aux voitures, mais aussi aux promeneurs, à cause d'un si petit virus, qui nous pousse à l'humilité.

  16. Marc Jamous

    Quelques silhouettes au soleil, rue du Bac, un samedi d'avril 2020. Normalement, une longue file de voitures attend au feu rouge.

  17. Marc Jamous

    Ce même samedi, quelques personnes reviennent de la Grande épicerie.

  18. Marc Jamous

    Entre le premier jour du confinement et aujourd'hui, le 21 avril 2020, peu de changements. Si, le printemps s'est installé, indifférent à nos peurs.

  19. Marc Jamous

    Les parcs sont vides de nous, mais pas de vie.

  20. Marc Jamous - avril 2020

    Deux rêveurs, amoureux ?, sur un quai de Seine.

  21. Marc Jamous - Pont du Carrousel, avril 2020

    En arrivant sur ce pont, j'ai trouvé qu'il y avait du monde... pour un confinement. Il y a un mois, il devait y avoir dix fois plus de personnes, des voitures...

  22. Marc Jamous

    Chaises vides dans le jardin des Tuileries.

  23. Marc Jamous

    Les abeilles ont les Tuileries rien que pour elles.

  24. Marc Jamous

    La Seine est basse ces jours-ci, et des cadavres de Vélib apparaissent. Exemple sous les ponts des Arts, mais en moins de 100 mètres, j'ai vu quatre vélos et deux trottinettes. Triste.

  25. Marc Jamous

    Malgré trois semaines de confinement et une fermeture au public, les lumières du Bon marché restent allumées. Pour qui ?

  26. Marc Jamous
    La Lune en a vu d'autres. Elle sera toujours là, quand nous serons loin.
  27. Marc Jamous
    La vie reste présente entre les jambes des femmes de pierre.
  28. Marc Jamous - 1er mai 2020
    Solitudes à dix jours de la fin du confinement. Des regrets ? De l'attente ? Ou une occupation, en attendant ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Mélenchon et Marseille : l’histoire d’un rendez-vous manqué
Il y a cinq ans, son élection comme député dans la deuxième ville de France avait généré beaucoup d’espoir au sein d’une gauche locale en mal d’incarnation. Mais entre désillusions réciproques et choix stratégiques divergents, la greffe de l’Insoumis au sein de la gauche marseillaise n’a pas pris. Récit en trois actes.
par Pauline Graulle et Coralie Bonnefoy (Marsactu)
Journal — Europe
Bruxelles vole au secours des travailleurs « ubérisés »
La Commission européenne propose de considérer que les chauffeurs VTC et autres livreurs à vélo ne sont pas des travailleurs indépendants, mais des salariés des plateformes numériques avec qui ils travaillent. Une prise de position puissante, et opposée à celle de la France, qui prend en janvier la présidence de l’Union européeenne.
par Dan Israel
Journal
Attendre les vaccins français (Sanofi ou Valneva) : pourquoi c’est une fausse bonne idée
Plus d’un an après les premiers vaccins contre le Covid-19, ceux des firmes françaises devraient arriver sur le marché début 2022. Pas sûr que leur composition convainque les plus réfractaires à recevoir leur première injection.
par Rozenn Le Saint
Journal — Industrie
Colère à la SAM, fonderie abandonnée par Renault et l’État
Lâchés par le constructeur automobile, qui a refusé de soutenir un ultime plan de reprise, et par le gouvernement, qui avait promis des millions d’euros, les 333 ouvriers de la fonderie de Viviez-Decazeville s’apprêtent à passer les fêtes dans leur usine occupée. Un baroud d’honneur.
par Nicolas Cheviron

La sélection du Club

Billet de blog
Alprazolam Team
Les travailleurs sociaux ont appris à faire face aux difficultés des publics accompagnés. C'est même leur raison d'être. S'ils ne réussissaient pas à le faire, ils n'auraient rien à faire là ! Ce qui les mine, ce sont, à l’image des soignants de l'hôpital public ou du monde la justice, leurs conditions de travail. En réduisant l’État social, ce sont ses acteurs qu’on pousse au bord du gouffre.
par lien-social
Billet de blog
Travail social : « le fil ténu d’une humanité qui s’étiole »
Le 7 décembre, c’était journée d’actions dans toute la France dans le secteur du travail social et médico-social. Les mots d’ordre portent sur les conditions salariales, actuellement désastreuses, sur le fonctionnement du secteur qui va à vau-l’eau. Mais aussi sur le sens de l’action menée, alors que l’État et les médias, le plus souvent, ignorent ou méprisent cette activité sociale fondamentale.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Éduquer et soigner, malgré tout
Ce mardi 7 décembre, le médico-social a chaussé ses meilleurs souliers pour défiler ; montrer qu’elles et ils existent et luttent quotidiennement pour assurer leurs missions. Nous avons rencontré ces professionnel.le.s et avons découvert une mosaïque non exhaustive des métiers de l’éducation, de l’accompagnement, au travers de ces récits pluriels. Avec un constat hélas unanime : la galère.
par Mouais, le journal dubitatif
Billet de blog
À Montpellier, le secteur médico-social en colère dénonce l'incurie de l'État
Le médico-social se mobilise nationalement ce mardi 7 décembre pour tirer le signal d'alarme sur une situation de précarité dramatique et exponentielle, dont les effets ne peuvent être endigués par des conditions d'exercice toujours plus difficiles. À Montpellier, la mobilisation s'inscrit dans un contexte marqué par la politique d'expulsions du préfet Hugues Moutouh.
par lamuledupape