Portfolio

Les autorités marocaines doivent écouter nos jeunes au lieu de les stigmatiser .

  1.            Les revendications des jeunes d'Alhoceima et de sa région ( nord du Maroc ), qui se sont mobilisés depuis plusieurs mois dans un mouvement de protestation très déterminé,  sont à caractère social et économique. Ils dénoncent l'injustice, le chômage, le manque d'investissement et l'état délabré des services publics et des infrastructures: hôpitaux, écoles, routes....

    En matières d'éducation, ils demandent une école de qualité et gratuite accessible à tous enfants et en particulier en zones rurales et enclavées, avec une université digne de son nom. En matière de santé, ils  exigent un nouveau maillage sanitaire afin de ne pas rendre difficile le droit  aux soins,  avec un centre hospitalier régional comprenant un vrai centre d'oncologie doté de moyens humains et techniques capables d'offrire une médecine de qualité afin de répondre aux besoins des populations et de leur éviter les déplacements périlleux  et coûteux vers d'autres villes.

    Plutôt que de stigmatiser ces jeunes et de les accuser, il vaut mieux les écouter. Aujourd'hui, qu'on le veuille ou pas, ils sont les seuls interlocuteurs crédibles capables de débloquer la situation avant que ça ne devient trop tard. Il en va de l'intérêt general du pays.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.