HA HA HA: 17es Journées cinématographiques dionysiennes

Du 22 au 28 février 2017, les 17es Journées cinématographiques dionysiennes proposent HAHAHA, sept jours de résistance pour rire ensemble.

hahaha © Perrine Dorin hahaha © Perrine Dorin
Impossible de circonscrire le HAHAHA qui parcourt notre affiche, créée par Perrine Dorin. La pellicule, coupée net par notre thématique « Censure(s) » l'an dernier, s'épanche cette fois-ci généreusement. C'est un sourire de liberté qui, en même temps qu'il ébauche les contours d'un humour social et politique, semble aussi prendre la forme d'une chaloupe pour nous maintenir à flot. C'est le rire sardonique mais généreux, libérateur et protecteur, rempart immémorial dans un monde sous tension.

Les Journées cinématographiques dionysiennes se font une joie de partager la vigueur du cinéma en usant de sa force comique : résistance par le rire ou rire de résistance, « HAHAHA » traversera l'histoire du cinéma en plus de 70 films (classiques, inédits, avant-premières) avec, pour fil jaune, des oeuvres qui toutes affirment la vis comica, littéralement, "la force comique", le pouvoir de faire rire en questionnant notre société.

Pour notre soirée d'ouverture, les spectateurs auront la chance de découvrir en avant-première MI GRAN NOCHE, satire déjantée du monde de la télé par le cinéaste espagnol Álex de la Iglesia. Une semaine plus tard, mardi 28 février, c'est le couple de cinéastes Dominique Abel & Fiona Gordon qui clôturera notre festival avec PARIS PIEDS NUS, fantaisie burlesque avec Pierre Richard et Emmanuelle Riva.

Également en avant-premières, nous serons illuminés par BONHEUR ACADÉMIE, docu-fiction sur la secte des raëliens vue par Alain Della Negra et Kaori Kinoshita, ainsi que par la ressortie de MESDAMES ET MESSIEURS, BONSOIR (1976), film à sketchs qui dresse un portrait acerbe de la société italienne (à la réalisation : Comencini, Scola, Magni, Monicelli...).

Événements du festival, Éric Judor et Michel Hazanavicius nous parleront de leur travail à l'occasion de deux masterclasses, Bruno Podalydès viendra nous présenter en exclusivité son Dieu seul me voit (version interminable) et les auteurs du jeune cinéma français comique participeront à une table ronde autour de leur travail.

Côté inédits, les JCD montreront la désopilante farce gériatrique de Takeshi Kitano RYUZO AND THE SEVEN HENCHMEN, le R100 de Hitoshi Matsumoto (Big Man Japan, Saya Zamurai), ou l'histoire d'un club SM pour salariés en manque de sensations fortes, ainsi que le mauvais goût délirant du duo comique américain Tim Heidecker & Eric Wareheim avec TIM AND ERIC'S BILLION DOLLAR MOVIE et son casting de stars en roue libre.

Rendez-vous du 22 au 28 février 2017 pour dresser à nos côtés une cartographie mondiale du zygomatique engagé !

Pour plus d'informations, retrouvez-nous sur :

Site internet

Facebook

Twitter

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.