Portfolio

Les soutiens du Chancelier

Un parallèle avec la triste époque de la collaboration car ce sont au final les mêmes mentalités...
  1. Mais ce dessin arrive trop tard : le mouvement des gilets jaunes est épuisé ! Ben non, parce que les français qui soutiennent la répression, eux, sont toujours là :

    Oh mon Dieu, dit le gérant du Fouquet’s : ils vont plomber mon samedi… et filer avec l’argenterie !

    Oh mon Dieu, dit le foulard rouge : ils vont perturber ma petite vie d’esclave et m’empêcher de payer d’honnêtes voleurs que sont l’URSSAF et le RSI !

    Oh mon Dieu, dit le vieux pétochard qui se pisse dessus, ils vont m’empêcher de voir mon « Questions pour un champion »

    Oh mon Dieu, dit le couple de bobos parisiens : ils vont saborder notre « brunch » dans les bars sado-masos branchés échangistes du boulevard Saint-Germain !

    Oh mon Dieu, dit le journaliste agacé de facho TV : encore ces gueux !

    Moi, je vois plutôt tout ces mutilés à vie, ces mains arrachées, ces yeux crevés, la mort horrible de Steve, le drame de Maria, plus généralement nos libertés fondamentales spoliées d’année en année sous d’éternels prétextes de plus en plus crétins :

    le péril terroriste

    le péril économique

    le péril islamiste

    le péril climatique

    et le tout nouveau, tout beau, tout chaud, tout débilo… le péril de l’ennemi de l’intérieur :

    le Black bloc, le grand méchant jihadiste, la femme voilée, le porc de balance ton porc, le prêcheur du dimanche salafiste, le gaucho-anarchiste, le violeur hypnotiseur, la femme à barbe, le fourbe séditieux, la très très terrifiante femme à barbe voilée polygame qui va au prêche salafiste du dimanche en écoutant des slogans gaucho-anarchistes !

    Mais bon, pour revenir à ceux qui soutiennent notre Chancelier, ce sont déjà les mêmes qui dans les années 40 s’accommodaient de bien d’autres choses…

  2. Bon, je ne suis manifestement pas le seul à penser ce que je pense des foulards rouges...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.