Portfolio

La Croisière s'amuse....encore.

La déserte des îles anglo-normandes est assurée depuis plus de 50 ans contre vents et marées par Condor Ferries dont le siège est basé à Guernesey, paradis fiscal. L'entreprise stigmatisée il y a quelques années dans les pages de Médiapart, pour surexploiter des esclaves est toujours là et les "esclaves" en redemandent plus que jamais.
  1. Arrivée de nuit au port de Saint Hélier "la capitale" de l'île de Jersey. En ce mois de novembre un fort vent d'est rend l'accostage difficile, la température est quasiment glaciale.

  2. Suite à une avarie l'un des jets qui propulse le Condor Rapide a été démontée en cale seiche. Le navire à poursuivi ses rotation entre le continent et les îles sur trois moteurs, ce soir là on replace le jet dans le port de Saint-Malo. Une équipe technique a été dépêchée depuis l'Angleterre. La manoeuvre est très délicate car la pièce doit être replacée dans l'eau, à l'aide d'une grue.

  3. Une structure provisoire à été soudée sur la partie arrière du navire, les chain-bloks ont permis de faire glisser le jet petit à petit en position.

  4. La sécurité sur les navires n'est pas prise à la légère, toutes les semaines l'équipage doit s'entrainer, évacuation, collision, premier secours ou comme ici exercice incendie. La répétition des gestes est d'une importance cruciale lors des quelques incidents qui jalonne la vie des ferries, marins et personnels de cabine doivent travailler main dans la main en coordination par parfaite.

  5. Plus que des collègues de travail, c'est l'amitié qui fait office de lien sur le Condor Rapide. La solidarité est de mise, quand il y a quelques années un marin est très grièvement blessé sur le quai, les deux équipages du navire passeront presque tous les jours lui rendre visite. Les années passent les gens partent mais ils restent en contacts. Des couples se forment, des enfants naissent. Condor par bien des côtés est une grande famille.

    Pour presque tous à bord, travailler ailleurs n'est pas envisageable et ce malgré douze heures de présence quotidienne, pendant sept jours, les tempêtes, les passagers ronchons, les retards, la fatigue, voir l'épuisement. Mais le jeu en vaut la chandelle: Salaires largement au dessus du smic, deux semaines de congés par mois, plus trente trois jours de congés payés et une ambiance incroyable.

    Le raz de marée Covid-19 fait aujourd'hui très mal tant aux employés qu'à la nouvelle direction, confinés les équipages Français de la compagnie restent solidaires.

  6. Réaliser en aluminium les navires à grande vitesse, nécessitent une surveillance des structures, ici les soudures sont observer chaque semaine afin de détecter des craquelures ou des perforations.

  7. Salle des machines babord, le Condor Rapide est un catamaran .Un des quatre moteurs de 4000 chevaux chacun. Ils entrainent les jets qui repoussent en eau de mer l'équivalent d'une piscine olympique toutes les trente secondes. La vitesse de croisière est de trente-cinq noeuds ( 65 km/heure) mais la vitesse peux grimper jusqu'à 45 noeuds (83 km/heure). Un aller retour jersey/ Saint Malo consomme 8000 litres de carburant.

  8. Le car-deck, il peut accueillir jusqu'à 160 véhicules. En cabine 750 passagers peuvent profiter d'une boutique de produits détaxés, d'un bar, d'un snack d'un salon première classe et d'un bureau de change.

  9. Entré du port de Jersey

  10. Port de Guernesey, au loin les îles de Serq et Jethou.

  11. Môles des Noires, il marque l'entrée du port de Saint-Malo

  12. Suite à l'avarie, dont je parlais lus tôt, le navire est en cale sèche à Cherbourg. Ici l'un des mécanos jette un oeil dans le jet, la partie ou l'eau de mer est aspirée.

  13. Steve le bosco, (chef d'équipe). Responsable des marins, il est en charge avec le second du chargement des véhicules, il dirige les départs  et les accostages et s'occupe également de diverses taches de maintenance sur le navire.

  14. Pose cigarette.

  15. Une petite marche arrière pour accrocher les Pods de fret (chariots). Les pécheurs de Jersey vendent une partie de leur pèche sur le continent grâce aux liaisons quotidienne du Rapide.

  16. Chaque ferries du type Condor Rapide possède deux semi-rigides à son bord. Leur rôles est de tirer les radeaux de sauvetage en cas de naufrage. Ils servent le plus souvent à des inspections extérieur de la coque ou ici, comme chaque semaine après vérification des équipements on fait une petite balade pour faire tourner le moteur et s'assurer qu'il fonctionne correctement.

  17. Malgré ses 85 mètres le Rapide est un petit ferries, ici au second plant, Le Pont-Aven 185 mètres.

    Rapide: 750 passagers, 160 véhicules 

    Pont-Aven 2400 passagers, 650 véhicules

  18. Chaque jour en mer est un spectacle.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.