Ecritures de la Shoah

A partir de Primo Levi et de quelques autres témoins du pire, une réflexion sur la possibilité de dire l'horreur et d'en garder mémoire.
  • Date Le 20 mai 2019
  • Lieu Canopé, rue J.B. Fabre, Le Puy-en-Velay

«  Alors, pour la première fois, nous nous apercevons que notre langue manque de mots pour exprimer cette insulte : la démolition d’un homme.» Primo Levi
Pourquoi évoquer, encore aujourd’hui, le témoignage littéraire de la Shoah ? Sans doute parce qu’il continue d’interroger nos consciences trop souvent inertes ; et parce qu’il nous interpelle en tant que témoins des multiples atteintes à la dignité humaine encore à l’œuvre en marge et au sein des frontières d’une Europe qui a vu se produire l’irreprésentable.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.