Portfolio

Mépris et répression pour la manif' festive en soutien aux teufeurs de Lieuron

A Toulouse, 2500 personnes ont manifesté hier en soutien aux organisateurs de la teuf de Lieuron. La coalition contre la loi "sécurité globale" était aussi présente. Les manifestants ont dénoncé la répression disproportionnée réservée aux teufeurs bretons et la dérive liberticide du gouvernement. Les canons à eau, les gaz lacrymogènes et les charges de la BAC ont répondu à leurs revendications.
  1. A 14h, la manifestation est partie du quartier Arnaud Bernard pour se diriger sur le boulevard de Strasbourg et François Verdier. Une dizaine de sound system, comme sur cette photo ont rythmé ce cortège festif. 

  2. La manifestation est partie du quartier Arnaud Bernard pour se diriger sur le boulevard de Strasbourg et François Verdier. Une dizaine de sound system, ont rythmé ce cortège festif.

  3. La manifestation est partie du quartier Arnaud Bernard pour se diriger sur le boulevard de Strasbourg et François Verdier. Une dizaine de sound system, comme sur cette photo, ont rythmé ce cortège festif.

  4. "Free party is not a crime". Les manifestants ont dénoncé la "judiciarisation de la jeunesse" et de la mouvance free.

  5. Les manifestants ont dénoncé la "judiciarisation de la jeunesse", de la culture et de la mouvance free.

  6. La manifestation est partie du quartier Arnaud Bernard pour se diriger sur le boulevard de Strasbourg et François Verdier. Une dizaine de sound system, comme sur cette photo, ont rythmé ce cortège festif.

  7. La BAC, la brigade anti-criminalité, bloquait régulièrement les rues adjacentes, pour obliger le cortège à continuer sa route vers François Verdier.

  8. Des manifestants opposés à la "loi sécurité globale" étaient présents. Un cortège de gilets jaunes s'est également mélangé aux teufeurs.

  9. Des manifestants opposés à la "loi sécurité globale" étaient présents. Un cortège de gilets jaunes s'est également mélangé aux teufeurs.

  10. Des manifestants opposés à la "loi sécurité globale" étaient présents. Un cortège de gilets jaunes s'est également mélangé aux teufeurs.

  11. Des manifestants opposés à la "loi sécurité globale" étaient présents. Un cortège de gilets jaunes s'est également mélangé aux teufeurs.

  12. Des manifestants opposés à la "loi sécurité globale" étaient présents. Un cortège de gilets jaunes s'est également mélangé aux teufeurs.

  13. Arrivé à François Verdier, les sound system ont stoppé la musique et une foule compacte a pris place devant le Monuments aux Morts. Sans sommation audibles et claires, les forces de l'ordre ont rapidement gazé la place et utilisé les camions à eau pour disperser la foule. Teufeurs, militants opposés à la "loi sécurité globale", personnes âgées, journalistes... les manifestants ont tenté de fuir dans des rues adjacentes, suivi par la Brav-M (unité mobile à moto), et certaines unités de la BAC. La police a procédé à 18 interpellations.

  14. Arrivé à François Verdier, les sound system ont stoppé la musique et une foule compacte a pris place devant le Monuments aux Morts. Sans sommation audibles et claires, les forces de l'ordre ont rapidement gazé la place et utilisé les camions à eau pour disperser la foule. Teufeurs, militants opposés à la "loi sécurité globale", personnes âgées, journalistes... les manifestants ont tenté de fuir dans des rues adjacentes, suivi par la Brav-M (unité mobile à moto), et certaines unités de la BAC. La police a procédé à 18 interpellations.

  15. Arrivé à François Verdier, les sound system ont stoppé la musique et une foule compacte a pris place devant le Monuments aux Morts. Sans sommation audibles et claires, les forces de l'ordre ont rapidement gazé la place et utilisé les camions à eau pour disperser la foule. Teufeurs, militants opposés à la "loi sécurité globale", personnes âgées, journalistes... les manifestants ont tenté de fuir dans des rues adjacentes, suivi par la Brav-M (unité mobile à moto), et certaines unités de la BAC. La police a procédé à 18 interpellations.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.