J.Hadida
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Événement 22 févr. 2017

Le XXe vs Carrefour

Les milliardaires américains et autres qataris, dont les sociétés basées dans les paradis fiscaux se goinfrent d'immobilier des Villes-Monde comme Paris, avec la bénédiction de nos élus qui garantissent leur droits de propriétaires et les enrichissent, peuvent bien nous laisser quelques miettes...

J.Hadida
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Date

Du 27 février 2017 au 27 février 2017

Lieu

Mairie du XXe arrondissement de Paris


Ce lundi 27 février, réunion en mairie du XXe arrondissement de Paris de la majorité municipale avec le promoteur immobilier CVI-Cargill et Carrefour. Les habitants du XXe sont conviés par le collectif "Non au centre commercial du rectorat" à partir de 10h45, devant la mairie, à affirmer dignement leur opposition au projet financier, immobiler et commercial en place de l'ancien rectorat de Paris.

Malgré leurs centaines de lettres et leurs 3.500 signatures, des manifestations, un forum citoyen tous les samedis, une présence sur les réseaux sociaux, une délégation à l'Hôtel-de-Ville en décembre dernier, etc., les habitants organisés en collectif "Non au centre commercial du rectorat" et les associations locales partenaires ne sont pas conviés à participer, ce lundi 27 février 2017, à cette réunion où seuls les membres de la majorité du conseil municipal du XXe, sont convoqués par la maire, Madame Calandra. En présence du promoteur (une filiale de la multinationale Cargill) et de Carrefour, il s'agit pourtant de "faire évoluer le projet du centre commercial du 92-98 avenue Gambetta, l'ancien rectorat de Paris" selon un voeu arraché par les habitants au Conseil de Paris le 28 septembre 2016.

Ce sont donc les élus écologistes et communistes soutenant le mouvement qui présenteront la mobilisation des habitants commencée en juin 2016, contre un énième magasin Carrefour dans le quartier. Les habitants demandent que la Semaest, organisme paritaire de la Ville chargé de revitaliser le commerce et l'artisanat, préempte les locaux commerciaux prévus à l'ancien rectorat (un centre commercial de 500 m2 autour d'un supermarché de 2000 m2) pour les dédier à un projet alternatif accueillant les propositions des habitants de ces quartiers en déficit d'équipements.

Une coopérative des habitants, à l'exemple de "La Louve" dans le 18e, du "Panier du 12e", ou encore de la "Park Slope Food Coop" de New York est souvent évoquée par des membres du collectif. Le collectif "Non au Centre commercial" pourrait évoluer en coopérative, nous sommes 3.500 signataires de la pétition papier et en ligne, 3.500 coopérateurs potentiels pour commencer... Premier objectif, obtenir les locaux prévus initialement pour le centre commercial du "rectorat". Dans une coopérative, ses membres décident de ses activités et si elle peut être une centrale d'achat en circuit court de produits de qualité garantissant un revenu correct aux producteurs et à prix raisonnables pour le consommateur, rien ne l'empêche de gérer des activités culturelles, de loisirs, de santé, de service... les idées alternatives émises au sein du collectif pourraient alors se concrétiser : université populaire, planing familial, locaux associatifs, maison médicale, Repair café, pépinière d'entreprises, ludothèque, salles de répétition, ateliers d'artistes et d'artisans, salles d'expositions, de concerts, gymnase, salle commune...

Comme nous l'a écrit Madame Calandra, les 14 multimilliardaires de Cargill ont le droit de la propriété privée pour eux et cela ne saurait être remis en question, même si la Ville n'a pas voulu exercer son droit de préemption, même si l'autorisation d'un supermarché qui dépasse les normes préconisées par Madame Hidalgo repose sur une zone "de chalandise" obsolète de 2005. Le promoteur CVI-Cargill devrait "idéalement", selon les termes d'une convention signée le 18 décembre 2015 par Madame Calandra-CVI (Cargill) et Carrefour accueillir une administration publique dans les 18.000 m2 de bureaux prévus au-dessus du Carrefour et ainsi rembourser son investissement en huit ans... il doit bien une fleur aux citoyens du XXe qui n'ont dans ce projet juteux offert par la Ville-Monde que leurs droits d'association et d'expression...

Pour plus d'information, visitez le blog  https://nonaucarrefouraurectorat.wordpress.com/ 

Facebook https://www.facebook.com/groups/Nonaucarrefouraurectorat

Twitter https://twitter.com/Kartonrouge 

Pétition en ligne NON AU SUPERMARCHE CARREFOUR. avaaz

Rejoignez le google-groupe via un mail à rectocarrefour@gmail.com

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — États-Unis
Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon

La sélection du Club

Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou
Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck
Billet de blog
« Les Crimes du futur » de David Cronenberg : faut-il digérer l'avenir ?
Voici mes réflexions sur le dernier film de David Cronenberg dont l'ambition anthropologique prend des allures introspectives. Le cinéaste rejoint ici la démarche de Friedrich Nietzsche qui confesse, dans sa "généalogie de la morale", une part de cécité : "Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés…"
par marianneacqua
Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine