Il y a ceux qui organisent les massacres et la grande masse des naïfs auxquels. ces massacres sont destinés.

À supposer qu'une machination ourdie par la CIA, avec la complicité des principales puissances occidentales, soit à l'origine des événements sanglants qui viennent d'avoir lieu en Ukraine, qu'elles sont les leçons et constatations utiles que les populations, pour le coup, manipulées pourraient en retirer afin que de tels massacres ne se reproduisent plus ?

1) Si cette machination a réellement existé, alors tous les médias qui ont pris faits et cause pour le camp occidental contre le camp pro russe sont directement corresponsables des massacres qui ont eu lieu.

En effet, en adoptant ce parti pris pro occidental en dépit de toutes les connaissances qu'ils ont du monde politique et de ses pratiques tournant autour de la manipulation des masses, les médias les mieux intentionnés, parmi lesquels je n'hésite habituellement pas à ranger Médiapart, ont manqué à leur devoir d'informer leur lectorat ou leurs auditeurs. Non pas seulement en raison d'informations fausses qu'elles se sont contenté de relayer telles quelles pour complaire à l'opinion la plus répandue mais surtout en raison de la participation active que ces médias ont pris dans le succès d'une éventuelle machination. Machination qui n'aurait jamais eu un tel impact sur les foules sans autant de médias complaisants à son service et qui n'aurait de ce fait peut-être même jamais vu le jour.

2) La naïveté collective dont se servent à loisir nos dirigeants politiques est, elle aussi, corresponsable des événements tragiques qui viennent d'avoir lieu. Sans cette naïveté largement entretenue par les médias malintentionnes ou défaillants, les organisateurs de tels massacres ne pourraient avoir recours à de telles machinations sans courrir le risque qu'elles se retournent ipso facto contre eux-mêmes. Un simple soupçon portant sur une éventuelle machination prenant naissance dans l'opinion aurait suffit, dans le cas présent, à la rendre d'emblée inopérante.

 Ce qui demeure incompréhensible, c'est la considération démesurée et sans faille que l'on continue de manifester à l'égard de dirigeants politiques qui eux-mêmes affichent un mépris total des populations. Au point de leur imposer un modèle de société, à travers cette Europe que nous sommes de plus en plus nombreux à rejeter, qui ignore totalement l'intérêt général. Les populations ont beau être confrontées à des conditions de vie de plus en plus précaires et constater chaque jour la part de plus en plus belle que nos dirigeants réservent aux patrons et aux actionnaires, rien n'y fait ! Dès lors que quelqu'un s'avise de mettre en doute l'intégrité morale et de révéler les véritables intentions de ses dirigeants, on le taxe de parano ou d'adepte des théories les plus farfelues. Et là encore, ce sont les médias qui entretiennent le discrédit à l'égard de certaines voix comme celles d'un F. Asselineau ou d'un J. Cheminade.

Passons au vif du sujet et imaginons le scénario suivant relatif aux événements qui viennent d'ensanglanter la capitale ukrainienne :

1) Obama et Merkel tombent d'accord pour endiguer l'euroscepticisme qui s'installe et qui représente une sérieuse menace pour les élections à venir.

2) Aussitôt, les services de renseignement, notamment américains, se saisissent de la question. Les spécialistes en coups tordus se mettent à gamberger ferme et une solution qui s'inspire des révolutions "orange" et autres manifestations plus ou moins sanglantes fomentees un peu partout sur la planète par eux-mêmes est vite trouvée.

2) On a effectivement parlé d'extremistes de droite et de néo nazis 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.