Mission d’information sur les médicaments.

Mission d’information sur les médicaments.

Mission d’information sur les médicaments.

Anny Duperey, comme une autre star du Cinéma International Andréa Ferréol sont toutes les deux victimes du Levothyrox avec aussi comme des milliers d’autres citoyens, elles ont protesté contre les conclusions de la Mission d’information sur le médicament en situation de crise.

En pratique le Ministère de la Santé et ses lobbyistes ont désigné, entre autres, pour cette mission des représentants des usagers ayant des liens d’intérêts (Magali Léo association Renaloo) avec les Multinationales de la pharmacie !

Résultats attendus, les solutions préconisées sont bien connues et ne fonctionnent pas ! l’Agence du Médicament (ANSM) renvoyée en correctionnelle sous son ancien nom est au service des Multinationale de la pharmacie, son rôle consiste à délivrer des autorisations de mise sur le marché en échange d'études administratives invérifiables !

Préconisée par la mission : Une pharmacovigilance, avec les déclarations des Citoyens, des associations ou celles du corps médical, cela n’a jamais fonctionné, l’Agence (ANSM) et son ineffable Directeur Dominique Martin en sont conscients !  

Les déclarations par les patients sont en général sans intérêts et encombrent le système : et pour les cas les plus graves : « Jamais on n'en voit se plaindre du  médecin (médicament) qui l'a tué » (Molière) !

En résumé, cette mission était au service des Multinationales de la pharmacie pour trouver des solutions pour faire taire les Victimes usagers du système de santé, les réponses de la commission sont uniquement destinées à protéger les intérêts des actionnaires malhonnêtes et de leurs complices qui ont réussi à prendre le contrôle des laboratoires pharmaceutiques.

Après les accusations, des solutions : Pour aider les Victimes et aussi éviter la faillite du système de santé deux mesures sont à mettre en place immédiatement :

 

  • Une pharmacovigilance en temps réel grâce aux données de la Sécurité Sociale.
  • Des « Dommages punitifs » importants comme aux États-Unis dans le cadre des « class action » lorsque les laboratoires ont triché pour obtenir des A.M.M.

 

L’affaire de la Depakine va couter à la solidarité nationale des milliards d’euros pour des dizaines de milliers d’enfants handicapés à vie !

Même problème pour les comptes de la Sécurité Sociale avec toutes les victimes de médicaments défectueux Levothyrox, Agreal, Mediator, Xarelto, Lariam, Etc... !

 La France est devenue un véritable terrain d’expérimentation pour l’industrie pharmaceutique mondiale, Madame le Ministre de la Santé Agnès Buzyn doit mettre fin à ces pratiques.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.