GILETS JAUNES !

COMMUNIQUÉ

 L’AAAVAM est restée silencieuse en ce qui concerne les soulèvements de la population en gilets jaunes en France et en outre-mer ces dernières semaines, toutefois, les Victimes des accidents et des maladies liés aux médicaments sont en premiers les plus touchées par la précarité que des handicaps ou des suicides favorisent.

 Grâce à la Sécurité Socialetoutes les Victimes des accidents des médicaments sont prises en charges, mais combien coûtent aux CPAM celles de la Thalidomide®, du Distilbène®, de la Depakine®,avec un véritable cortège de séquelles moyenâgeuses ?

Quel coût pour la collectivité avec les Victimes du Vioxx®, des Quinolones, de l’Androcur®, de l’Agreal®, des Statines, de la Cordarone®, du Mediator®, Etc !

Combien coute à la collectivité les Victimes des Benzodiazépines, « anxiolytiques » qui favorisent la violence contre autrui et soi-même, les accidents du travail et de la circulation, la maladie d’Alzheimer ?

Les Multinationales de la pharmacie, non satisfaites de pouvoir réaliser « gratuitement » sur le territoire français des essais thérapeutiques peu contrôlés, encaissent chaque année des milliards d’eurosde profits aux seuls bénéfices de leurs actionnaires, quelques miettes sont redistribuées à des complices institutionnels !

Les textes de Loi sont à modifier :il faut renvoyer aux assises les responsables de ces catastrophes sérielles de médicaments défectueux, avec aussi les fonctionnaires et politiciens qui organisent de telles horreurs et par là même la faillite de la France.

Tout cet argent détourné doit être utilisé pour indemniser les Victimes et rembourser les sommes avancées par la Sécurité Sociale ; la CSG n’aurait plus lieu d’être, sauf à l’utiliser pour mieux payer les personnels hospitaliers et moderniser nos hôpitaux publics et cliniques privées.

Georges Alexandre Imbert

Président de l’AAAVAM

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.