Accidents de passages à niveau

Alerte à la HAS contre les violences favorisées par les tranquillisants et les somnifères

Un effroyable accident de « passage à niveau » vient de se produire entre Reims et Épernayavec comme conséquence les décès de trois enfants et de la conductrice ; le conducteur du train et de nombreux passagers ont également été blessés.

Les premières informations formulées par le Procureur de la Républiquesont choquantes, en effet, celui-ci nous informe que l’alcoolémie du conducteur du TER et aussi celle de la conductrice sont négatives, mais ne nous dit rien pour ce qui concerne les drogues illicites (cocaïne, Cannabis) et licites (Tranquillisants, somnifères,  et Tramadol, Etc.) !

Pourquoi aucune information, alors que les premiers tests sont disponibles aussi facilement que pour l’anxiolytique « alcool », ce Procureur serait-il complice de la mise sous « camisole chimique »de la population française, déjà dénoncée en janvier 1989 dans Science & Vie ?

L’AAAVAM a obtenu de la HAS une « Alerte » fin 2016, depuis aucune mesure de prévention contre les actes de violence, les passages à l’acte suicidaire, les accidents du travail, de la circulation, ceux de l’aviation civile, favorisés par les anxiolytiques de la classe des Benzodiazépines (tranquillisants, somnifères, hypnotiques).

Depuis 27 ans nous protestons contre cette absence de prévention de la part de l’État, contre ces prescriptions excessives de Benzodiazépines responsables de troubles du comportementet de « Crimes sous tranquillisants ».

Attention, contrairement aux accidents de passages à niveau de Allinges en 2008 (Conducteur sous Valium,) Millas en 2017 (Conductrice sous Stilnox), pour cette conductrice « assistante maternelle » aucune confirmation de consommation de psychotropes à ce jour, faute de prélèvements sur ordre du Procureur, que fait la Justice ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.