JUSTICE POUR LES VICTIMES DES ACCIDENTS DE MÉDICAMENTS

Les Victimes de la catastrophe du MEDIATOR sont convoquées avec l’AAAVAM « Partie civile » au tribunal Correctionnel de Paris Batignolles le lundi 23 septembre 2019.

JUSTICE POUR LES VICTIMES DES ACCIDENTS DE MÉDICAMENTS

Les Victimes de la catastrophe du MEDIATOR sont convoquées avec l’AAAVAM « Partie civile » au tribunal Correctionnel de Paris Batignolles le lundi 23 septembre 2019.

Maître Alain Fraitag, désigné par le Président du Tribunal comme Avocat référent, et son confrère Maître Didier Jaubert seront présents pour représenter nos adhérents Victimes, ils étaient près de 3000 en 2009 !

Il est peu probable que ces Victimes puissent faire le déplacement depuis les régions, malades souvent sans grand moyens financiers elles nous ont demandé de les représenter.

Par ailleurs, des indemnisations ont été octroyées de manière très inégale par les Laboratoires Servier mais en contrepartie, les Victimes se sont engagées à retirer leurs plaintes contre le laboratoire !

Toutefois, et sous réserve de l’appréciation par le Tribunal de la valeur des « protocoles » signés avec les avocats spécialisés des laboratoires Servier par nécessité, les Victimes conservent leurs droits vis-à-vis des autres inculpés si des condamnations sont prononcées.

L’AAAVAM a aussi assigné le laboratoire SANOFI pour les milliers de femmes Victimes de l’AGREAL, ainsi que le laboratoire BAYER contre l’ANDROCUR (toujours sur le marché !).

Deux Actions de Groupe Santé sont entre les mains des Juges de la mise en état à Paris et à Lille.

D’autres Actions de Groupe Santé sont en préparation, des réunions avec les Victimes seront organisées avant la fin de cette année.

Les catastrophes MEDIATOR et aussi DEPAKINE mobilisent la presse et les médias, aussi seule solution pour dénoncer ces catastrophes sérielles de médicaments défectueux les réseaux sociaux pour regrouper les Victimes : du VIOXX celles du Staltor, Tahor, de la Cordarone-Amiodarone, de l’Agreal, du Xarelto, du Lariam, de l’Androcur, du Roaccutane-Curacné des Benzodiazépines, des Quinolones, Etc.

Tous ces produits sont dangereux, souvent ordonnés en mésusage, il faut réévaluer les autorisations de mise sur le marché sans oublier d’indemniser les Victimes !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.