FÉMINICIDES

Grâce à une étude de l’industrie pharmaceutique publiée par le Magazine Science & Vie les autorités de Santé publiques savent que la cartographie de l’alcoolisme en Francea été remplacée par celle des Benzodiazépines. Les Anxiolytiques Alcool ou les Tranquillisants ou Somnifères sont responsables de la plupart des Violence conjugales avec déjà plus de 130 morts en 2019.

FÉMINICIDES

Grâce à une étude de l’industrie pharmaceutique publiée par le Magazine Science & Vie les autorités de Santé publiques savent que la cartographie de l’alcoolisme en Francea été remplacée par celle des Benzodiazépines.

Les Anxiolytiques Alcool ou les Tranquillisants ou Somnifères sont responsables de la plupart des Violence conjugales avec déjà plus de 130 morts  en 2019.

Demander à Madame Belloubet Ministre de la Justice, aux Juges et à nos Policiers et Gendarmes de surveiller tous les maris alcooliques ou les drogués légaux, vivant sous l’empire des Tranquillisants et des Somnifères « Hypnotiques », relève de la bêtise la plus élémentaire !

Seule la Prévention, mais aussi le respect des Autorisations de mise sur le marché (A.M.M.),c’est-à-dire le non renouvellement des prescriptions par des « médecins dealers » de ces dangereux « psychostimulant » pourront faire diminuer les Violences conjugales, mais également la Violence en général et les passages à l’acte suicidaire.

L’AAAVAM a Alerté officiellement fin 2016 la Haute Autorité de Santé (HAS) et l’ANSM, à ce jour comme dans la plupart des grandes catastrophes de Santé Publique et malgré le procès des Laboratoires Servier avec le Mediator, ces deux administrations continuent de favoriser la mise sous « camisole chimique » de la population française, elles sont responsables de milliers de morts chaque année.

D’un point de vue économique, comme aux États-Unis, il serait urgent de former des secouristes pour remplacer les SAMU !

Mobiliser toute une équipe de médecins spécialistes pour un seul citoyen, alors que les services d’urgence des Hôpitaux et Cliniques manquent de médecins reste une aberration arrachée à un gouvernement dans un but politique !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.