Gilets Jaunes

Accidents et maladies liés aux médicaments

Pour le dernier trimestre de l’année 2018, notre Association a participé à de nombreuses réunions et conférences pour défendre les Victimes des accidents et des maladies liées aux médicaments.

Pour la plupart handicapées, en raison des textes de loi permettant aux laboratoires pharmaceutiques d’obtenir indûment des autorisations de mise sur le marché pour des « produits de santé » « défectueux », les adhérents de l’AAAVAM sont restés silencieux lors des revendications des citoyens en colère « les Gilets Jaunes ».

Toutefois, la Santé est prioritaire, et après avoir constaté à plusieurs reprises la méconnaissance de ces problèmes par l’exécutif grâce à des rencontres avec plusieurs Ministres, nous avons adressé au Chef de l’État une demande d’audience.

Contrairement aux « Gilets Jaunes »nous ne demandons pas d’argent, car la Sécurité Socialeprend déjà en charge les hospitalisations liées aux accidents et maladies des médicaments, bien au contraire nous demandons que cette Sécurité Sociale soit remboursé des frais qu’elle a avancés !

Les milliards d’euros distribués aux actionnaires pour avoir handicapés des millions de Citoyens avec des affaires effroyables comme celles de la Thalidomide®, du Distilbène®, de la Depakine®, du Mediator®, de l’Agreal®, du Vioxx®, du Staltor®, de l’Androcur®, du Lariam®, de la Cordarone®, les Quinolones, sans oublier les Benzodiazépines responsables d’actes de Violence contre soi et autrui, Etc.

Les Laboratoires sont responsables et coupables des « mésusages » de médicaments ordonnés par des médecins sous influence, dans ces conditions l’argent volé à l’assurance maladie doit être remboursé par les laboratoires pharmaceutiques, ainsi la « CSG » diminuera au lieu d’augmenter !

Intervenant le 18 décembre 2018 lors d’une conférence à la Société Française de Radiologienous avons fait part de la situation catastrophique dans les services d’urgence de certains hôpitaux publics, expliqué que certaines Cliniques privées pouvaient aussi recevoir les « urgences » aux mêmes tarifs.

Par contre nous avons émis des réserves sur la mobilisation de toute une équipe médicale pour un seul patient soigné sur place par un SAMU, estimant que ce merveilleux service individuel était trop couteux, et que cette équipe mobilisée pour un seul patient faisait défaut pour une dizaine d’autres blessés dans les services d’urgence des Hôpitaux !

Nous avons fait l’objet de moqueries et de quolibets, malheureusement en raison de ces disfonctionnements une femme mourait dans les couloirs d’un hôpital parisien après une attente très habituelle de 10 heures, faute de personnels !

Il faut réformer le SAMU, le remplacer pas des services de secours plus efficaces faute de pouvoir les multiplier à l’infini comme le réclame certains utopistes !

Vous trouverez ci-dessous un lien pour obtenir le numéro spécial de décembre 2018 d’Alternative Santé ou nous sommes interviewés page 16 et 17, ainsi qu’une offre d’abonnement à tarif préférentiel si vous voulez vous abonner à cette revue indépendante de l’AAAVAM.

https://www.ginkgomedia.fr/alternative-sante-aaavam

 Bonnes fêtes de fin d’années et Joyeux Noël

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.