CORONAVIRUS

Molière : « Presque tous les hommes meurent de leurs remèdes et non pas de leurs maladies. » !

CORONAVIRUS

 L’AAAVAM réuni depuis 1992 les Victimes des accidents et des maladies liés aux médicaments, aussi nous insistons auprès de nos adhérents pour qu’ils respectent les directives du Ministère de la Santé et de son Directeur Général le Professeur Jérôme Salomon, à savoir : tout faire pour éviter la contagion du virus grâce à un «confinement » particulièrement strict.

Actuellement pas de vaccin et aucun traitement digne de confiance, en première ligne certains médecins sont paniqués et proposent des antipaludéens (Nivaquine®, Lariam®, Etc.).

Les témoignages reçus par notre association depuis des années concernant cette classe de médicaments aux effets indésirables effroyables bien connus des pharmacologues, nous permettent de craindre que ces traitements soient plus dangereux que le « Coronavirus ».

Molière : « Presque tous les hommes meurent de leurs remèdes et non pas de leurs maladies. » !

Seuls les dysfonctionnements de la pharmacovigilanceet, les manipulations scélérates des laboratoires pharmaceutiques font croire à une balance « bénéfices/risques » favorable pour ces traitements contre le paludisme. 

(Dysfonctionnements de la pharmacovigilance :Procès Mediator® Les Laboratoires Servier/AFSSAPS).

Comme pour toutes les pandémies, comme cela semble avoir été le cas en Chine, celle-ci va s’arrêter en laissant derrière elle les plus faibles qui auront succombé, mais aussi des imprudents qui auront bravé le confinement. 

Également derrière cette Pandémie, il restera des patients blessés qui par peur auront pris des traitements dangereux et non validés par les autorités de Santé !

Notre Association demande une pharmacovigilance en temps réel pour les traitements ordonnés notamment sans l’autorisation des autorités de santé.

Nous vous rappelons qu’une Action de Groupe Santé est à l’étude des avocats conseils de l’AAAVAM à la demande des Victimes du Lariam® et de la Nivaquine®.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.