Terrorismes et djihadistes

CRIMES SOUS TRANQUILLISANTS,

CRIMES SOUS TRANQUILLISANTS, malgré la dissimulation des analyses toxicologiques il faut bien se rendre à l’évidence les actes criminels commis par des déséquilibrés sont bien favorisés par des drogues légales.

Une cellule spécialisée existe au Ministère de la Santé pour surveiller la distribution des psychotropes, mais une autre cellule plus discrète existe aussi au sein du Ministère de l’Intérieur pour surveiller la distribution des Benzodiazépines entre autres, le non respect des autorisations de mises sur le marché n’inquiète pas nos élus et responsables de la Santé Publique !

L’AAAVAM demande la publication des expertises toxicologiques réalisées sur les « malades mentaux » impliqués dans des affaires criminelles ( Sept Sort, Marseille …), mais aussi « post mortem » pour les autres affaires liées aux « djihadistes ».

Crimes sous tranquillisants (Benzodiazépines », suicides favorisés par ces drogues légales ordonnées par des médecins et pharmaciens « dealers », accidents du travail et de la circulation, maladie d’Alzheimer, font l’objet d’une Alerte déposée par notre Association auprès de la HAS (acceptée en octobre 2016) dont nous sommes toujours sans nouvelle !

Monsieur Gérard Collomb Ministre de l’Intérieur n’obtiendra rien des « médecins psychiatres » tenus au secret médical, la vérité se trouve au sein de son Ministère, auprès de ses services de surveillance des psychotropes et stupéfiants.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.