Voter blanc, c’est quoi ?

Vote Blanc, Vote Nul & Abstention. Pour bien comprendre le potentiel du Vote Blanc, il faut d’abord savoir faire le distingo avec ses voisins : le Vote Nul et l’Abstention.

Le vote Blanc

Le Vote Blanc consiste pour un électeur à déposer dans l’urne :

  • Soit un bulletin blanc dépourvu de tout nom de candidat
  • soit une enveloppe vide.

Voter blanc indique une volonté de participer au débat démocratique mais marque un refus des choix proposés.

 

Le vote nul

Le Vote Nul est souvent le résultat d’une erreur de manipulation.

  • Bulletins de vote déchirés, raturés, annotés ou griffonnés.
  • Autre contenu qu’un bulletin officiel.
  • Enveloppe contenant plusieurs bulletins.

Mais, il arrive également que l’électeur ait volontairement déposé un bulletin nul pour manifester son opposition aux différents choix présentés. Il rejoint ainsi, dans l’intention, ce qu’exprime un vote blanc.

L’abstention.

L’abstention consiste à ne pas participer au scrutin, c’est-à-dire à ne pas voter. Elle exprime principalement un désintérêt total pour la vie politique. L’abstention est devenue ces dernières années un acte politique, pour certains, consistant à ne pas se prononcer afin de montrer son désaccord : l’abstentionnisme militant.

Hélas on ne dispose d’aucun outil permettant de distinguer cet abstentionnisme militant du simple désintérêt (ou du beau temps et autres obligations qui éloignent les électeurs des bureaux de vote, de gré ou de force.)

Autre inconvénient majeur de l’abstention, c’est qu’elle est toujours interprétée par le pouvoir politique comme une simple non-participation et n’a aucun effet sur les résultats : “L’abstention, on la déplore, et puis on l’oublie”

Des votes blancs massifs n’auraient pas plus d’influence sur les résultats, mais transmettraient un message unifié et clair : les citoyens refusent en bloc une offre politique qui ne leur conviendrait plus.

Bref, l’abstention n’est pas un moyen d’expression pertinent.

Vote Blanc et Suffrages Exprimés

Comptabiliser le Vote blanc est une chose, l’intégrer dans les suffrages exprimés en est une autre.

Pour les Citoyens du Vote Blanc, il est en effet impératif d’inclure les votes blancs parmi les suffrages exprimés pour les confronter aux scores des candidats en lice.

Exemple : 

Imaginons les candidats A et B et 10 électeurs.
3 électeurs votent pour le candidat A et 4 pour le candidat B,
2 votent blanc
et 1 abstentionniste qui ne vient tout simplement pas voter.

Voici les résultats que l’on obtient suivant que le vote blanc est considéré (ou non) comme un suffrage exprimé :

Votes Blancs NON comptabilisés comme Suffrages Exprimés
Candidat A : 3 votes sur 7 = 42,9%
Candidat B : 4 votes sur 7 = 57,1 %

 

Vote Blanc comptabilisés comme Suffrages Exprimés
Candidat A : 3 votes sur 9 = 33,3%
Candidat B : 4 votes sur 9 = 44,4 %
Vote Blanc : 2 votes sur 9 = 22,2 %

 

Certes, dans les 2 cas, la candidat B est le vainqueur de l’élection. Mais sa légitimité est bien plus faible lorsqu’on inclut les votes blancs comme suffrage exprimé. Le vote blanc joue un rôle d’avertisseur, d’indicateur de satisfaction sur la qualité de l’offre politique.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.