Tunisie : l’appel au meurtre du député islamiste Sadok Chourou en plein débat de la constituante

M Chourou face à la recrudescence des sit in qui empêchent le Gouvernement d’obédience islamiste de gouverner en rond  n’a pas appelé qu’à la violence mais carrément au meurtre des sit inners en référence à une sourate du Coran.

M Chourou face à la recrudescence des sit in qui empêchent le Gouvernement d’obédience islamiste de gouverner en rond  n’a pas appelé qu’à la violence mais carrément au meurtre des sit inners en référence à une sourate du Coran.

 

Tant qu’à faire pourquoi ne pas inscrire en toute transparence comme en Lybie la Charia dans la constitution

 

L’attitude du parti Ennahdha et de leurs affidés salafistes qui ne sont que leurs bras armés tient du dérapage contrôlé.

 

Il y a d’un côté une attitude cohérente et concertée  compte tenu de  leur soubassement doctrinaire  et leur vécu et de l’autre des fautes mises sur le compte individuel que l’équilibriste  Samir Dilou ministre et grand spécialiste devant l’éternel de la langue de bois et du « botter en touche » essaye de leur coller le qualificatif de « mal compris, mal interprété ou sorti de leur contexte ».

 

Pour ce qui est de l’application de la loi contre les sit inners, les affirmations du chef du Gouvernement  Jbali et et du Ministre de l’intérieur Ali Larayedh depuis plus de 10 jours non suivies d’effet ne convainquent personne pour la bonne raison que pour être entendues,  ils faut que l’application en soit faite d’abord contre les sit inners minoritaires à motivation doctrinaire de la Manouba, Sousse ou Sedjnane, et qui bloquent les universités (qui sont des centres de production comme d’autres) etc. qui donnent un mauvais signal de laisser faire aux sit –inners économiques majoritaires qui transgressent peut être la loi mais qui ont au moins une justification d’être en grande détresse et précarité même si cela ne justifie pas les dépassements.

 

Le faux argument utilisé de concert par M Jbali, Larayedh et le Ministre porte parole du Gouvernement Samir Dilou de ne pas sévir car l’usage de la force est associé à la dictature est cousu de fil blanc comme les accusations éculées d’un complot de l‘extrême gauche chaque fois que le Gouvernement Ennahdha est en difficulté.

 

Le préalable sécuritaire à la reprise économique ne pourra jamais être assuré tant que le Gouvernement Jbali continuera à utiliser un double langage et deux poids deux mesures ce dernier devant traiter en premier lieu les violences contre les libertés publiques et privées commises par une poignée d’excités (que des affirmations complaisantes et permissives qualifient de nos enfants ne descendant pas de la planète Mars !) qu’une simple action commando peut circonscrire et maitriser par rapport aux autres violences induites par des sit-inners économiques majoritaires (qui eux non plus ne descendent pas de la planète Mars que je sache) que tout le peuple condamne 

 

Lejri Abderrazak

Tunis le 25/01/2012

 

http://blogs.mediapart.fr/blog/abderrazak-lejri

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.