Abderrazak LEJRI
Abonné·e de Mediapart

43 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 janv. 2012

Abderrazak LEJRI
Abonné·e de Mediapart

Tunisie : l’appel au meurtre du député islamiste Sadok Chourou en plein débat de la constituante

M Chourou face à la recrudescence des sit in qui empêchent le Gouvernement d’obédience islamiste de gouverner en rond  n’a pas appelé qu’à la violence mais carrément au meurtre des sit inners en référence à une sourate du Coran.

Abderrazak LEJRI
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

M Chourou face à la recrudescence des sit in qui empêchent le Gouvernement d’obédience islamiste de gouverner en rond  n’a pas appelé qu’à la violence mais carrément au meurtre des sit inners en référence à une sourate du Coran.

Tant qu’à faire pourquoi ne pas inscrire en toute transparence comme en Lybie la Charia dans la constitution

L’attitude du parti Ennahdha et de leurs affidés salafistes qui ne sont que leurs bras armés tient du dérapage contrôlé.

Il y a d’un côté une attitude cohérente et concertée  compte tenu de  leur soubassement doctrinaire  et leur vécu et de l’autre des fautes mises sur le compte individuel que l’équilibriste  Samir Dilou ministre et grand spécialiste devant l’éternel de la langue de bois et du « botter en touche » essaye de leur coller le qualificatif de « mal compris, mal interprété ou sorti de leur contexte ».

Pour ce qui est de l’application de la loi contre les sit inners, les affirmations du chef du Gouvernement  Jbali et et du Ministre de l’intérieur Ali Larayedh depuis plus de 10 jours non suivies d’effet ne convainquent personne pour la bonne raison que pour être entendues,  ils faut que l’application en soit faite d’abord contre les sit inners minoritaires à motivation doctrinaire de la Manouba, Sousse ou Sedjnane, et qui bloquent les universités (qui sont des centres de production comme d’autres) etc. qui donnent un mauvais signal de laisser faire aux sit –inners économiques majoritaires qui transgressent peut être la loi mais qui ont au moins une justification d’être en grande détresse et précarité même si cela ne justifie pas les dépassements.

Le faux argument utilisé de concert par M Jbali, Larayedh et le Ministre porte parole du Gouvernement Samir Dilou de ne pas sévir car l’usage de la force est associé à la dictature est cousu de fil blanc comme les accusations éculées d’un complot de l‘extrême gauche chaque fois que le Gouvernement Ennahdha est en difficulté.

Le préalable sécuritaire à la reprise économique ne pourra jamais être assuré tant que le Gouvernement Jbali continuera à utiliser un double langage et deux poids deux mesures ce dernier devant traiter en premier lieu les violences contre les libertés publiques et privées commises par une poignée d’excités (que des affirmations complaisantes et permissives qualifient de nos enfants ne descendant pas de la planète Mars !) qu’une simple action commando peut circonscrire et maitriser par rapport aux autres violences induites par des sit-inners économiques majoritaires (qui eux non plus ne descendent pas de la planète Mars que je sache) que tout le peuple condamne 

Lejri Abderrazak

Tunis le 25/01/2012

http://blogs.mediapart.fr/blog/abderrazak-lejri

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal
Morts aux urgences, pédiatrie sous l’eau, grève des libéraux : la santé au stade critique
Covid, grippe, bronchiolite : l’hôpital public vacillant affronte trois épidémies. En pédiatrie, dix mille soignants interpellent le président de la République. Côté adultes, les urgentistes ont décidé de compter leurs morts sur les brancards. Et au même moment, les médecins libéraux lancent une grève et promettent 80 % de cabinets fermés.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm