Abderrazak LEJRI
Abonné·e de Mediapart

43 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 janv. 2012

Tunisie- les handicaps qui freinent la promotion de l’export vers l’Afrique

Abderrazak LEJRI
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Tunisie- les handicaps qui freinent la promotion de l’export vers l’Afrique

Tunis le 27 Janvier 2012

L’absence d’une véritable volonté politique.

La faiblesse de nos exportations vers l’Afrique subsaharienne trouve une partie de ses raisons profondes outre dans l’attitude timorée (à des exceptions près) de ses opérateurs économiques pour diverses raisons dont l’ignorance des potentialités, certains préjugés, etc., dans les liens historiques qui orientent le flux traditionnel du sud au nord de l’Europe (avec laquelle nous réalisons 80 % de nos transactions) par soumission aux puissances tutélaires de l’occident et bientôt du Moyen-Orient.

D’autres entraves tiennent à la conjonction de handicaps et de facteurs défavorables soulignant l’absence -en dépit des discours officiels- d’une véritable volonté politique se traduisant au niveau de la diplomatie, du transport et du secteur bancaire et d’une cacophonie du triptyque : Etat, chambres syndicales et agences d’appui à l’exportation.

A contrario, le premier ministre turc Erdogan ou le roi Mohamed VI agissent en véritables VRP quand on sait que ce dernier a fait appel à environ 150 compétences de la diaspora installées à l’étranger en les dotant d’immenses prérogatives d’action et de moyens y compris des cartes de crédit personnelles plafonnées à 100 000 $.

En Tunisie, les diplomates en poste, les fonctionnaires de la Direction générale Afrique au Ministère des Affaires Etrangères et les responsables du  CEPEX (Centre de Promotion des Exportations)  et le FAMEX (Fonds de Promotion des Exportations) qui se démènent comme ils peuvent pour encourager les missions de prospection, sont à considérer comme de véritables militants eu égard à l’indigence de leurs moyens.

Sans nous hasarder à comparer la Tunisie avec la puissance mondiale qu’est la Chine ni avec la Turquie puissance émergente, nous allons nous en tenir à comparer les indicateurs caractérisant l’exportation avec ceux du Maroc, qui certes est trois fois plus peuplé que la Tunisie et dont la vocation africaine est davantage affirmée à travers son influence séculaire au sud du Sahara.

La faiblesse de la représentation diplomatique en Afrique subsaharienne

La majorité de nos diplomates, à des exceptions près -qui dès la première mission deviennent passionnés de cette région- ne sont pas enclins à regarder vers l’Afrique subsaharienne, par négligence, mépris ou ignorance notamment de ses immenses potentialités économiques.

La comparaison du nombre de représentations diplomatiques n’est pas significative en elle-même car en effet c’est le nombre de diplomates en exercice qui l’est davantage car bien souvent, l’effectif de nos ambassades est réduit au chef de mission et à un conseiller, quand certaines ambassades en occident regorgent d’effectifs pléthoriques (l’ambassade à Yaoundé couvre à part le Cameroun quatre autres pays : Le Tchad, le Gabon, la Guinée Equatoriale et San Tomé et Principe).

Le handicap majeur réside dans l’absence d’une volonté politique pour réorienter l’effort international vers un marché très porteur où nos entreprises ont toutes les chances d’agir en direct non en tant que sous-traitants d’opérateurs européens : notre diplomatie est en effet habituée aux circuits balisés imposés par la proximité géographique avec l’Europe et bientôt vers des pays moyens orientaux qui n’ont pas le même schéma de consumérisme, de développement ou de collaboration.

De profondes réformes sont à entreprendre en matière d’organisation, de suivi et d’efficience des commissions mixtes, de la négociation, signature et ratification des conventions de non double imposition, et des procédures de visa et facilités d’entrée non seulement pour faciliter le déplacement des compétences tunisiennes mais aussi des visiteurs africains des pays où il n’ y a pas de représentation diplomatique de notre pays.

Si le CEPEX a fait une relative mise à niveau qualitative de son portail d’information on line on ne peut en dire autant du site du MAE qui comme toute administration- en attendant la mise en œuvre d’un hypothétique système e-Gov- présente un déficit informationnel (un parcours du site WEB montre des insuffisances sur les représentations de notre pays et au niveau des accords bilatéraux où beaucoup de liens ne sont pas fonctionnels : commissions mixtes , échanges, etc..)

La faiblesse du pavillon national

Le différentiel qui explique l’écart du volume des affaires en Afrique subsaharienne avec celui réalisé par le Maroc tient aussi à la couverture du réseau de connexions aériennes où la RAM (Royal Air Maroc) relie au hub de Casablanca 24 destinations selon cent fréquences hebdomadaires (certains pays connaissent 5 fréquences hebdomadaires), alors que Tunis Air ne relie que Nouakchott, Bamako , Dakar et Abidjan selon des fréquences bi hebdomadaires.

Cet état de fait  pénalise le déplacement des opérateurs économiques tunisiens expliquant que pour des contingences d’agenda, compte tenu de fréquences plus favorables sur la RAM par rapport à Tunis Air, on soit acculé à voyager de Tunis vers Dakar via Casablanca sous le pavillon marocain en dépit de l’existence d’un vol direct sur le pavillon tunisien.

Ce handicap est dû au manque de vision et d’ambition de notre pavillon national, cartellisé avec Air France, qui habitué à une situation de rente que représentent les lignes avec l ‘Europe et la France en particulier, diffère depuis dix ans l’ouverture d’une ligne vers l’Afrique centrale (Douala) et  l’ouverture d’une ligne vers le hub de Nairobi porte ouverte vers l’Afrique de l’est  et du sud.

Pour ce qui est du transport maritime, l’absence de lignes maritimes et la faiblesse des flux de marchandises font qu’un conteneur partant de Tunis vers l’Afrique centrale transite par l’Europe du nord et met plus de deux mois pour atteindre l’Afrique centrale quand on sait que depuis des millénaires, à côté de leurs conquêtes terrestres, les Carthaginois ont sillonné les mers au-delà de la Méditerranée (en  l’an 450 avant J.-C. le Mont Cameroun, deuxième sommet d’Afrique appelé aussi char des dieux fut découvert par Hannon).

L’incurie de notre système bancaire

Notre système bancaire souffre de plusieurs maux, attend une mise à niveau longtemps différée et représente déjà un frein au développement sur le plan national apportant peu de support au tissu des entreprises locales et n’a aucune stratégie de croissance externe à l’international sans parler des dommages causés par la corruption qui ont plombé et dénaturé son évolution pour le rendre asservi à un clan mafieux  davantage intéressé par l’activité spéculative.

L’autre facteur favorable aux opérateurs marocains par rapport à leurs homologues tunisiens est la présence sur site d’institutions bancaires notamment Attijari bank et la BMCE (Banque Marocaine du Commerce Extérieur) leur permettant une continuité de leurs flux d’opérations en matière de cautions, et de financement de leurs projets.

Le plus singulier en la matière est qu’une délégation d’hommes d’affaires tunisiens vers le Burkina Faso et le Mali a été accompagnée par une compétence d’Attijari Bank de Tunis pour leur proposer les services des filiales marocaines dans ces pays.

De jour en jour, Ettijari Bank (avec dix agences africaines) et la BMCE  avec trois filiales directes et dix à travers la prise de participation dans la BOA (Bank of Africa) procèdent à une pénétration majoritaire pour agrandir leurs réseaux quand nous Tunisiens, n’avons pas trouvé mieux qu’une participation symbolique  à la BCH ( Banque Congolaise de l’Habitat)  où un certain Imed Trabelsi est toujours actionnaire avec la complicité de la Banque de l’Habitat en Tunisie (voir site  http://www.bch.cg/principaux_actionnaire.htm).

Quant au système des assurances, que dire d’autre sinon qu’il n’y a qu’une compagnie qui assure à l’export pour ce qui est de la responsabilité civile professionnelle exigible sur plusieurs marchés

La cacophonie des structures en charge de l’export

Le CEPEX est sous tutelle du Ministère du Commerce qui interfère dans la majorité des décisions et n’arrive pas à s’émanciper de son approche administrative et qui, habitué à la coopération avec le Nord dans le cadre de marchés de sous-traitance, n’a pas encore changé d’approche pour appréhender le marché spécifique africain dont le  modèle économique est différent et son efficacité est loin de celle du FAMEX qui grâce à son autonomie est géré comme une entreprise privée.

En Afrique subsaharienne, son réseau de représentation est non seulement inexistant mais aussi non étoffé en compétences puisqu’il ne dispose que d’une agence à Abidjan ignorant dans la foulée toute l’Afrique anglophone.

La faiblesse des chambres syndicales et le télescopage avec les différentes chambres de commerce ne permettent pas d’envisager une stratégie d’export cohérente et efficiente.

Les facteurs aggravants de promotion de l’exportation en Afrique subsaharienne

Le repli de la Tunisie en matière d’octroi de bourses aux étudiants africains (qui de retour au pays deviennent des fervents ambassadeurs de la Tunisie) est à comparer à la politique inverse du Maroc dont 70 % des 8 000 étudiants étrangers sont africains et dont 85 % sont bénéficiaires de bourses du Royaume Chérifien.

L’autre handicap est l’absence de lignes de crédit pour le financement conditionné des projets à l’instar de ce qui est pratiqué par les pays développés, sans parler des IDE tunisiens (Investissements directs) quasiment absents ajoutant un facteur différentiel négatif pour nos exportateurs.

On peut y ajouter comme facteur pénalisant le faible recours des exportateurs tunisiens aux accords commerciaux et tarifaires qu’ils soient bilatéraux ou régionaux : CEMAC,  COMESA, UEMOA.

La Tunisie ne tire pas assez profit  de sa position stratégique de relais de compétence en Afrique subsaharienne avec l’Europe d’une part (fournisseur  de capitaux et de technologie) et les riches pays arabes (dotés de grandes capacités financières) d’autre part, pour asseoir une véritable coopération triangulaire.

Notre pays ne valorise  pas assez son image de marque positive, le  coût compétitif de ses produits et services et son expertise en ingénierie reconnue dans une région à fort potentiel, qui tout en abritant 13 % de la population mondiale bénéfice de moins de 2 % de l’investissement international et du commerce mondial.

On peut y ajouter le dumping des pays occidentaux qui à travers les agences de coopération et de développement  telle que la très agressive ACDI (L'Agence Canadienne de Développement International) et de l’AFD (Agence Française de Développement), voire directement de leurs ambassades octroient crédits et dons conditionnés par le choix de leurs entreprises.

Ainsi, les quelques opérateurs tunisiens en Afrique luttent à armes inégales, agissent en électrons libres en dehors de toute stratégie cohérente et ont besoin de plus de soutiens institutionnels efficients.

Abderrazak LEJRI –Responsable d’une entreprise d’ingénierie totalement exportatrice

http://blogs.mediapart.fr/blog/abderrazak-lejri

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Quarante-quatre morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figureraient quinze enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. Une trêve entre les deux parties serait entrée en vigueur dimanche soir.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal — Amériques
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous