11 janvier : Manifester... ou pas ?

Dure journée. Choix Cornélien pour le mouvement de demain. La "manifestation", le "rassemblement", l'"union nationale"... Je sais plus comment l'appeler.

Et puis que dit-on, que lit-on... à propos de ceux qui appellent à y'aller, ceux qui appellent à rester chez soi...

1001 et une bonnes raisons. Il est question de récupération. De présence de gens pas fréquentables. D'honnorer le mieux possible la mémoire de nos copains de Charlie. En faire un symbole ou pas... J'ai lu Onfray, Luz, Val... Et des commentaires, ça et là...

Comment y'aller sans se sentir récupéré... A l'instant je découvre, ô stupeur, l'article de Mediapart sur ce que j'appellerai le stratagème voire le coup fourré à la Le Pen. Elle invite à ne pas aller au rassemblement parisien mais à se réunir en Province... Quoi ? Mais je n'avais pas l'intention d'aller à Paris. Je suis en Province. Et je veux y'aller moi... Merde ! Que va-t-elle essayer de faire croire, encore ? Que nous sommes des millions dans les régions à avoir répondu à son "appel" ? Mais Merde à la fin. C'est comme ses petits soldats qu'elle envoie polluer les fils de discussion.

Déjà que je me  suis fait chier une bonne partie de la journée à gamberger pour trouver un slogan anti-récup, histoire de bien montrer que les bannières, la marseillaise tout ça, c'est pas le trip hommage aux gens de Charlie victimes de cette ignominie... Et voilà que je me tape cette autre infamie... Marine le Pen... Tiens, maintenant j'ai la chanson éponyme de Katerine dans la tête... "MLP, non non, MLP, non non, Tu le crois pas ? tu le crois pas, ça !"

Et j'ai fait un petit dessin aussi... Oui, il en manque dessus, des cons et des "médiocres", comme dirait feu Cavanna...

Hommage à Charlie et toutes les victimes © Kass Hommage à Charlie et toutes les victimes © Kass

 

Bref, elle fait chier, quoi...

Bref demain j'irai... Avec ça :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

...par personne !

Et puis c'est tout !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.