Quelques "doléances" pour le XXIè siècle (liste non exhaustive)

Voici ma petite liste que je compte inscrire en mairie ou sur le site dédié au grand débat :) J'ai encore un peu d'ordre à mettre et des items à développer.

Fiscalité

Oui à la fiscalité écologique et notamment la taxe carbone ; mais pour qu'elle ne soit pas injuste - c'est à dire qu'elle ne pèse pas en proportion plus fort sur les plus modestes -, il faut faire participer davantage ceux qui en ont les moyens. La première action devrait concerner le transport de marchandises et de passagers par les airs et par les eaux. Il serait aussi judicieux de taxer davantage les grosses cylindrées et le fret routier (qu'il faudra un jour remplacer par le ferroutage).

Il faut remettre en route l'écotaxe (en Alsace, les portiques en place ne servent à rien). Nos voisins allemands ayant mis en place une taxation forte sur le fret par la route, le trafic s'est déporté chez nous. Et ce n'est pas le grand contournement Ouest de Strasbourg qui va y remédier.

Dans le même ordre d'idée, pourquoi pas une TVA à 40% sur les produits de luxe que les plus modestes ne peuvent de toutes manières pas acquérir.

Créer un plafond de défiscalisation (oui, en quelque sorte l'inverse du bouclier fiscal ; trop de niches injustement accessibles par des foyers n'en ayant pas besoin).

Remettre en place la TIPP flottante qui s'adapte réellement au coût du baril

Chasse absolue à l’évasion fiscale, un fléau pour les finances publiques comme pour le consentement à l’impôt.

Pour une participation  même très faible de tous les ménages à l’impôt sur le revenu. Cela rentre dans le cadre de l’éducation citoyenne.

Citoyenneté

Rendre le vote obligatoire, et considérer le vote blanc. En cas de majorité de ce dernier, mettre en place un gouvernement transitoire dont les membres peuvent être issus par exemple des 2 chambres, du conseil Constitutionnel, du CESE...

Représentativité : une 3ème chambre de représentants sous la forme d'une assemblée citoyenne (tirage au sort avec quotas comme pour un échantillon de sondage) et/ou rétablissement de la proportionnelle à l'assemblée (Qui actuellement n'est vraiment pas représentative, 2/3 des français n'ont pas voté pour le programme conduit par l'éxécutif en place mais pour éviter l'épouvantail nationaliste)

Plus d'audace et de moyens pour la transition énergétique : promouvoir le covoiturage, miser sur les transports en commun (et aménager des sites propres pour les transports en commun), mettre plus de moyens dans le plan vélo.

Le véhicule électrique c'est bien, mais il est inenvisageable de remplacer tout le parc thermique actuel. Il faut en finir avec le modèle de la voiture individuelle. Et injecter des moyens dans la recherche sur l'hydrogène (les coréens sont déjà bien avancés sur ce sujet). 

Moins de dépenses inutiles dans des grands projets contestables (le contournement de Strasbourg est un exemple d'opacité, d'inutilité. Il laisse des soupçons accrus sur certains de ses promoteurs zélés, est nuisible à l'environnement et ne donne aucun exemple en matière de pratique vertueuse).

Miser sur la recherche dans l'hydrolien plutôt que de s’entêter à faire des EPR coûteux (et visiblement difficiles à achever)

Train de vie de l'Etat

Mutualisation entre les ministères des parcs de véhicules et des autres moyens, notamment immobiliers. Les Norvégiens ne travaillent pas plus mal dans leur immeuble de ministères en béton. Les coûts d'entretien et de fonctionnement pourraient être réduits. Et les logements de fonction devraient être distribués de manière plus rationnelle.

Il faudrait favoriser au maximum la visioconférence dès que possible. Moins de trajets , c'est un gain économique, chronologique et écologique.

 Besoin de plus de transparence dans les processus de décision.

Mettre fin aux petits arrangements et contournements des dispositions légales (exemples autour de la limite du nombre des membres de cabinet ministériels habilement contournée...)

A noter que la France n'est pas très bien classée dès lors qu'on parle de corruption.

Social, démographie

Arrêt des politiques incitatives aux naissances. La crise démographique, environnementale et sociale impose que l'on revoie les politiques familiales car il ne s'agit plus de repeupler la France comme pendant les 30 glorieuses. Suppression des allocations au delà du 2ème ou 3ème enfant (le planning famillial, ça existe !). Les parents souhaitant fonder de grandes familles peuvent assumer ce choix.

Equité fiscale : rétablir le consentement à l'impôt en taxant là où il y à de la matière : transactions financières, rente du capital, évasion fiscale. Il est anormal voire injuste que la rente soit moins taxée que le travail.

Meilleure redistribution des aides (rejoint la question des niches fiscales auxquelles certains ne devraient pas pouvoir prétendre, Nicolas Hulot en a donné un exemple très parlant lors de sa démission)

Plafonnement des ASSEDIC pour les très hauts-revenus (tout le monde se souvient de ces traders de la City revenus toucher des indemnité chômage mirobolantes en France).

Construction européenne

Aller progressivement vers un lissage des niveaux de vie, des salaires, pour en finir avec les aberrations du dumping. Il faut continuer la construction européenne en direction d'une Europe vraiment sociale, démocratique et préservant les intérêts écologiques avant les intérêts économiques qui sont parfois antagonistes.

Décentralisation

Favoriser les politiques et initiatives locales. Décentraliser plus (plus d'autonomie aux régions + Droit à l'expérimentation locale)

Réduction du nombre de communes : moins d'élus, et moins de toutes petites communes.

Réfléchir à l'avenir des départements dont les compétences pourraient avantageusement être réattribuées (avec les moyens humains et financiers correspondants) aux régions et aux EPCI.

Education

Promouvoir l'éducation populaire et citoyenne à l'école et en dehors

Injecter une dose de pédagogie alternative dans les programmes et pratiques de l'éducation nationale. Nos enfants ne sont pas assez éveillés à l'esprit critique.

Divers

Application stricte du principe de précaution, amenuisement des pouvoirs des lobbies, lutte contre la corruption,financement d'étuides indépendantes.

Relèvement des traitements dans la recherche et dans l'éducation, dégel du point d'indice (perte de pouvoir d'achat notoire pour les fonctionnaires vis à vis de l'inflation). Fin des statuts hors-cadre/hors classes pour les haut-fonctionnaires.

Révision du mode de financement des campagnes électorales (le constat étant que les contribuables financent les dons des plus fortunés ; et que mécaniquement c'est le candidat le plus financé qui remporte l'élection : ce n'est pas démocratique mais ploutocratique !)

Meilleur contrôle et transparence des recrutements dans la fonction publique : le népotisme, le copinage n'ont pas leur place là où la probité doit être de mise, dans les territoires comme au niveau de l'Etat.

Sanctions par l'éviction sans délai de tout membre élu ou fonctionnaire pris en flagrant délit de mensonge, malversation, etc.

Dépénalisation voire légalisation des drogues (avoir un cadre pour mieux prévenir, et obtenir des recettes grâce au marché de la plus populaires de toutes, le cannabis : une manne pour l'Etat et les finances publiques).

Baisse du budget de la défense au profit de celui de la justice et de l'éducation

Meilleure utilisation des prisons (remplie d'individus qui n'y sont pas forcément à leur place), désengorgement des tribunaux via les amendes forfaitaires.

Politique senior, mettre fin aux situations honteuses dans les EHPAD.

Auditer et renégocier la dette

Prendre en compte le gain social et pas seulement financier lors de l'évaluation des services publics.

 

Oui, je me fous des 80 km/h et de l'ISF (en tant que tel, puisqu'il y a d'autres leviers pour une fiscalité juste) !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.