Le naufrage de Renaud

Après avoir touché le fond il y a déjà un certain temps, il semblerait que l'ex-chanteur rebelle Renaud se soit désormais mis à creuser...

Issu d'une famille de petits bourgeois tout se prétendant loubard de banlieue, il est indiscutable que Renaud a écrit, au début de sa carrière, quelques chansons tout à fait sympathiques avec leur côté révolte d'ado dans laquelle chacun.e pouvait se reconnaître.

Et puis, à l'instar de beaucoup malheureusement, le chanteur s'est montré, avec le temps, de plus en plus conformiste, de plus en plus mainstream comme on dit. 

Renaud a su lui aussi appliquer la maxime de Clémenceau: "on n'a pas de coeur si on n'est pas anarchiste à vingt ans; on n'a pas de tête si on l'est encore à quarante".

Pour ne donner qu'un exemple, Renaud a fait il y a quelques années un procès à un petit journal qui s'était méchamment moqué de lui dans un de ses articles, et ayant gagné le procès, il a versé l'argent gagné (coulant au passage le canard) aux oeuvres de la police!

Un sacré revirement, pour quelqu'un qui chantait quelques années avant:

"la France est un pays de flics

à tous les coins de rue y'en à cent, 

pour faire régner l'ordre public 

ils assassinent impunément!"

 Evidemment, certain.e.s diront qu'on ne pouvait pas attendre grand'chose de quelqu'un qui s'était un jour proclamé.. "anarcho-mitterandiste"!

Plus récemment, Renaud nous avait aussi expliqué qu'il en pinçait pour .. François Fillon! L'honnêteté m'oblige à rappeler que c'était (juste) avant l'histoire de Pénélope et des costards.. Mais tout de même... François Fillon!

Je suis tombé, un peu par hasard, sur la toute dernière "chanson" que vient de commettre Renaud. Elle a pour thème.... le coronavirus.

(dans le refrain, d'ailleurs, on notera que Renaud fait rimer "coronavirus" avec... virus. Dans le temps, il ouvrait au moins un dictionnaire de rimes!...)

Renaud - Corona song (Officiel) © Renaud

Renaud, par pitié, reprends l'alcool!!

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.