Indigènes de la République: le pire est-il avenir ? Questions..

Parti des Indigènes de la République

J'aimerais donner mon humble avis, un peu en forme de point d'interrogation,concernant le mouvement né en 2005 et récemment transformé en parti, qu' est "les indigènes de la république "

Sujet polémique s'il en est, dans lequel il n'est pas facile de voir clair...
Contrairement aux Mi Putes Mi Soumises, j'ai plutôt connu le mouvement "indigènes de la république" dans les manifs et dans le débat d'idées sur internet qu'à la télévision, du coup ça me parait un peu plus représenter quelque chose que les MPMS...
Pour faire simple, le peu que je savais du Mouvement des Indigènes de la République (j'avais du lire leur appel et deux trois de leurs articles) me les faisait considérer comme "communautaristes"...
(ça y est, le mot est lâché!!!)

... En fait, ça me parait beaucoup plus compliqué que cela..

En effet, quand je vois que je peux me faire traiter d'islamo-gauchiste parce que je suis opposé à l'interdiction de la burqa ou parce que je me fous royalement que la nounou de mon gamin soit voilée tant qu'elle s'occupe bien de lui,.... je me dis que la frontière entre communautariste ou pas ... je ne sais plus finalement où elle est vraiment!
Mais revenons aux Indigènes de la République.
Je suis retourné faire une petite visite sur leur site (passionnant, une vraie mine d'infos, soit dit au passage) eh bien... je suis toujours aussi mal à l'aise..

Petit rappel. Le mouvement "indigènes de la république" est né juste après les émeutes de 2005, à un moment où le pouvoir tentait une réhabilitation de la colonisation dans l'enseignement de l'histoire (notamment).
Il est évident que la situation nécessitait une riposte d'ampleur face aux attaques racistes.
Et d'ailleurs tous les problèmes que ce groupe soulèvent sont des problèmes à la fois majeurs et complètement passés sous silence dans la presse dite mainstream.
Juste un exemple: on parle souvent des cités comme des "zones de non droit", soi disant à cause des trafics qui s'y passeraient en toute impunité.

En fait, c'est justifié de dire que les "quartiers" sont des "zones de "non droit" mais au contraire parce que des lois d'exceptions y sont appliquées par les forces de l'ordre contre leurs habitants qui font, par exemple, que les contrôles d'identité peuvent être opérés sans avoir besoin du moindre début de motif valable , une sorte d'état d'urgence permanent légalisépar les préfectures.. ( précisions dans le passionnant petit livre : "La loi du Ghetto " de Luc Bronner ).

Voilà tout à fait le genre de problèmes que soulèvent à très juste titre les "indigènes de la république".

Par ailleurs j'ai lu avec beaucoup d'intérêt le texte "Mohammed Merah et moi" de Houria Bouteldja, ce texte est excellent, j'ai cru comprendre qu'il y avait déjà eu une polémique à ce sujet sur Médiapart, je l'ai ratée mais en tous cas je trouve que dans ce texte elle transmet un ressenti très important (et trop ignoré).
Elle traduit très bien ce que doivent ressentir bon nombre de gens qui vivent dans ce pays, et j'ai été d'autant plus sensible à son texte que bien avant de le découvrir, un ami (français, bronzé et musulman, dois je préciser..) m'avait dit à l 'époque de l'affaire Mohammed Merah, en plaisantant à moitié: "je suis Mohammed Merah et je suis Trayvor Martin" ...en relation avec un autre fait divers tragique de mars 2012 impliquant un jeune qui avait le tort d'être dans le mauvais quartier pour un noir portant une capuche...

D'une façon générale, je trouve Houria Bouteldja brillante et percutante dans ses analyses et je me reconnais souvent dans ce qu'elle dit..
Les analyses du PIR sur la colonisation sont fort intéressantes, y compris par exemple le fait de rappeler que la conquête de l'est de l'Europe par Hitler relevait ni plus ni moins d'une stratégie coloniale à l'instar de la France en Afrique...
Mais il y a toujours un truc qui me dérange dans leurs analyses, dans leurs conclusions. Eh oui, j'ai l'impression qu'ils voient le monde à travers le prisme "blancs" / "non blancs".
Ou sont passées les classes sociales?.. Je me trompe peut être , mais je les trouve curieusement absentes de leur discours..

De la même façon, certes je trouve que Houria Bouteljah a bien troué le cul (excuse my french) de bon nombre de crétins avec l'expression "souchien", habile retournement de l'expression bien puante "français de souche"...
(lire ce texte http://www.indigenes-republique.fr/article.php3?id_article=70 )

... Mais parallèlement je me demande si à faire à l'infini du second degré en se mettant au même niveau que les Copé, Hortefeux et consorts on ne risque pas d'alimenter ce pseudo débat dégueuelasse sur "le racisme anti blanc"?
Est ce qu'on ne risque pas de braquer chaque fois plus les 1% de crétins finis qu'il y a - blancs ou pas blancs, la proportion sera la même!

J'ai lu le texte " que voulons nous ?" sur le site du PIR

Et je me demande un peu naïvement: est ce qu'un "souchien" peut adhérer au PIR?

**************************************************************************

QUE VOULONS-NOUS ?
Le Parti des indigènes de la république s’inscrit dans la continuité de l’« Appel des indigènes de la république », publié en janvier 2005, et du mouvement qui en est issu, le MIR .

Le Congrès constitutif du PIR - Congrès Malcolm X, a eu lieu les 27 et 28 février.

Le PIR constitue un espace d’organisation autonome de tous ceux qui veulent s’engager dans le combat contre les inégalités raciales qui cantonnent les Noirs, les Arabes et les musulmans à un statut analogue à celui des indigènes dans les anciennes colonies : marginalisation politique, stigmatisation de nos cultures et religions (notamment dans les médias), brutalités policières au faciès, discriminations à l’emploi, au logement, à l’école, répression de l’immigration et des habitants des quartiers, etc. Plus généralement, le PIR lutte contre toutes les formes de domination impériale, coloniale et sioniste qui fondent la suprématie blanche à l’échelle internationale.

C’est ainsi que nous rendrons hommage à nos parents immigrés et à nos ancêtres colonisés ou déportés qui ont tant lutté pour leur libération.

Notre objectif prioritaire est de faire converger, au sein d’une même dynamique antiraciste et décoloniale, l’ensemble des espaces de résistances que se donnent les immigrés et leurs enfants, les habitants des quartiers populaires et les populations originaires des « Dom-Tom ». Il s’agit ainsi de construire une force politique indigène autonome, capable de peser sur l’évolution de la société française et sur les politiques publiques.

Le PIR a pour objectif, à plus long terme, la constitution d’un gouvernement décolonial, s’appuyant sur une nouvelle majorité politique dans le pays. Dans cette perspective, il travaille à construire des alliances susceptibles d’engager une dynamique de mobilisation et de regroupement sur une base décoloniale.

Le Parti des indigènes de la république sera présent sur tous les terrains de l’action, y compris électoral.

LA POLITIQUE, C’EST AUSSI NOTRE AFFAIRE. REJOIGNEZ-NOUS. ADHEREZ AU PIR.
****************************************************************************************** 

.....Et je me demande: est ce qu'un "souchien" peut adhérer au pir?
En gras dans le texte j'ai mis ce qui me semble y faire obstacle, en souligné ce qu'on peut voir comme un appel...et en bleu ce que je ne comprends pas!

voilà... et encore une fois je me pose la question:
Est ce que les indigènes de la république, tout en pointant des vrais problèmes de façon pertinente, ne se plantent pas un peu dans leur analyse?

Peut on vraiment affirmer que "l’idéologie suprémaciste blanche (...) désormais est assumée sans complexe par des politiques, des policiers, des magistrats et leurs affidés"?..

Questions....

En guise de Post Scriptum je vous invite à découvrir cet entretien http://www.npa2009.org/content/nique-la-france-devoir-d%E2%80%99insolence-entretien-avec-said-bouamama-et-said-de-zep  qui traite du même thème mais où bizarrement pour le coup je ne n'ai pas cette impression de malaise...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.