ça chauffe à l'UPR!

N.B.: Billet garanti 100% SANS CORONAVIRUS/COVID-19! Selon LE FIGARO, une majorité du bureau national du parti de François Asselineau a demandé à l'ancien candidat à la présidentielle de démissionner de ses fonctions sur fond de suspicions de harcèlement...

Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore l'UPR et François Asselineau, on ne peut que recommander cette vidéo d'Usul publiée il y a trois ans à l'occasion des élections présidentielles.

François Asselineau: "Vous connaissez l'UPR?", par Usul © Mediapart

Depuis treize ans maintenant, l'énarque et ancien gaulliste (il a été proche de Pasqua et Tiberi) dirige l'UPR, un parti qui est "tout entier acquis à ses idées, et [qui compte], malgré de piètres performances électorales, plusieurs dizaines de milliers d'adhérents" comme le résume LE FIGARO.

Et pourtant...

Extrait de l'article:

Dans une lettre que révèle Le Figaro un nombre écrasant de cadres et de responsables de son mouvement lui ont pourtant demandé, ce samedi 18 avril, de démissionner purement et simplement de ses fonctions de président de l'UPR. « Des faits d'une exceptionnelle gravité ont été portés à la connaissance des membres du bureau national [...] des documents et des témoignages indiquant l'existence de relations particulières et plus qu'insistantes de votre part à l'égard [de collaborateurs], et ce, dans le cadre professionnel, qui ont été source de graves souffrances psychologiques », mettent ainsi en cause vingt membres du bureau national sur vingt-huit, ainsi que treize délégués régionaux sur quinze.

La suite ici

https://www.lefigaro.fr/politique/l-upr-veut-debarquer-son-chef-francois-asselineau-20200421

à noter que : (extrait du même article)

Dans une longue réponse de cinq pages envoyée aux membres du bureau national, dimanche 19 avril, que Le Figaro s'est également procuré, François Asselineau dit avoir pris connaissance de ces accusations « avec un mélange de surprise, d'accablement et d'indignation […] alors que la France sombre dans l'une des pires catastrophe de son histoire. » Le chef de parti nie en bloc, fustige un « tissu de mensonges et de calomnies », des accusations « particulièrement graves, mettant en cause mon honneur, ma probité et mon éthique personnelle » avant de menacer : « J'attaquerais en diffamation quiconque en ferait l'écho. »

 

Grands Dieux.. S'agirait il d'un complot des européistes, un écran de fumée à l'instant ou l'"Europe" telle qu'on nous l'impose fait toute la démonstration de sa nocivité!?...

.. ou serait ce plus banalement la dérive d'une sorte de gourou à qui le succès et l'aura qu'il avait sur ses adeptes seront montés à la tête?..

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.