Action Santé Mondiale
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 nov. 2022

Action Santé Mondiale
Abonné·e de Mediapart

La France grille la priorité à la santé mondiale

Les responsables d'Action Santé Mondiale, AIDES, Coalition Plus, Equipop, ONE, Oxfam France, Médecins du Monde, Sidaction et Solthis pointent du doigt la faiblesse de l’investissement français pour la santé mondiale comparée aux ambitions affichées d’Emmanuel Macron et appellent la France à corriger le tir en adoptant des objectifs précis dans les mois à venir.

Action Santé Mondiale
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Durant la campagne pour sa réélection, Emmanuel Macron nous l’affirmait : “La santé a été retenue comme l’un des axes prioritaires de notre coopération internationale”. Cela devrait en effet être la priorité de tous les pays du monde depuis la pandémie que nous avons vécue. Pourtant, le compte n’y est pas. Nos analyses des chiffres disponibles nous font douter du caractère prioritaire prétendument accordé à la santé mondiale. Nos associations interpellent les pouvoirs publics pour corriger cette inadéquation des discours et des moyens. 

Si les montants totaux pour la santé ont effectivement augmenté ces dernières années, pour atteindre 1,2 milliard d’euros en 2020, cette hausse est concomitante d’une augmentation plus large de l’ensemble de l’aide publique française au développement (APD). Derrière cette tendance en apparence positive, les moyens consacrés à la santé stagnent en moyenne à 7 % ces cinq dernières années. Alors que l'OMS recommande aux pays donateurs de consacrer l'équivalent de 0,1% de leur RNB à l'aide en santé, la France plafonne à 0,053%.

On aurait pu penser qu'une crise sanitaire mondiale ferait bondir l'aide en santé mondiale, mais ce n’est pas le cas. La faiblesse des investissements pour la santé se reflète aussi dans la réponse internationale de la France à la crise Covid-19. Visiblement ni la pandémie, ni le rebond consécutif des maladies liées à la pauvreté, ni l’importance flagrante de renforcer les systèmes de santé n’auront permis de changer la donne. Pour preuve, les montants accordés à la santé dans le contrat d’objectifs et de moyens de l’Agence française de développement. Adopté à l’été 2021 alors que la France était entre deux vagues de la pandémie qui secouait encore la planète entière, la cible pour la santé et la protection sociale passe de 10 % en 2020 à seulement 3 % pour 2021 et 2022. 

Face à ces chiffres, comment la France peut encore affirmer que la santé est un axe prioritaire de sa coopération internationale ? Pourquoi l’allant politique d’Emmanuel Macron lors de la crise Covid-19 semble ignoré lorsqu’il s’agit de se mobiliser financièrement ? La faiblesse des chiffres constatés et des engagements actés éclipsent l’ambition affichée. 

Il faut mieux se préparer aux menaces sanitaires à venir : c’est une évidence autant qu’un impératif. La France doit drastiquement changer de cap en accompagnant les discours de mesures concrètes, et en dotant la santé de moyens requis par l’ampleur des besoins. 

En juillet 2022, la Première ministre affirmait lors de sa déclaration de politique générale l’aspiration du gouvernement de maintenir la place de leadership de la France sur la scène internationale. Elisabeth Borne annonçait ainsi “plus d’effort en matière de solidarité, une ambition accrue pour les défis globaux comme la santé et le changement climatique”. Pour y parvenir, deux solutions : réaffirmer l’objectif de consacrer 0,7% du RNB à l’APD d’ici 2025, et fixer des cibles financières pluriannuelles ambitieuses en faveur de la santé mondiale. La révision en cours de la stratégie de la France pour la santé mondiale et l’annonce pour le début de l’année prochaine d’un Comité interministériel de la coopération internationale et du développement sont l’occasion d’aligner l’ambition et les moyens dédiés. 

Signataires :

Action Santé Mondiale - Patrick Bertrand - Directeur Exécutif

AIDES - Marc Dixneuf - Directeur Général

Coalition Plus - Vincent Leclercq - Directeur Général

Equipop - Aurélie Gal-Régniez - Directrice Exécutive

Médecins du Monde - Dr Florence Rigal - Présidente 

ONE - Najat Vallaud-Belkacem - Directrice France

Oxfam France - Cécile Duflot - Directrice Générale

Sidaction - Florence Thune - Directrice Générale

Solthis - Dr Serge Breysse - Directeur Général

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard
Journal
Morts aux urgences, pédiatrie sous l’eau, grève des libéraux : la santé au stade critique
Covid, grippe, bronchiolite : l’hôpital public vacillant affronte trois épidémies. En pédiatrie, dix mille soignants interpellent le président de la République. Côté adultes, les urgentistes ont décidé de compter leurs morts sur les brancards. Et au même moment, les médecins libéraux lancent une grève et promettent 80 % de cabinets fermés.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP