Adama Kande
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 août 2018

Adama Kande
Abonné·e de Mediapart

Au Sénégal, le mouvement Auchan dégage ne désemplit pas

Au Sénégal, le mouvement Auchan dégage ne désemplit pas. L'enseigne, qui est accusée de prendre l'emploi des petits producteurs, se voit confronter à la résistance citoyenne de France dégage. Si les relations entre la grande distribution française et sénégalaise doivent être assainies, il faut aller plus loin et voir le fond du problème.

Adama Kande
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Avec vingt supermarchés à Dakar, plus de 1 500 employés et des projets dans tout le pays, l’enseigne française Auchan, connaît une expansion rapide au Sénégal. Forte de son avantage structurel, Auchan réalise d’importantes économies d’échelle, et y est en mesure d’afficher des prix très bas – qui lui permettent d’accélérer sa croissance et, à terme, de continuer de baisser ses prix. Pour cette raison, le groupe est dans le collimateur des commerçants de la capitale.

Regroupés dans le collectif « Auchan dégage », une partie des marchands traditionnels de la ville lutte pour faire chasser Auchan de Dakar. Et leurs plaintes ne sont pas infondées : au moins 1 500 petits commerçants des marchés de la capitale ont été recensés comme rencontrant des difficultés économiques par les banques sénégalaises – une hausse significative attribuée à la concurrence impitoyable du géant français.

« Ils ont profité d’un cadre légal déficitaire pour occuper toutes les strates du commerce », dénonce Ousmane Sy Ndiaye, le directeur exécutif de l’Union nationale des commerçants et des industriels du Sénégal (UNACOI). « Résultat : ils concurrencent tout le monde, même le marché traditionnel ! Quant à leurs prix si compétitifs, on peut se demander s’il ne s’agit pas d’un dumping destiné à acquérir un monopole de fait au Sénégal. »

Un impact négatif sur les petits commerces

Auchan serait donc en passe de devenir l’Amazon Sénégalais ? Si les avis sur le vrai impact de l’enseigne française sur l’économie sénégalaise diffèrent, tout le monde s’accorde pour dire que les commerçants de l’économie informelle (97 % du secteur) peinent à tenir la barre face au grand groupe français. S’il déplore le « sentiment anti-français » du mouvement, l’ancien inspecteur des impôts Ousmane Sonko reconnait que « ces enseignes, qui n’emploient pas beaucoup de monde, risquent de détruire des milliers de jobs ». D’après lui, le Sénégal « n’est pas prêt à affronter la mondialisation. Il faut pouvoir protéger nos entreprises avant de les livrer à la compétition internationale. »

« Grâce aux nombreuses ramifications industrielles potentielles, la grande distribution peut être aussi source de nombreux emplois », se défend pour sa part Laurent Leclerc, directeur général d’Auchan Sénégal. « On profite aussi beaucoup à l’économie sénégalaise, en payant la TVA, les divers impôts ainsi que les droits de douane. Cet argent peut aider à construire des écoles et des hôpitaux – ce que ne fait pas l’économie informelle. Si Auchan fait autant de bruit au Sénégal, c’est parce qu’on dérange en forgeant de nouvelles habitudes. Cela oblige les autres à s’adapter. »

Derrière Auchan dégage, un problème de redistribution

« FRANCE DEGAGE », AUCHAN DEGAGE », BLANC DEGAGE », les mouvements nationalistes se multiplient au Sénégal alors que le rôle des français dans l’économie galopante du pays apparait de plus en plus clairement. Ces tensions semblent avoir atteint un sommet le 3 juillet dernier, lorsque 8 membres du mouvement « France Dégage » ont été arêtes pour avoir distribué des tracts sur lesquels étaient imprimés « Policiers soyez pas des assassins du peuple mais soyez des assassins du système ».

La montée d’un sentiment de colère sociale et de révolte contre l’État témoigne de l’importance de la frustration chez une population qui estime qu’elle ne bénéfice pas assez de la réussite économique du pays. Et leur colère est bien légitime.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Europe
Poutine entérine l’annexion de quatre régions ukrainiennes
Après une allocution au Kremlin, le président russe a signé l’annexion des régions ukrainiennes de Kherson et de Zaporijjia, ainsi que des autoproclamées « Républiques » de Donetsk et de Louhansk. Et il a prévenu que la Russie protègerait ses terres « en utilisant toutes [ses] forces ».
par Laurent Geslin
Journal
Le renseignement de sources ouvertes, nouvel art de la guerre d’Ukraine
La collecte et l’analyse des traces numériques laissées par les combats qui font rage en Ukraine peuvent-elles avoir une incidence sur le déroulement du conflit ? La guerre du Golfe avait consacré la toute-puissance de la télévision, celle d’Ukraine confirme l’émergence de l’Open Source Intelligence (OSINT).
par Laurent Geslin
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff