adamboubel
Étudiant en droit à l’Université Paris VIII
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 oct. 2020

Les partis politiques marocains : contre la loi ?

adamboubel
Étudiant en droit à l’Université Paris VIII
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les partis politiques marocains : contre la loi ?

Par : Adam BOUBEL

 « Sois le changement que tu désires voir en ce monde »

Mahatma Gandhi

« Tout parti politique doit être organisé et administré selon des principes démocratiques » dispose l’article 25 de la loi organique relative aux partis politiques.

Il fut un temps, où les partis, avant de proposer quelconque réforme que ce soit, l'appliquaient à eux-mêmes.

Plusieurs exemples peuvent être cités : le vote interne, la représentation des femmes dans les instances du parti, le respect du règlement interne et donc de la notion de l’Etat de droit…

Mais ce temps là est révolu ! 

Prenons comme exemple un concept assez vague mais très présent : l’arbitraire.

Pour être plus précis, traitons de l’arbitraire dans l’administration marocaine.

Avant 2002, les administrations n’avaient pas l’obligation de répondre aux demandes des intéressés.

Après 2002, les citoyennes et citoyens ont acquis le droit d’avoir une réponse de la part de l’administration pour toute demande. Si le délai de réponse est dépassé, la demande est considérée comme acceptée.

Voilà un passage de la situation d’arbitraire à une situation de Droit, un passage de l’arbitraire à l’Etat de droit.

Je ne dis aucunement que les rouages de l’administration fonctionnent comme ce qui est disposé dans les textes de loi, toutefois, aujourd’hui, nous disposons de garanties légales face à l’administration. 

Cela fut bien évidemment une des revendications de plusieurs partis et depuis de longues années.

En parallèle, aujourd’hui, les directions des partis ne respectent pas ce pourquoi leurs militants ont lutté pendant des décennies.

Pour illustrer mes propos, je citerai quelques exemples :

  • la demande, faite le 9 mai 2020, des membres de l’USFP de la région du Souss-Massa en vue de réunir le Conseil National du parti et qui n’a reçue aucune réponse de la part du président de cette instance ;
  • le refus de la part du directeur général du siège national du PJD, en septembre 2020, d’accepter une lettre signée par une centaine de membres du parti et qui demandaient l’organisation d’un congrès extraordinaire ;

Ce qui précède ne représente qu’une infime partie de la face émergée des abus et de l’arbitraire dans les partis politiques. Des cas similaires sont légion dans quasiment toutes les organisations politiques, syndicales, associatives marocaines.

Avant de se considérer comme une force de proposition au niveau national voir international, il faut réellement croire en ce qui est revendiqué, et cela en raccordant les actes aux paroles, en concrétisant cette volonté en actions. 

Il faut, à chaque fois, se rappeler la célèbre phrase, aussi simple soit-elle, de Gandhi : « sois le changement que tu désires voir en ce monde. »

Adam BOUBEL

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot
Journal — Histoire
Le docteur est-il encore en vie ?
Le 4 mars 1957, le docteur Slimane Asselah est enlevé dans son cabinet médical, au milieu de la casbah d’Alger, par les forces de l’ordre françaises. Mort ou vif, sa famille ne l’a jamais revu. Deuxième volet de notre série.
par Malika Rahal et Fabrice Riceputi
Journal — Amérique du Sud
En Équateur, victoire en demi-teinte pour les autochtones après 18 jours de lutte
Un accord a été conclu jeudi entre le gouvernement et les responsables autochtones, à l’issue d’une longue grève générale, pour réclamer de meilleures conditions de vie. Dans la capitale Quito, la « Casa de la Cultura » (Maison de la culture) a été un endroit clef du mouvement.
par Alice Campaignolle

La sélection du Club

Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement