adamboubel
Étudiant en droit à l’Université Paris VIII
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 oct. 2020

Quelle approche participative pour la CSMD ?

adamboubel
Étudiant en droit à l’Université Paris VIII
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quelle approche participative pour la Commission Spéciale sur le Modèle de Développement ?

Par : Adam BOUBEL

Comment travaille la Commission Spéciale sur le Modèle de Développement ? 

Dans la rubrique « La méthodologie de travail de la Commission » du site Internet de la CSMD, il est écrit ce qui suit : « Conformément aux Hautes Orientations Royales, la Commission adopte dans le cadre de ses travaux, une approche participative, inclusive, ouverte sur tous les différents acteurs du développement et tous les Marocains ». La notion qui peut interpeller dans cette phrase est « approche participative ». Comment se traduit alors l’approche participative de la CSMD ?

On a pu voir dans la presse et sur les réseaux sociaux les « rencontres citoyennes» de cette Commission et de ses membres avec des citoyennes et citoyens de tous bords à Fès, Meknès, Taounat ou encore Khenifra, mais également les « retraites mensuelles » qui « sont l’occasion pour les membres de débattre de thèmes en lien avec la problématique du développement en invitant des experts travaillant sur certains sujets spécifiques ». Mais la méthode la plus participative qui est utilisée par cette Commission Royale est « la plateforme électronique ». Toujours selon le site officiel de la CSMD, « la Commission veille à la création d’espace de dialogue et de débats constructifs avec l’ensemble des forces vives de la nation, et suite aux instructions préventives prises par le Gouvernement afin de limiter la propagation du virus Covid-19, cette plateforme électronique a été mise en place afin de collecter les différentes contributions et propositions que les citoyens souhaitent soumettre, afin d’enrichir le débat public ».

Grâce à cette plateforme, nous pouvons à la fois contribuer à l’élaboration du nouveau modèle de développement, mais également lire les contributions des divers acteurs. Il y a d’une part les contributions d’organisations (partis politiques, syndicats, associations et fondations, contributions d’experts…) et d’autre part les contributions citoyennes. 

Cette initiative est très louable puisqu’elle assure une transparence et une démocratisation de la parole. Mais il y a toutefois un problème à signaler : le nombre de contributions.

En effet, lancée le 13 avril 2020, soit près de 6 mois, il y a lieu d'analyser ces contributions sur le plan quantitatif. Et les chiffres (qui datent du 9 octobre et qui peuvent changer) sont là : 858 contributions. Est-ce peu ? Est-ce trop ? 

 Les contributions sont restreintes à 16 secteurs prédéterminés par la CSMD :

  1. Éducation (230) ;
  2. innovation (88) ;
  3. santé (62) ;
  4. environnement des affaires (57) ;
  5. environnement climatique (53) ;
  6. monde rural (47) ;
  7. justice et libertés (46) ;
  8. régionalisation (45) ;
  9. emploi (40) ;
  10. fiscalité (39) ;
  11. culture (38) ;
  12. solidarité (33) ;
  13. jeunesse (32) ;
  14. entrepreneuriat (30) ;
  15. mobilité/transports (20) ;
  16. égalité homme-femme (9).

Les thèmes précités sont ordonnés en manière décroissante selon le nombre de contribution.

Que le nombre de contributions paraisse insatisfaisant ou suffisant, ces données peuvent représenter un sondage et qui, grâce au nombre de contributions pour chaque thème, peut, d’une certaine manière, déterminer les priorités des marocaines et marocains.

Adam BOUBEL

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Emmanuel Macron remanie dans le déni
La composition du nouveau gouvernement d’Élisabeth Borne donne à voir toutes les faiblesses du second quinquennat Macron. Deux semaines après une défaite électorale cuisante, et à rebours des promesses d’ouverture, le chef de l’État a étoffé sans élargir. Visé par une enquête pour tentative de viol, Damien Abad est débarqué.
par Ilyes Ramdani
Journal
Les nouveaux visages du gouvernement Borne II
Seize nouvelles personnes, n’ayant jamais occupé de fonction ministérielle jusqu’ici, font leur entrée au gouvernement. Aucune ne constitue une surprise ou un ralliement politique.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Violences sexuelles
Une nouvelle femme met en cause Damien Abad
Une nouvelle femme a raconté à BFMTV avoir eu des « vertiges » après avoir pris un verre avec l’élu en 2013, puis s’être réveillée « complètement dévêtue ». Fraîchement débarqué du gouvernement, le député dénonce des « calomnies ignobles ».
par Antton Rouget
Journal — Société
Maltraitances en crèche : le bras de fer d’une lanceuse d’alerte avec la Ville de Paris 
Eugénie a récemment raconté à un juge d’instruction le « harcèlement moral » qu’elle estime avoir subi, pendant des années, quand elle était directrice de crèche municipale et qu’elle rapportait, auprès de sa hiérarchie, des négligences ou maltraitances subies par les tout-petits.
par Fanny Marlier

La sélection du Club

Billet d’édition
60 ans d’indépendance : nécessité d’un devoir d’inventaire avec la France
L’année 2022 marque les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie. Soixante ans d’indépendance, un bail ! « Lorsqu'on voit ce que l'occupation allemande a fait comme ravage en quatre ans dans l'esprit français, on peut deviner ce que l'occupation française a pu faire en cent trente ans.» Jean Daniel  Le temps qui reste, éditions Plon, 1973.
par Semcheddine
Billet d’édition
La révolution, le martyr et l’avenir
Comme toute chose périssable, une Révolution peut-elle vieillir ? Au rendez-vous des célébrations décennales, elle est convoquée au gré des humeurs présentes. La Révolution se met à la table des incertitudes du moment, quand elle n’est pas mobilisée en morphine mémorielle afin d’endormir les espérances d’émancipation encore vivaces.
par Amine K.
Billet de blog
Abd el Kader au Mucem : une vision coloniale de l'Émir
La grande exposition de l'été du Mucem est consacrée à Abd el Kader, grand résistant algérien à l’invasion coloniale. On pourrait y voir le signe d'une avancée dans la reconnaissance du caractère illégitime de l'entreprise coloniale. Il n'en est rien. Derrière une beauté formelle se dissimule la même vision coloniale du « bon » rebelle Algérien, à l'opposé des « mauvais fellaghas » de 1954.
par Pierre Daum
Billet d’édition
Le purgatoire de grand-père
Dès les premiers instants au camp de Saint-Maurice-l’ardoise, grand-père s’isola. Près des barbelés, les yeux rivés vers l’horizon. Il se rappelait l’enfer. La barbarie dont il avait été témoin. Il avait vu le pire grand-père. La mort qui l’avait frôlé de si peu. Ils avaient tous survécu. Ses enfants, son épouse et lui étaient vivants. Ils étaient ensemble, réunis. C’était déjà un miracle.
par Sophia petite-fille de Harkis