ADDP
Association Défense de la Démocratie en Pologne
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 févr. 2021

ADDP
Association Défense de la Démocratie en Pologne
Abonné·e de Mediapart

La presse Polonaise se mobilise contre la «contribution solidaire»

C’est un estoc porté à la liberté de la presse, depuis lequel les médias polonais sont sur le pied de guerre. En cause : un projet de loi présenté par le parti Droit et Justice (PiS) pour instaurer une taxe « solidaire » sur les recettes publicitaires. Au prétexte fallacieux de la lutte contre le Covid-19, cette mesure mettrait la stabilité financière de nombreux médias indépendants en péril.

ADDP
Association Défense de la Démocratie en Pologne
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nul doute possible : c’est la presse d’opposition qui est visée. Les recettes publicitaires provenant d’entreprises publiques, dont jouissent exclusivement et grassement les médias pro-gouvernementaux, seraient épargnées par la taxe. Après avoir transformé les médias publics en outils de propagande grossière, le PiS marque un pas de géant vers le muselage de la presse d’opposition et la consolidation d’un régime illibéral, en poursuivant le chemin tracé auparavant par la Hongrie. Le 10 février, de nombreux quotidiens ont arboré des unes blanches et désactivé leurs versions web. Des chaînes T.V. ont arboré un bandeau « Cela devait être ton émission favorite » sur fond noir tandis que des radios ont fait tourner un communiqué de grève en boucle.

Les médias sans un choix possible

Nous traduisons ici une lettre ouverte, signée par de nombreux médias et groupes de presse en réaction au projet du PiS.

Rédaction et traduction par Nell Saignes pour l'ADDP

Lettre ouverte aux dirigeants de la République de Pologne 

Nous nous exprimons ici au sujet de la charge à laquelle vous entendez soumettre le marché des médias polonais, fallacieusement présentée comme une contribution solidaire face à la crise du Covid-19.

C’est ici une opération d’extorsion qui est menée. Extorsion des auditeurs, téléspectateurs, lecteurs et internautes polonais, mais aussi de la production culturelle, médiatique et sportive polonaise.

L’introduction de cette contribution aura pour conséquences :

  • L’affaiblissement, voire la disparition d’une partie des médias diffusés en Pologne, et donc, un appauvrissement drastique du choix pour le public.
  • La réduction des modes de financements des contenus nationaux de qualité. Actuellement, ce sont des centaines de milliers de travailleurs polonais qui vivent de cette production. Grâce à l’équilibre de ce système, les polonais ont massivement accès à l’information, à la culture, aux divertissements et aux événements, et ce, gratuitement.
  • Le creusement des inégalités au sein du paysage médiatique polonais. Chaque année, le contribuable polonais finance les médias d’État à hauteur de 2 milliards de zlotys*. On prétend à présent charger les médias indépendants d’1 milliards de zlotys annuels de contribution.
  • Un privilège pour des multinationales, qui n’investissent rien dans la création de contenu polonais. Selon les estimations, ces « géants du numérique » paieront entre 50 et 100 millions de zlotys au titre de cette contribution, contre 800 millions de zlotys pour la production polonaise indépendante.

Autre fait scandaleux : le traitement inégal et la charge arbitraire des entreprises médiatiques. S’y ajoute la tentative, inacceptable dans un État de droit, de modifier les conditions de concession de ces firmes pendant des périodes de validité de leurs contrats. Les médias polonais ne se dérobent pas à leur responsabilité sociale. Chaque année, nous contribuons au budget national à renfort de taxes, prélèvements et redevances (TVA, redevance sur l’audiovisuel, la gestion des droits d’auteurs, les licences, la VOD etc.). Avec nos propres actions de mécénat, nous soutenons les actions en faveur des plus faibles. Au quotidien, nous soutenons les Polonais et le gouvernement dans la lutte collective contre le Covid-19 en consacrant nos ressources à la confection et la diffusion d’une information claire et fiable.

Nous nous opposons donc fermement à l’usage du Covid-19 comme excuse pour charger les médias polonais indépendants d’une taxe disproportionnée. Le prétexte est hypocrite : cette taxe est vouée à être pérennisée bien au-delà de la pandémie.

*1 zloty = 0,22 euros

Signataires

(20 premiers noms)

Agencja Wydawnicza AGARD Ryszard Pajura 

Agora S.A. 

AMS S.A. 

ASTA-NET S.A. 

TV ASTA 

Bonnier Business 

Burda Media Polska 

CANAL+ 

Dziennik Trybuna 

Dziennik Wschodni 

Edipresse Polska 

Eleven Sports Network sp. z o.o. 

Euractiv.pl 

Gazeta Radomszczańska 

Gazeta Żoliborza 

Green Content Sp. z o.o. 

Gremi Media S.A. 

Grupa Eurozet 

Grupa Interia.pl sp. z. o.o. 

Grupa Radiowa Agory Sp. z o.o. 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Entre les États-Unis et l’Europe, l’ombre d’une guerre commerciale
L’adoption d’un programme de 369 milliards de dollars par le gouvernement américain, destiné à attirer tous les groupes sur son territoire, fait craindre une désindustrialisation massive en Europe. Les Européens se divisent sur la façon d’y répondre. 
par Martine Orange
Journal — Services publics
« RER régionaux » : une annonce qui masque la débâcle des transports publics
En lançant soudainement l’idée de créer des réseaux de trains express dans dix métropoles françaises, Emmanuel Macron espère détourner l’attention du délabrement déjà bien avancé de la SNCF et de la RATP, et du sous-investissement chronique de l’État.
par Dan Israel et Khedidja Zerouali
Journal — Fiscalité
Le budget de la ville de Paris est-il vraiment une escroquerie ?
Le ministre des comptes publics Gabriel Attal estime que la gestion budgétaire de la mairie de Paris s’apparente à une pyramide de Ponzi. Une vision caricaturale, qui plus est venant d’un gouvernement qui creuse le déficit de l’État à coups de baisses d’impôts.  
par Mathias Thépot
Journal
La ministre Caroline Cayeux démissionne en raison d’un patrimoine « sous-évalué »
Caroline Cayeux a démissionné de son poste de ministre déléguée aux collectivités territoriales. La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique s’apprêtait à statuer sur son cas, lui reprochant des irrégularités dans sa déclaration de patrimoine.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan