Adèle Esposito
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 avr. 2020

Et les intermittents dans tout ça?

Confinement et conséquences, une intermittente témoigne depuis son appartement.

Adèle Esposito
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cher public, cher très grand public,

Tu ne me connais pas. Si je t’écris aujourd’hui, c’est pour te parler de moi. Et des 250 000 autres intermittents du spectacle.

Je me présente, je suis directrice de casting, (je cherche les acteurs que tu verras à l’image) essentiellement sur des séries tv, c’est ce qui me fait vivre. Je viens aussi d’avoir ma 1ère pièce de théâtre jouée à Paris. On a eu le temps de faire 9 représentations et rideau, merci le confinement.

Attention, je fais vraiment partie des pro-confinement. C’était la meilleure chose à faire, pour moi, il n’y a pas de débat là-dessus.

Pour tout te dire, il se trouve que je suis aussi enceinte, au tout début du dernier trimestre, j’accouche en juillet. Et heureusement pour moi, c’est mon futur bébé, sauveur de mon intermittence grâce au congés maternité, qui va me faire mes heures. Je ne suis donc pas directement concernée par tout ce qui se passe aujourd’hui, mais justement ça n’empêche pas d’être solidaire.

Avant d’aller plus loin, je crois qu’il faut que je t’explique un peu comment marche notre système. Pour avoir droit aux allocations chômage, un intermittent doit travailler (au moins) 507 heures sur 12 mois. Et c’est comme ça chaque année, c’est qu’on appelle « avoir son intermittence ». Ça peut paraitre peu, mais pour nous c’est déjà beaucoup. La ligne d’arrivée, c’est notre date anniversaire chez Pôle emploi. Notre graal, c’est de « faire nos heures » avant cette date. Certains y arrivent en 4 mois, d’autres auront besoin d’une année complète, et plein n’y arriveront malheureusement pas du tout. Sache que nous sommes tous employés en CDD dit d’Usage, nous sommes donc des salariés, pas des demandeurs d’emploi.

Les 2 500 employés d’Arcelormittal peuvent faire l’ouverture des JT (et tant mieux pour eux !) mais les plus de 250 000 intermittents sont encore trop souvent pris pour des privilégiés sur échasses. Je trouve ça fou.

Alors voilà, ce qui se passe en ce moment est une catastrophe pour notre secteur. Et l’impact va être considérable sur plein d’autres domaines. Cher public, laisse-moi t’expliquer les enjeux pour nous, et aussi pour toi.

Quoi de plus naturel que d’annuler un festival en plein covid-19 ?
On est d’accord, rien de vital dans un festival, et pourtant.
Il ne s’agit pas uniquement de spectacles ou de concerts que tu ne verras pas, ça, c’est seulement la partie émergée de l’iceberg.
Ce sont des techniciens et artistes qui ne feront pas leurs heures.
Des salles qui ne feront pas de billetterie, donc pas de chiffre d’affaires.
Des droits d’auteur jamais reçus, puisque jamais performés.
Des tourneurs qui ne découvriront pas de nouveaux spectacles pour les exporter et les proposer dans d’autres villes.
Ce sont des hôteliers, des campings, des restaurants, des bars, des boites de nuit, et même des loueurs Airbnb qui n’accueilleront pas le moindre client.
Et par conséquent, des rentrées d’argent dont l’État et les collectivités locales ne verront jamais la couleur. 

Chaque branche est touchée à peu près de la même façon, le cinéma, la télévision, la publicité, le cirque, la musique, le théâtre, l’opéra, la danse. Nous sommes tous égaux devant cette catastrophe sanitaire et sociale. Plein de petites productions, de petites compagnies, de petites salles de spectacles etc, tous ces petits et très petits du secteur risquent de faire faillite. Même les plus gros auront du mal à se relever. Et les villes par ricochet le sentiront passer aussi.

Tu me diras « et les assurances ? ». Je te répondrai que la plupart des assurances ne prennent pas en charge cette situation puisque ce n’est pas prévu dans le contrat. Nous savons tous que ce problème des assurances ne touche pas que la culture. C’est un état de fait général, malheureusement.

Tu me diras, « oui, mais vous avez droit au chômage partiel ». Et c’est vrai, mais pour autant ce n’est pas la panacée. Comme souvent dans ce système, ça dépend des cas. Plutôt que de faire un cours d’intermittence que j’ai moi-même du mal à maîtriser, voici 3 exemples :

Celui qui rame.

Théodore est comédien, essentiellement au théâtre.
Il devait jouer une pièce de début mars à fin avril 2020. Ça tombait vraiment bien. À cause des grèves de décembre, il avait déjà eu un spectacle annulé et réussir à trouver ses 140 dernières heures avant le 15 avril (sa date anniversaire Pôle emploi) commençait à devenir problématique. Avec le lancement de cette nouvelle pièce, c’était joie, bonheur et soulagement. Seulement voilà, le covid-19 est arrivé et le vendredi 13 mars au soir, date qui ne porte pas toujours bonheur comme tu le sais, fin de représentation jusqu’à nouvel ordre.
Évidemment, on lui paie ses 8 jours de représentations, soit 96 heures. N’ayant travaillé que 8 jours, aura-t-il droit à un chômage partiel ? Certainement. Le « problème » c’est que la pièce va reprendre, un jour. Un jour, donc, il aura ses cachets manquants, du coup le producteur refuse de lui accorder un chômage partiel. Je précise que ce producteur est lui aussi le premier accablé, mais il est pieds et poings liés par la conjoncture économique. Merci, au revoir, salut poto, on te rappelle dès que l’activité reprend. Sa réalité immédiate à Théodore, c’est qu’il lui manque 44 heures (140-96 = 44). Où va-t-il les trouver alors que plus aucun spectacle ne se joue nulle part, et jusqu’à nouvel ordre ? Il aimerait bien le savoir.

Celui qui travaille beaucoup.

Cécile est 2ème assistante opérateur.
C’est elle qui fait en sorte que les acteurs ne soient pas flous à l’image. Elle est employée très régulièrement par la même société de production. Elle n’a aucun problème d’heures, et c’est justement là où, pour elle, est le souci. Avec la dernière réforme de 2019, les vrais privilégiés du secteur, ceux qui bossent toute l’année se retrouvent avec des « franchises » chez pôle emploi. Ça marche pareil qu’une franchise d’assurance. Quelqu’un qui a beaucoup travaillé n’a pas droit à une indemnité chômage pendant X jours (le délai de franchise est propre à chacun, selon les critères de Pôle emploi). Ce qui veut dire zéro euro pendant 10 jours de franchise pour les uns, pour les autres ce sera 30 jours, ou bien encore 100 jours pour les derniers. Tout dépend du volume de leur activité pendant l’année. C’est déjà suffisamment pénible en temps normal, mais en ce moment, c’est forcément pire. Imagine, aucune rentrée d’argent pendant 1 mois ou 2 mois, peut-être même 3 mois selon les cas. Reste plus qu’à espérer que ces intermittents-là aient été économes.

Celui qui travaille suffisamment.

Rachid est mixeur.
Il arrive en fin de parcours sur un film, c’est lui qui égalise les sons sur le montage définitif. Il est comme une grande partie d’intermittents, il fait ses heures sans trop de stress, mais sans être très large non plus. Selon les années, il arrive 600 ou 700 heures (pour rappel, il en faut 507). L’année 2020 a commencé doucement mais sa date anniversaire étant en septembre, il n’était pas inquiet car, il était censé travailler sur plusieurs films dès le printemps. Et là patatra ! Rachid ne travaillera pas en avril, ni en mai, probablement pas non plus en juin. Juillet semble une hypothèse raisonnable bien qu’optimiste. Et oui, il faut bien que les films se tournent et se montent avant de les mixer. Pour faire simple, cher public, il faudra qu’il travaille à plein temps de juillet à septembre pour rattraper son retard d’heures. Dans un secteur qui va tourner au ralenti jusqu’en 2021, ça risque d’être compliqué.

On sait maintenant que la quasi-totalité de notre secteur ne reprendra pas vie avant l’été. Tout ça sans parler, d’une deuxième vague éventuelle. Nous attendons, comme tout le monde, les annonces du gouvernement qui devraient arriver prochainement, et on croise les doigts. Tous les gens devant renouveler leur intermittence entre le 1er mars et au minimum la fin de l’automne sont dans une situation périlleuse.

Des intermittents comme Théodore, Cécile ou Rachid il y en a des centaines, des milliers. J’aurais pu aussi te parler de ceux qui n’ont pas assez d’heures et qui sont serveurs en parallèle, de ceux qui s’apprêtaient à les avoir pour la première fois, de ceux obligés d’être autoentrepreneurs car personne ne veut les payer en intermittent, ou encore de ces couples d’intermittents avec enfants. Les métiers de l’intermittence sont des métiers exigeants qui demandent dévouement, investissement et créativité. 

Cher grand public, tu pourrais argumenter que le cinéma, les concerts, le théâtre ou encore l’opéra, ça coûte cher, et que de toute façon, tu n’y vas plus, sauf 1 à 2 fois par an dans un contexte exceptionnel. Alors si ça disparaît pendant un moment, tant pis, ce n’est pas si grave pour toi.

Ok admettons, il te reste la télévision.

Sans être une experte, il me semble que le secteur de l’audiovisuel sera le moins touché. Mais il faut voir ce que ça engendre. D’abord, beaucoup de rediffusions. Ensuite, des tournages en équipe réduite, là où on embauchait 40 personnes, ce sera 20 ou 25. Plus de scène d’amour. Plus de scène de baston. Plus de scène de figuration. Car s’il y a bien un corps de métier qui va souffrir, ce sont les figurants. Plus de passant, plus de client dans les bars, plus de malade à soigner dans les hôpitaux, plus de délinquant dans les commissariats. C’est tout l’arrière-plan d’un film, d’une série ou d’un téléfilm qui meurt. Il n’y a plus que des comédiens qui se parlent de loin, sans personne autour, dans des décors de studio. C’est d’ailleurs la seule bonne nouvelle. Les studios qui étaient moribonds vont certainement ressusciter, s’agrandir. Tant mieux pour eux.

Il faut que tu saches qu’un monde sans intermittent, c’est aussi une télévision de « flux », c’est-à-dire de divertissement, comme tu la vois en ce moment. Des émissions sans public, sans moyen, avec des présentateurs qui se maquillent eux-mêmes, qui brillent. Oublie Nagui et son N’oubliez pas les paroles. Oublie Top chef. Oublie Koh Lanta. Oublie The Voice. Sophie Davant et son Affaire conclue, avec quelques adaptations survivra certainement. C’est peut-être Cyril Lignac, dont il faut saluer la réactivité, qui nous ouvre la voie étroite avec un présentateur et un cameraman.

On saura s’adapter, mais il nous faudra du temps.

Cher public, je t’écris pour t’alerter sur notre secteur, qui sans que tu le voies venir, va impacter ton quotidien. Je n’ai aucune autre revendication que celle d’obtenir un peu d’empathie de ta part et même, pourquoi pas, ton soutien.

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
Devant la Cour suprême, le désarroi des militantes pro-avortement
Sept ans presque jour pour jour après la légalisation du mariage gay par la Cour suprême des États-Unis, celle-ci a décidé de revenir sur un autre droit : l’accès à l’avortement. Devant l’institution, à Washington, la tristesse des militants pro-IVG a côtoyé la joie des opposants.
par Alexis Buisson
Journal
IVG : le grand bond en arrière des États-Unis
La Cour suprême états-unienne, à majorité conservatrice, a abrogé vendredi l’arrêt « Roe v. Wade » par six voix pour et trois contre. Il y a près de 50 ans, il avait fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Cette décision n’est pas le fruit du hasard. Le mouvement anti-IVG tente depuis plusieurs décennies de verrouiller le système judiciaire en faisant nommer des juges conservateurs à des postes clefs, notamment à la Cour Suprême.
par Patricia Neves
Journal — Parlement
Grossesse ou mandat : l’Assemblée ne laisse pas le choix aux femmes
Rien ou presque n’est prévu si une députée doit siéger enceinte à l’Assemblée nationale. Alors que la parité a fléchi au Palais-Bourbon, le voile pudique jeté sur l’arrivée d’un enfant pour une parlementaire interroge la place que l’on accorde aux femmes dans la vie politique.
par Mathilde Goanec
Journal
Personnes transgenres exclues de la PMA : le Conseil constitutionnel appelé à statuer
Si la loi de bioéthique a ouvert la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, elle a exclu les personnes transgenres. D’après nos informations, une association qui pointe une « atteinte à l’égalité » a obtenu que le Conseil constitutionnel examine le sujet mardi 28 juin.
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
Le consentement (ré)expliqué à la Justice
Il y a quelques jours, un non-lieu a été prononcé sur les accusations de viol en réunion portées par une étudiante suédoise sur 6 pompiers. Cette décision résulte d’une méconnaissance (ou de l’ignorance volontaire) de ce que dit la loi et de ce qu’est un viol.
par PEPS Marseille
Billet de blog
« Promising Young Woman », une autre façon de montrer les violences sexuelles
Sorti en France en 2020, le film « Promising Young Woman » de la réalisatrice Emerald Fennell nous offre une autre façon de montrer les violences sexuelles au cinéma, leurs conséquences et les réponses de notre société. Avec une approche par le female gaze, la réalisatrice démonte un par un les mythes de la culture du viol. Un travail nécessaire.
par La Fille Renne
Billet de blog
« Lutter contre la culture du viol » Lettre à la Première ministre
Je suis bouleversée suite aux actualités concernant votre ministre accusé de viols et de l'inaction le concernant. Je suis moi-même une des 97 000 victimes de viol de l’année 2021. Je suis aussi et surtout une des 99 % de victimes dont l’agresseur restera impuni. Seule la justice a les clés pour décider ou non de sa culpabilité… Pourtant, vous ne pouvez pas faire comme si de rien n’était.
par jesuisunedes99pourcent
Billet de blog
Le Gouvernement se fait pourtant déjà juge, madame la Première ministre
La première ministre, Mme Elisabeth Borne, n'est pas « juge », dit-elle, lors d’un échange avec une riveraine, ce mercredi 15 juin 2022, l'interrogeant sur les nouvelles accusations visant M. Damien Abad, ministre des solidarités.
par La Plume de Simone