ESPACE DE PAROLE SYRIEN ( Non Censuré)- Réaction au retrait de l’armée russe de Syrie

Message de Ali Ismael Akkari, membre de l'Union Patriotique des Syriens de France (UPS) concernant la décision de Vladimir Poutine de retirer l’armée russe, d'ici au 15 mars, du territoire syrien. Cette nouvelle a créée beaucoup de réactions en France parmi la communauté syrienne. Cet espace est ouvert à tout syrien qui voudrait dire son point de vue sur la question.

- ESPACE DE PAROLE SYRIEN (non censuré) - Message de UPS

Chers patriotes
Reflexions sur l'annonce du retrait de la Russie.

La nouvelle du retrait des forces russe de la Syrie .
Pour ceux qui commencent à  paniquer...
1 - la Russie est intervenue à  la demande de la Syrie en total respect de la charte de ONU, suite aux menaces turques qui s'appuie sur son armée amie AL Norsa, au nord (ses chars et ses canons fonctionnaient 24/24).
2- la Russie a montré son sérieux dans la lutte contre le terrorisme.
3- Vous avez constaté comme moi l avancée spectaculaire de notre armée grâce à cette intervention et ceci à conduit à  imposer le cesser le feu, qui a favorisé la mise en place de Genève III.

N'ayez donc pas peur:
Cette décision est realisée en accord avec l'Etat syrien , même si je sais qu'elle reste une surprise pour beaucoup.
Ce retrait annoncé est bien dans l'objectif de la réussite de Genève III, pour ceux qui desirent sincerement et serieusement la paix.
La politique est une suite de décisions pour servir un objectif. Notre objectif, pour ceux qui ont oublié, est la lutte contre le terrorisme dans toutes ses formes avec ou sans Jellabah et avec ou sans barbe.

Chers patriotes, notre armée à résistée  5 ans grâce à  l appuie de la population toute confondue et ses fidèles alliés dont la Russie . 

La Victoire de notre Syrie, c'est la victoire du monde libre!

Ali Ismaël Akkari

Membre de UPS

--------

Ceci est le huitième billet de l'espace de parole syrien (non censuré), voici le septième

le sixième

 le cinquième

le quatrième

le troisième

le second

Et le premier

Je refuse de soutenir le mensonge d'Etat qui raconte que cette guerre a commencé par une "revolution" et encourage nos politiques à agir de la façon la plus reparatrice possible des drames que nous avons générés.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.