Adeline et Romain
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

1 Éditions

Billet de blog 1 janv. 2022

Et si en 2022 nous faisions l’éloge de la diversité, la complexité et l’humilité

Une année étrange se termine. Elle aura mis en lumière l’inconnu, la peur, la précarité et notre vulnérabilité. La flamme vacille mais ne s’éteint pas et en ce premier jour de l’année, nous la regardons, belle et fragile à la fois.

Adeline et Romain
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une année étrange se termine. Elle aura mis en lumière l’inconnu, la peur, la précarité et notre vulnérabilité. La flamme vacille mais ne s’éteint pas et en ce premier jour de l’année, nous la regardons, belle et fragile à la fois.

Vivre c’est se confronter à un espace riche, vaste et pluriel. Penser, choisir c’est nécessairement faire face à la complexité, à un puits aux ressources inépuisables et à une quantité d’informations tellement importante qu’elle ne pourra jamais être appréhendée dans sa globalité.

Vivre c’est faire preuve d’humilité, prendre garde de ne pas faire fi des ambiguïtés, des préjugés, des incertitudes pour simplifier sa pensée et justifier ses actions. Résistons à la tentation de rationalisations arbitraires et faisons de nos différences, de nos divergences un moteur de cheminement intellectuel et relationnel.

Gardons à l’esprit que la pensée ne suit pas une progression linéaire mais qu’elle est le fruit d’un complexe va et vient. Ne craignons pas de reconnaître nos paradoxes, les limites de nos actes et de nos réflexions et ne craignons pas de dire nos choix. Car énoncer ses choix, ses avis n’est pas forcément simplifier à outrance, c’est l’occasion d’offrir un certain éclairage, c’est prendre la responsabilité de mettre en avant ce qui pourra être contredit, nuancé, ce qui pourra ouvrir sur de nouvelles perspectives.

Cette année, ne tombons pas dans l’écueil de la fragmentation des savoirs en pensant que chaque discipline produit sa propre expertise du sujet et que nous pouvons tirer d’une juxtaposition des résultats une savante synthèse globale.

Les phénomènes humains et les interactions avec le vivant ne peuvent se satisfaire de rationalisation et de simplification, ils sont le résultat d’interdépendances en perpétuel mouvement. Reconnaissons notre ignorance et notre incompétence dans certains domaines. Reconnaissons les décalages entre la théorie et la pratique. Tentons de dire ces écarts, de les décrire, d’essayer de les comprendre au fil du temps et des changements. C’est dans cet espace interstitiel, dans ce questionnement, entre pratique et théorie, que s'entrevoit une partie du réel. C’est dans la confrontation avec d’autres points de vue, d’autres systèmes d’interprétations, dans les échanges que nous nous enrichissons mutuellement.

Confrontons nos inquiétudes, nos incertitudes. Ces confrontations peuvent être l’occasion de collaborations fructueuses. La diversité des interprétations, les échanges contradictoires et réciproques participent à la construction de sens ainsi qu’à une vision complexe de la réalité.

Renonçons à la vitesse pour prendre le temps de la réflexion, pour laisser le doute germer en nous. La pensée n’est pas l’apanage de quelques-uns, elle est l’affaire de tous car penser est une posture qui avant d’être un savoir ou un savoir-faire est d’abord un savoir-être.

Acceptons de mettre nos représentations, nos valeurs et nos pratiques en questions, questionnons les situations, le sens des mots et des concepts qui nous sont présentés comme des évidences.

Sachons reconnaître notre ignorance dans certains domaines. Ouvrons nos questionnements pour poser les bonnes questions, refusons la simplification et les dangereuses dichotomies, dénonçons les généralisations abusives qui nous divisent et pour cela soyons courageux et pugnaces.

La réflexion est un espace à entrées multiples où se confrontent désirs, vérités, valeurs, représentations, utopies, théories et pratiques, le tout pouvant se conjuguer au passé, au présent et au futur.

Espérons, pour cette nouvelle année, réussir à dégager des espaces dans lesquels nous adopterons des postures éclairées car pensées, mises en questions et en perpétuelles évolutions.

Espérons que dans cet espace pourra s’élaborer une construction mouvante et dynamique de nos rapports aux autres et au vivant au sens large.

Nous vous souhaitons une année riche en réflexions, en relations, en surprises et en découvertes, nous vous souhaitons de vous sentir libres, de rire, d’aimer, de contempler et de vous émerveiller.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard
Journal
Zemmour et Pétain : une relaxe qui interroge, des motivations qui choquent
La relaxe d’Éric Zemmour pour ses propos sur un prétendu « sauvetage » des juifs français par Pétain a suscité de vives réactions. Les historiens que nous avons interrogés ne sont pas tant choqués par la relaxe - la loi Gayssot ne peut couvrir l'ensemble des allégations mensongères sur la seconde guerre mondiale - que par les motivations de l’arrêt. Explications.
par Lucie Delaporte et Fabien Escalona
Journal — Entreprises
Un scandale financier luxembourgeois menace Orpea
Mediapart et Investigate Europe révèlent l’existence d’une structure parallèle à Orpea, basée au Luxembourg, qui a accumulé 92 millions d’actifs et mené des opérations financières douteuses. Le géant français des Ehpad a porté plainte pour « abus de biens sociaux ».
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse