La violence de l’État en plein visage

Montréal, le 27 mars 2015

Relais d'unearticle de 99%média (automédia créé en 2012):

La violence de l'Etat en plein visage

Elle était venue exprimer son désaccord face à l’Assemblée nationale à Québec, elle est repartie avec de graves blessures après un tir au visage. La veille, c’était un écrivain attaqué par un chien policier, toujours à Québec. Pendant ce temps à Montréal, on matraquait pour disperser. Les caméras de deux journalistes de 99%Média ont d’ailleurs été délibérément visées par des agents

Photographies en pièce jointe. Source 99media.org (commentaire personnel: Attention ces images sont violentes)

Depuis quelques jours, une violence inouïe s’est emparée des rues de Québec et de Montréal qui se sont transformées en véritables champs de bataille à chaque fois qu’elles deviennent le théâtre de l’expression citoyenne. Les forces de l’ordre s’en donnent à coeur joie contre une jeunesse qui exprime son dégoût face à des mesures draconiennes d’austérité.

Quoi qu’en disent les médias, leur discours est clair et cohérent : les politiques néo-libérales sont vouées à l’échec et il est maintenant temps de s’attarder à la santé de la planète et de réformer le système financier. Un autre monde est possible.

Comme toute réponse, la jeunesse d’aujourd’hui, post-printemps érable, reçoit en plein visage le mépris d’une élite qui travaille pour ses propres intérêts et qui encourage délibérément la répression en espérant aveuglément taire ainsi la critique.

Il n’en demeure pas moins qu’il s’agit d’actes barbares qui font désormais du Québec l’un des endroits en Occident où l’on bafoue allègrement en toute impunité les droits fondamentaux dans la violence au nom de la «sécurité», blessant gravement au passage des jeunes qui osent rejeter catégoriquement les règles d’un jeu que tous savent truqué et vicieux.

La colère gronde et le volcan risque d’éclater à tout moment. Les premiers responsables seront ceux qui détiennent les clés du pouvoir. Un pouvoir devenu trop concentré, et qui, à moyen terme, devra inévitablement faire l’objet d’un rééquilibrage au sein de la société.

L’impunité ne durera qu’un temps. Et c’est sur la tombe de cette élite aux idées périmées qui nous gouvernent – pour reprendre le titre d’un roman de Boris Vian – qu’ira demain cracher la jeunesse blessée d’aujourd’hui.

 

En complément:

- une photographie du tir. Source: page facebook d'Irène Yakonowsky

- une vidéo de bonne qualité de l'affrontement et du tir : http://quebec.huffingtonpost.ca/

Adeline

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.