Le Québec, un pays violent ? Ba là...

Montéal, le 26 mars 2015

Manifestation étudiante à Québec: «répression exagérée», dit la Ligue des droits et libertés

http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/education/201503/26/01-4855578-manifestation-etudiante-a-quebec-repression-exageree-dit-la-ligue-des-droits-et-libertes.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B9_actualites_747_section_POS2

       Dans le contexte politique de stratégie du choc et donc de coupures massives dans les budgets publiques avec un mépris des citoyens et de l'opposition politique assez impressionnant, les manifestations de soir ont commencé cette semaine. C'est le Printemps 2015, contre l'Austérité, qui commence.

       Mardi 24 mars au soir, 5000 citoyens manifestaient à Montréal, 500 à Québec.

      A Québec mardi soir, il y a eu 274 arrestations musclées. Par ailleurs, on dénombre 5 blessées dont une mordure de chien, une arcadre sourcilière ouverte, quelques dents cassées...pas encore d'oeil perdu.

  1. 274 arrestations, une répression exagérée selon la Ligue des droits et libertés

        La répression, la violence policière, ça fait quelques années que j'entends ces mots qui pourtant restaient assez vague pour moi. Mais aujourd'hui en France qui peut dire qu'elle ou il n' a pas entendu parler de la mort de Rémi Fraisse ou d'autres indicateurs de cette violence (comme la lettre du médecin urgentiste contenant la liste des traumatismes répertoriés aux urgences après une manifestation à Nantes) ?

      Mais franchement, je ne pensais pas que ça serait ici, au Québec -tellement non violent dans nos représentations françaises!- que je serais sensibilisée de plus près à la question de la violence policière et politique.

       Beaucoup de photographies et de vidéos circulent sur internet pour témoigner de l'ambiance dans la manifestation, y compris de ce qu'elle peut avoir de festive et de musicale. Sont elles représentatives de l'ensemble des manifestations ? Probablement pas. Cependant, elles sont représentatives de ce que le journaliste ou le citoyen a vécu à ce moment là.

        Mon passage chouchou : minute 4:36 de la vidéo de MADOC : https://www.facebook.com/madocstudio

        L'article qui m'a donné envie d'écrire ce billet, c'est celui là :

http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/education/201503/26/01-4855578-manifestation-etudiante-a-quebec-repression-exageree-dit-la-ligue-des-droits-et-libertes.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B9_actualites_747_section_POS2

        

             2. une morsure de chien

        « Je m'appelle Gabriel Marcoux-Chabot. C'est moi qui ai été mordu par un chien policier lors de la manifestation du 24 mars 2015 à Québec. Mais contrairement à la version officielle de la police qui circule abondamment dans les médias, je n'ai jamais «foncé sur un policier», et le chien n'a jamais cherché à «défendre son maître». Ceux qui osent prétendre le contraire sont des ignorants, des menteurs ou des incompétents (l'un n'empêchant pas l'autre, évidemment).

        Personnellement, je ne suis pas choqué outre mesure par cette attaque, pas plus que par l'arrestation de masse qui a suivi. Il m'apparaît évident que le Québec a changé, et qu'il est tout à fait possible aujourd'hui d'y être arrêté, détenu, battu ou menacé simplement pour avoir voulu défendre une idée. Ce considérant, j'assume pleinement les risques inhérents à mes prises de position. Qu'on me morde, qu'on m'arrête, qu'on me frappe, je suis prêt à l'accepter.

        Mais lorsqu'on a le courage de prendre la rue pacifiquement, sans arme et sans intention criminelle, il me semble qu'on serait en droit de s'attendre à ce que les individus en face, avec leurs casques, leurs matraques, leurs fusils à balles de plastique et leurs bergers allemands fassent au moins preuve d'un courage équivalent. Qu'ils se sentent obligés de mentir et de déformer la réalité pour préserver leur image et couvrir leurs bavures est pour le moins décevant.

        Ceux qui me connaissent et ceux qui ont suivi mes interventions publiques lors du printemps 2012 savent que je suis un être doux et non-violent (je ne sais pas si c'est une force ou une faiblesse, mais c'est commeça). Je me bats contre un système, non contre des individus. Les policiers avec qui j'ai eu à interagir au fil du temps pourraient vous le confirmer: jamais je n'ai élevé le ton en leur présence, jamais je ne les ai insultés et jamais au grand jamais je ne me suis laissé aller à poser envers eux un quelconque geste d'agression.

        Je comprends que tous les citoyens du Québec ne soient pas d'accord avec les positions que je défends. J'accepte que des gouvernements frileux et paniqués détournent les forces de l'ordre à des fins idéologiques (on en est là, il m'apparaît ridicule de le nier). Mais, qui que vous soyez, à quelque extrémité du spectre politique que vous vous trouviez, ayez au moins les couilles d'assumer les conséquences de vos actions. »

Photo en piècre jointe. Source : page facebook de 99%media.org


          3. une arcade sourcilière ouverte

 Selon les propos receuillis par Sophie Coté pour le Journal de Montréal :

 « «Il m’ont foncé dessus par en arrière, a dénoncé Martine Deraspe, encore sonnée. «C’est de la brutalité policière, ils lui ont fait un double-échec par en arrière», a ajouté un manifestant »

 Photographie dans l'article de LaPresse.ca :

 http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/societe/201503/24/01-4855212-manifestation-contre-lausterite-274-arrestations-a-quebec.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_vous_suggere_4855578_article_POS4

 

Photogrpahie dans l'article du Journal de Montréal :

 http://www.journaldemontreal.com/2015/03/24/plusieurs-dizaines-darrestations-pour-la-premiere-manifestation-nocturne-du-printemps-a-quebec

 

          4. quelques dents cassées

        Témoignage :
'      '
Hier soir, 24 mars, je circulais sur le trottoir à l'angle des rues Robert-Bourassa/University et Shebrooke. Je suis seul bien éloigné de la manifestation. Au milieu de nul part, sur le trottoir, deux policiers armés de boucliers et de matraques croisent ma route. Choqué de tout ce que je venais de voir, je marmonne donc à leur intention :

 '' Vous n'avez pas honte ?''.

 Ceux-ci ne m'entendent pas, seulement, un des deux dit à mon intention avec un air relativement sympathique :

 '' Scuse-moi, je n'ai pas entendu, rapproches-toi que j'entende ta question.''

 Et moi je me rapproche et je leur dis d'un air sans hargne mais seulement interrogatif:
''
N'avez-pas honte, parfois, de frapper des manifestants qui sont jeunes et qui, la plupart du temps sont non-violent ?

 Voila sa réponse: Un coup de bouclier en plein visage ce qui pulvérise mes deux palettes (dents).
Ces flics n'ont pas daignés me donner leur matricule ou leur nom, préférant se sauver rapidement dans une van du SPVM.

 En bref, hier soir, un civil marchant et le trottoir du centre-ville s'est fait attaqué par deux policiers pour une simple question. La répression est puissante et aujourd'hui elle fonctionne car j'ai peur, je suis terrorisé. N'est-ce pas cela du terrorisme ?

 S'il vous plaît, partagez.''

 photo en pièce jointe. Source : page facebook de Agecvm pour la Gratuité

 

          5. pas encore d'oeil perdu...

        Paralèlement, je découvre Maxence Valade, qui a perdu un œil le 4 mai 2012 dans une manifestation à Victoriaville (Qc), appelle aux dons pour l'aider à financer la poursuite contre la Sureté du Québec (SQ) pour usage exessif de la force qu'il souhaite engager.

 Vidéo et compléments :

 http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2015/03/24/007-valade-maxence-poursuite-sq-manifestation-perte-oeil-victoriaville.shtml

 Adeline

Glossaire :

 Règlement P-6 : règlement montréalais datant du Printemps 2012 interdisant, entre autre, un déplacement de population sans donner l'itinéraire et le port de masque dans une manifestation. La non délivrance de l'itinéraire rend la manifestation illégale depuis 2012.

 SPVM : Service de Police de Montréal.

 SPVQ : Service de Police de Québec.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.